Mon ami, j’ai une bonne nouvelle pour toi !

Article de Joel Athia, pasteur à Nancy, et membre de l’équipe Mad in France.

L’amitié, un espace privilégié !

L’amitié est un espace où la confiance règne, où on peut se dire tout et même être en désaccord… C’est un lieu d’échange et de construction.

Mon ami n’est pas une cible à atteindre, c’est quelqu’un que j’apprends à aimer à apprécier pour ce qu’il est… et vice-versa. Pour pouvoir parler de l’Évangile je dois connaître mon prochain et être ce que je suis ! Ainsi l’amitié sera un terrain privilégié qui donnera pour chacun des leçons de vie.

 

Mad, un outil !

Le festival Mad in France a été pensé comme un outil à la disposition des chrétiens. Cet outil n’a pas pour unique but d’encourager les jeunes à se former, ou les conforter dans leur foi. En effet, dès le départ l’événement avait pour objectif de créer un espace pour y venir avec des amis.

Je me souviens encore des défis techniques de chaque Mad, mais plus encore du challenge proposé chaque fois : inviter des proches à entendre l’Évangile. Trop souvent les chrétiens vivent dans des ghettos créés par (et pour) eux-mêmes. Les espaces d’évangélisation étant des manifestations publiques « extérieure » ayant pour cible des « non-chrétiens » !

En relisant les Actes des Apôtres nous remarquons que le partage de l’Évangile passe par un repas pris ensemble, une discussion partagée, le croisement des connaissances. Ces terrains propices à l’Évangile sont d’abord des espaces de proximité.

A Mad je me souviens de jeunes venus ensemble, et en particulier d’un des jeunes qui ne connaissait pas Christ. Mais il était venu par amitié pour son « pote ». Sa remarque judicieuse a été de dire : « On va en reparler de tout ça… »

L’évangélisation n’est pas un temps fort isolé, elle est encadrée par les liens qui nous lient les uns aux autres avant et après des événements marquants.

Évangéliser par l’amitié?

Par amitié, évangéliser !

Encore un souvenir du premier Mad. Le thème était « La Parole dans la Rue ». De nombreuses discussions avec les participants leur ont fait conclure que les premières personnes accessibles à l’Évangile étaient leurs amis, leurs collègues. Et pourtant, ce sont là des personnes vers lesquelles on a souvent du mal à « parler de Dieu ».

La parabole de la femme qui a perdu une pièce et qui quand elle la retrouve va voir ses voisins illustre bien la proximité de ceux qui sont en mesure d’ »entendre ».

Par amitié, par souci de ceux qu’on aime, osons. Osons évangéliser, annoncer une bonne nouvelle, La Bonne Nouvelle.

 

Ah oui ! J’oubliais encore les courriers triomphants reçus après plusieurs éditions de MAD : ça marche ! Amen, et gloire à Dieu.

Auteur : Joel Athia

Joël est pasteur à Nancy, et membre de l’équipe Mad in France.