La recette d’un festival de jeunesse réussi

Article de l’équipe Mad in France.

Rêvez ! Puis calculez
En tant que chrétien, le festival doit être différent. Je dois intégrer l’élément « passion » et « foi » dans l’organisation. Les réunions d’équipe sont souvent hyper stimulantes pendant les brainstormings, mais dès que l’on parle de budget, de faisabilité, les esprits se refroidissent ! C’est l’inverse que j’essaye de vivre, sans limiter les idées à ce qui parait possible mais à ce qui serait le meilleur.

Réfléchir à comment produire ces idées doit être la 2e phase !
En 2009, nous imaginions une rampe de snowboard à Valence comme lancement du festival. En réalité, les premières neiges se trouvaient en montagne à 1 h 30 de route. Après avoir décidé de le faire, nos techniciens se sont remués les méninges et ont construit une structure en bois puis ont récupéré les raclures de la patinoire de Valence dans des containers pendant des semaines. Le show a été extra ! Les jeunes ont halluciné de voir cela pour eux ! Il fallait juste décider de le faire.

Aimez votre public avant tout
Il y a quelques mois, un responsable de groupe de jeunes m’interpelle dans une église pour m’annoncer : « On aime Mad in France ! ». Naturellement, je lui ai demandé pourquoi et il m’a répondu :« Parce que vous nous aimez à la folie ! ». Depuis l’accueil des stewards, en passant par la qualité des décors, les lounges (salon) pour les rencontres jusqu’à chaque vidéo ou mots employés par les orateurs, votre générosité doit se ressentir ! La gestion des équipes de bénévoles, les enjeux financiers (souvent très lourds en conséquence), le stress du timing et les relations publiques, ne doivent surtout pas altérer, freiner ou réduire l’amour que vous avez à communiquer aux festivaliers. C’est la base de votre festival: vous réunissez un public pour leur donner le meilleur, peu importe la forme (festival de musique, congrès, etc.).

Un festival à votre image
Nous sommes dans l’ère de la standardisation, nos centres villes sont aujourd’hui remplis de chaînes de boutiques (Mc Do, Celio, etc.). La tendance est à croire qu’il y a seulement un style qui fonctionne. On retrouve malheureusement cela dans nos églises où l’on ne jure que par le style anglophone (Hillsong et son lifestyle, même si c’est excellent). Depuis 10 ans, nous avons testé beaucoup de formules et de styles différents lors des événements et nous nous sommes rendus compte que les réussites ont souvent le même dénominateur commun : l’authenticité et la qualité de ce que nous fournissons. Quant à la copie de style ou de concept, c’est une recette assez périlleuse… Notre Dieu est créateur, il nous a fait créatifs, ayez confiance en ce don! Mélangez vos idées, le festival doit vous ressembler. On dira du festival ce que l’on dit de vous à titre personnel (accueillant, provocateur, délicat, intimiste, rentre-dedans, inspirant).

Voilà un exemple de ce que ça peut donner : les inscriptions de la prochaine édition de Mad in France sont déjà ouvertes : http://www.mad-in-france.com/ . Le festival aura lieu les 30 et 31 décembre 2014 et le 1er janvier 2015 à Valence dans la Drôme. Prêts pour un nouveau départ ?

Pour conclure voici un verset qui a inspiré Mad In France : « Au contraire, Dieu a choisi ce qui est folie aux yeux du monde pour couvrir de honte les sages ; il a choisi ce qui est faiblesse aux yeux du monde pour couvrir de honte les forts (…) » 1 Corinthiens 1,27

Auteur : Mad in France