Le livre du mois – « Les confessions », de Saint Augustin

Crédits photo : amazon.com

Article de Axel G., 20 ans, passionné de lettres.

Alors que je vagabondais dans une bibliothèque municipale, je suis tombé sur une perle ! Les Confessions de Saint Augustin. J’en avais déjà entendu parler à l’école et lors d’une prêche à l’Église, qui avait commencé par une citation de ce livre que j’avais gardée en mémoire. Pourtant, je ne connaissais ni l’auteur, ni son œuvre. Alors, je me mis à feuilleter ce livre. Dès les premières lignes, je savais que j’allais trop aimer ce livre. Cet article vise à vous donner envie de le (re)lire aussi. Les Confessions, c’est un livre autobiographique d’Augustin, un des pères fondateurs de l’Église, une des personnes les plus influentes du christianisme primitif (au IVe siècle). Ce livre est très connu, autant étudié d’un point de vue théologique que pour son style d’écriture. Je pense que nous pouvons tous en tirer quelque chose.

Un livre autobiographique et poétique

Les Confessions est avant tout un livre autobiographique, le récit de la vie d’un des pères fondateurs de l’Église ; et on peut voir que, comme nous, cet homme est devenu un réel rébellutionnaire en acceptant Christ ! Il a en effet été quelqu’un de très influent et qui a grandement participé à l’expansion du christianisme.

Outre le caractère autobiographique de ce livre, on peut y voir une écriture raffinée, un style recherché, avec des images, du rythme, etc., qui nous amène à considérer le texte comme particulièrement poétique. D’où le fait qu’il soit autant étudié par les profs de français ! C’est un livre très beau, et les traductions semblent être fidèles à Augustin (pour le peu que je connaisse du latin).

Un livre historique

L’expansion du christianisme décrite dans la Bible s’arrête à la fin du Ier siècle, mais au quatrième, le christianisme a bien changé. Augustin nous peint les courants de pensée de son époque, la religion libre telle qu’elle était pratiquée (le christianisme n’était pas encore religion d’État lors de l’écriture des Confessions). En tant que chrétien, il est vraiment intéressant de voir comment se pratiquait le christianisme dans les différentes mœurs qui composent cette époque. Et en tant qu’historien, il est vraiment intéressant de voir comment ces sociétés vivaient. Augustin a en effet fait des études qui l’ont amené à beaucoup voyager dans le monde romain.

Un livre philosophique, argumentatif, théologique

Le livre se veut argumentatif, théologique et philosophique. Argumentatif tout d’abord, parce qu’il invite le lecteur à se focaliser sur une conception particulière du péché, de la trinité, de l’amour de Christ, etc. Cette argumentation découle de sa théologie (le concept de trinité n’était pas encore bien répandu à cette époque et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Augustin a été un des grands défenseurs de cette doctrine). Enfin le livre est philosophique, il traite de la question du beau, de l’amitié, de la psychologie, etc.

Un livre honorifique

Par ce livre, Augustin n’avait qu’un but : honorer Dieu. Il dit d’ailleurs explicitement qu’il l’écrit pour que les hommes voient la gloire de Dieu. L’autobiographie a la particularité d’être adressée à Dieu directement, en interagissant avec lui, en le questionnant. Non seulement il s’adresse à Dieu dans une autobiographie (ce qui n’est pas courant), mais il s’adresse à lui d’une manière particulièrement respectueuse, douce. Il le vouvoie (ce qui est très surprenant au début), et l’appelle par ses qualité (« mon roi », « libérateur », « vous qui faites mes délices », etc.). Il cite, de plus, beaucoup de passages bibliques. En ce sens, le livre a changé ma vie de prière ; je me suis mis à citer davantage de versets, et à parler avec Dieu d’une manière toute nouvelle. Le caractère honorifique est ce que j’ai le plus aimé dans ce livre. Il rappelle la sainteté de Dieu et la petitesse de l’homme.

Conseils de lecture :

Je voudrais vous donner quelques conseils de lecture spécifique à ce livre pour que vous ne soyez pas démotivés ! Je tiens à préciser qu’il y a plein de choses qu’on ne peut plus comprendre à notre époque. Dans son livre, Augustin parle beaucoup du manichéisme, car il en était adepte avant d’être chrétien. De longs passages visent à répondre aux objections manichéennes. Cela nous paraît peu pertinent aujourd’hui puisque leurs théories sont dépassées. Mon conseil dans cette situation, est qu’il ne faut pas hésiter à sauter des chapitres ! C’est vrai, certains passages sont moins intéressants ou peu compréhensibles, sautons-les ! Autre chose, le livre est très maniable, même s’il a été écrit de manière chronologique (car autobiographique avant tout). Le lire dans tous les sens ne perturbe pas sa compréhension, il ne faut pas hésiter à piocher un peu au hasard dans Les Confessions, l’effet ne sera pas moindre !

Pour conclure, je dirai que Les Confessions peuvent séduire sur bien des points. Elles présentent plusieurs genres : autobiographique, historique, poétique, philosophique, théologique, etc. Il y en a pour tous les goûts. De plus, le livre est influent : la manière dont il aborde le péché ou dont il s’adresse à Dieu a profondément modifié ma vie de prière, ma conception de l’homme et mon rapport à la sainteté de Dieu. Enfin, c’est un livre qu’on peut lire dans le désordre, ou lire de manière étalée dans le temps. Moi par exemple, j’ai mis une bonne année à le lire, j’ai sauté plein de chapitres, mais j’en suis ressorti fort d’un amour supérieur pour notre Seigneur ! En le lisant, il ne faut pas vous attendre à un livre hors du commun. Pourtant, il vous édifiera beaucoup. Et pour toutes ces qualités, je ne peux que vous le recommander !

Auteur : Axel G.

Axel, 20 ans, est passionné de lettres.