Pâques 2014 – J2

Jésus

Jésus

Après un petit-déjeuner dans le froid, nous avons vécu deux plénières intenses, entrecoupées d’un moment de partage.

Un amour radical qui nous habite – Philippe Perrilliat

« Ce qui m’a touchée, c’est quand il est revenu sur les quatre dimensions, sur l’aspect de la profondeur. Jésus a quitté son trône de gloire et il est descendu jusqu’à nous, jusqu’au fond de l’extrémité, par la mort. Parfois, on ne le réalise pas assez souvent. Et ça m’a fait prendre conscience que pour pouvoir témoigner de l’amour de Dieu, il faut aussi pouvoir le vivre au quotidien. » ~ Rachel

« Je suis d’accord avec ce qu’elle a dit par rapport à l’amour de Dieu et aux quatre dimensions, c’était vraiment intéressant d’entendre parler dessus. » ~ Jérémie

L’amour de Dieu habite en nous par le Saint-Esprit, il parle par sa Parole (Éphésiens 3.14-19). La Parole de Dieu est comme une guitare – les cordes sont le Nouveau Testament qui résonne sur le bois qu’est l’Ancien Testament.

Projetons-nous vers l’avenir. Lorsque l’on veut une maison, on veut que l’amour habite dans cette maison. Nous sommes une lumière qui rayonne sur nos voisins. Dieu veut que nous soyons forts et que nous soyons des chrétiens puissants. L’amour de Dieu est quelque chose d’intérieur qui rayonne vers l’extérieur.

L’amour de Dieu est comme la fondation d’une maison, elle est très importante pour tenir toute la maison en équilibre. De même, nous sommes enracinés et fondés dans son amour.

Quelles sont les quatre dimensions de l’amour de Christ ?

  • La profondeur : Dieu nous aime tellement qu’il est descendu de son trône pour mourir à la croix à notre place (Philippiens 2) ;
  • La hauteur : Dieu nous aime tellement qu’il prépare une place pour nous dans le ciel (Jean 14) ;
  • La largeur : Dieu nous aime tellement qu’il nous pardonne tout (« Pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font », Luc 23) ;
  • La longueur : Dieu nous aime éternellement.

Pour faire connaître l’amour de Christ autour de toi, il faut d’abord l’expérimenter. Dans Éphésiens 3.20-21, Paul termine par une expression de louange. Chaque fois qu’on passe du temps avec Dieu, on doit aussi avoir un moment de louange.

Un amour radical qui se reçoit – George Verwer

« Je suis un peu comme lui aussi. On a toujours des difficultés, des contradictions entre ce qu’on fait, ce qu’on pense et puis ce qu’on veut faire aussi. Donc c’est bien d’avoir quelqu’un qui peut parler de ça, et qui a eu ce genre d’expérience aussi et qui en parle, qui peut nous encourager à persévérer. » ~ Étienne, 19 ans

Après nous avoir parlé de son fardeau pour le monde entier et les peuples non-atteints. George Verwer nous a expliqué qu’il y a un défi pour notre génération. Dans Matthieu 9.38, Jésus est rempli de compassion et demande à ses disciples de prier pour des ouvriers pour la moisson. Nous sommes appelés à prier et à être envoyés aussi.

Il nous a présenté son témoignage…

« Adolescent, j’étais un homme d’affaires. À 16 ans, j’avais ma propre entreprise ! J’aimais le sport, les filles, la danse, les boîtes de nuits, et surtout, moi-même… Tout allait plutôt bien, humainement. J’ai alors rencontré une femme de Dieu, une femme de prière. Elle a commencé à intercéder, pour que je sois sauvé et envoyé ! Elle m’a alors remis un évangile de Jean, et Dieu a commencé à travailler dans mon cœur. Sans cette dame, je ne serais jamais allé à cette campagne d’évangélisation de Billy Graham. C’est à cette occasion que je me suis engagé pour Dieu. J’ai alors trouvé dans ma vie un autre niveau de satisfaction, tellement supérieur… Quelques jours plus tard, au lycée, j’ai été élu en tant que président des élèves. Mon discours d’introduction, devant des milliers d’étudiants était…une prédication de l’Évangile.

Par la suite, j’ai continué à annoncer l’Évangile… Je faisais du porte-à-porte et je montrais des films chrétiens. Le défi de partager ma foi quotidiennement m’a vraiment aidé à persévérer dans ma vie chrétienne. Mais je n’étais pas parfait, je luttais avec la pornographie, ou avec les filles. Je n’ai pas compris tout de suite pourquoi on me disait d’arrêter de les embrasser ou de danser… Avec ces difficultés, je partageais ma foi comme quelqu’un de pardonné, de gracié. Quand j’ai été envoyé au Mexique, j’ai été confronté à une pauvreté extrême : des enfants se nourrissaient dans les poubelles tous les jours. Là, à 19 ans, j’ai pris un engagement radical : parler de Jésus jusqu’au restant de mes jours. »

Dans le Psaume 67, le psalmiste demande grâce à Dieu, et il lui demande de bénir son peuple. Pour que tous les peuples puissent connaître le salut. Dieu veut nous bénir et nous utiliser, et il veut le faire comme il l’a fait avec George, t’utiliser quand tu partageras ta foi. Mais ce ne sera pas facile… Jésus a dit que « si quelqu’un veut être mon disciple, il faut qu’il se renie lui-même, se charge de sa croix et qu’il me suive ».

Pour terminer, quelques injonctions de George :

  • Lis la Bible en entier
  • Lis des bons livres chrétiens
  • Avec persévérance, donne, distribue  et perds (!) des évangiles
  • Apprends l’anglais
  • Donne ta vie à Jésus, ce week-end

Après un après-midi d’ateliers riches et édifiants (Que veut Dieu pour moi, Écran #maîtrise ou #maîtrisé, etc.), nous avons eu un bon repas, suivi de la dernière plénière de la journée :

Un amour radical qui t’engage – George Verwer

« J’ai bien aimé parce que, même s’il est plus âgé que nous, je trouve que ça correspond vachement à notre génération, et je trouve que c’est bien ce qu’il a vécu ; ça nous inspire. » ~ Claire, 18 ans

On peut trouver plusieurs versets difficiles dans la Bible, comme en Apocalypse 3.15-16 : sois chaud ou froid, car si tu es tiède, je te vomirai de ma bouche. C’est l’un des versets les plus durs de la Parole. Ou Romains 12.1-2. Quand on a 16-18 ans, on se dit que ce type d’engagement est radical, c’est bon pour plus tard. Mais quand George s’est converti à 17 ans, il a pris conscience que c’était le seul engagement possible avec Christ.

Ésaïe 6.1-8. C’est l’une des prières les plus célèbres de la Parole : me voici, envoie-moi. Chaque chrétien devrait faire cette prière. Elle n’est pas destinée uniquement aux missionnaires, mais à chaque chrétien. Ce n’est pas une question de géographie, c’est un choix de vie. Ça ne veut pas forcément dire que tu partiras en mission – mais tu dois quand même envisager cette possibilité.

Nous adorons ce même Dieu qu’Ésaïe adorait. Il a vu la sainteté de Dieu. Sonde ton cœur : comprends-tu la sainteté de Dieu ? Comprends-tu son importance pour ta vie ? Si tu es empêtré dans un péché et que tu ne cherches pas à t’en débarrasser, c’est terrible aux yeux de Dieu ! C’est pour ça qu’il a envoyé Jésus !! C’est Le chemin du calvaire : s’humilier, accepter nos échecs, confesser nos péchés et recevoir le pardon de Dieu.

Ésaïe 6.5… Est-ce que tu t’humilies rapidement ? Avec tes parents ? Quand ils ne te comprennent pas, quand ils commencent, et que tu leur renvoies la balle avec des paroles fortes… Est-ce que tu es prompt à te repentir, à demander pardon à tes parents ? Jésus travaille avec des vases brisés, mais seulement si nous sommes prêts à nous humilier, nous repentir et recevoir sa grâce ! Voyez cette image formidable où la culpabilité est ôtée (verset 7).

Dieu envoie certains d’entre vous dans d’autres endroits du monde. 98% resteront chez eux. Et si chaque Église en France envoyait ne serait-ce qu’une personne vers les pays les moins atteints ? Il y a très peu d’ouvriers dans ces pays-là, alors envisageons de servir Dieu là-bas.

Nous sommes appelés à bâtir de Royaume de Dieu, en France, en Belgique, en Suisse… et partout dans le monde. Faisons cette prière ! Me voici, envoie-moi !!

Plusieurs se sont levés pour faire cette prière. Et toi ?

Après une formidable soirée artistique avec Majestart et un concert d’Antydot, nous sommes allés nous coucher bien au chaud, chacun dans son bunker !

Avatar
Auteur : Nicolas B

25 ans, rébellutionnaire marié à une chouette jeune femme, travaille en finances d'entreprise, et co-responsable du Cercle d'Affaires pour Christ.

Voir tous ses articles →