Tout ou rien – Fin

Crédits photo : therebelution.com

Suite et fin de l’article de Luke, 16 ans, publié sur therebelution.com, dont tu peux trouver la première partie ici.
Traduit par Emy B.

Jésus-Christ a été battu jusqu’à ne plus être reconnaissable en tant qu’humain. Il a été cloué sur une croix et la punition et la honte à cause de nos péchés ont été comme un coup de couteau dans son âme. Le Roi des rois a accepté de quitter la perfection des cieux et de devenir un homme ; le seul qui était réellement digne d’être servi « est venu pour servir et non pour être servi ». Il a été frappé, roué de coups et brisé. Sa peau a été déchiquetée par des fouets composés de morceaux de verre et d’os. Il a enduré tout cela de plein gré afin que les gens qui l’ont mis sur cette croix puissent être pardonnés. Si Christ a fait tout cela pour nous en prenant tout ce que nous méritions, n’est-il pas digne de chaque once de passion, de talent et d’énergie que nous avons ?! Le meilleur que nous pourrions donner à Christ ne représenterait même pas le minimum de ce qu’il mérite en réalité.

Un jour, nous devrons nous tenir devant Dieu et lui rendre des comptes sur notre vie. Dans son livre The One Year Book of Discovering Jesus in the Old Testament[1], Nancy Guthrie parle de ce jour. Elle explique que beaucoup d’entre nous se tiendront devant le trône et que « le juge sera celui que nous aurons dit aimer, mais que nous n’aurons pas vraiment aimé. Il sera celui dont nous nous serons moqués ou que nous aurons tout simplement considéré comme inutile ou indigne ». Nous ne nous donnons pas entièrement à Dieu, soit parce que nous pensons que tout lui donner n’est pas nécessaire, soit parce que nous pensons que Dieu n’en est pas digne. Nous ne pensons pas que tout lui donner en valle la peine.

Je ne dis pas cela pour être dur. Je ne dis pas cela pour être condescendant. Cet article s’adresse autant à moi qu’à n’importe qui d’autre. Je dis tout cela, car je crois que notre génération est en train de rater quelque chose. Dietrich Bonheoffer était un homme qui a été martyrisé parce qu’il a pris position pour Christ contre le régime nazi. Il a écrit dans son livre Vivre en disciple : « Quand Dieu appelle quelqu’un, il l’invite à venir et à mourir ». Jésus nous dit : « Charge-toi de ta croix et suis-moi » (Luc 9.23). Cela ne semble pas très emballant. Les mots du jeune missionnaire et martyr Jim Elliot résonnent haut et fort : « Celui qui donne ce qu’il ne peut garder pour obtenir ce qu’il ne peut pas perdre est un sage ». Notre génération essaie de faire des compromis dans ce que Jésus nous a demandé de faire. Ou peut-être que le problème vient des compromis que l’on ne veut pas faire. Nous ne voulons pas compromettre notre réputation ou nos relations pour tout donner à Dieu.

Nous entendons souvent que Dieu a un plan pour nous qui dépasse tout ce dont nous pourrions rêver, mais y croyons-nous vraiment ? Nous connaissons l’objectif fixé pour nous, et le seul moyen d’atteindre ce but est de donner à Dieu tout ce que nous avons. Prenons ces idoles qui font obstacle au pouvoir de Dieu dans nos vies, faisons-les tomber, et tournons-leur également le dos. Nous ne sommes plus des athlètes, mais des ambassadeurs pour Christ habillés en athlètes. Nous ne sommes plus des musiciens, mais des ambassadeurs habillés en musiciens. Utilisons ces choses qui avant occupaient notre passion, notre temps et nos efforts, et utilisons-les comme des moyens pour partager l’évangile de l’amour et du pouvoir de Christ dans les vies des centaines de personnes que nous rencontrons chaque jour.

Dieu ne peut pas utiliser des gens qui ne sont que partiellement dévoués à lui. Jésus-Christ a changé le monde avec douze hommes qui avaient envie de lui donner tout ce qu’ils avaient, y compris leur vie, pour son but et plan. Guillermo Maldonado a écrit : « La seule capacité que Dieu exige, c’est la disponibilité[2] ». Je ne sais pas pour toi, mais moi je veux me tenir devant Dieu un jour et l’entendre dire : « C’est bien, bon et fidèle serviteur ». Soyons la génération qui dit : « Seigneur, je veux me donner tout entier à toi parce que tu en vaux la peine ». La génération qui dit : « C’est tout ou rien ».

« Nous donc aussi, puisque nous sommes entourés d’une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance l’épreuve qui nous est proposée. Faisons-le en gardant les regards sur Jésus, qui fait naître la foi et la mène à la perfection. En échange de la joie qui lui était réservée, il a souffert la croix en méprisant la honte qui s’y attachait et il s’est assis à la droite du trône de Dieu. Pensez en effet à celui qui a supporté une telle opposition contre lui de la part des pécheurs, afin de ne pas vous laisser abattre par le découragement ». (Hébreux 12.1-3)


[1] Un an pour découvrir Jésus dans l’Ancien Testament

[2] How to Walk in the Supernatural Power of God [Comment marcher dans la puissance surnaturelle de Dieu]

Tu devrais aussi aimer...

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *