Les raisons pour lesquelles vous devez être honnête au sujet de vos faiblesses

Crédits image : “Caveman Chuck” Coker
Crédits image : “Caveman Chuck” Coker

Article initialement paru sur pastors.com par Rick Warren, traduit par Rolly

Plutôt que de nous cacher et de nier nos faiblesses, nous devons apprendre à les accepter, les reconnaître pour ensuite les partager. Nous devons apprendre à tirer profit de nos faiblesses.

Si Dieu veut vous utiliser pour accomplir de grandes choses, alors sachez que vous allez devoir marcher en boitant. Durant toute ma vie, j’ai lutté avec un handicap : je suis né avec un trouble cérébral. Mes collaborateurs sont au courant de la situation, les membres de mon Église le savent, et mon équipe de prière également. Il s’agit d’un déséquilibre chimique au niveau de mon cerveau qui rend la prise de parole en public très difficile et douloureuse. Ce problème est génétique et aucune prescription médicale ne semble pouvoir y remédier.

En un mot, mon cerveau est très sensible à l’adrénaline. Le problème est que je suis allergique à l’adrénaline. Au début j’ai des vertiges, ma vision devient floue et ensuite, c’est l’obscurité totale. Il parfois m’arrive d’avoir de violents maux de têtes, ainsi que de fortes bouffées de chaleur. Ceux d’entre vous qui m’ont déjà vu parler en public ont pu constater que je transpire beaucoup. Cependant, la réaction la plus courante à cet allergène est un sens de panique irrationnelle. Il m’arrive parfois de parler devant un public sans même le voir.

L’une des choses que j’ai comprises est que Dieu s’est servi de cette situation pour faire de Saddleback une Église de prière. Il m’est impensable de venir prêcher sans le soutien de mes collaborateurs dans la prière. Ils prient pour moi pendant toute la durée du culte à chaque fois que j’y interviens. Quelle leçon en tirer ? Dieu se sert des faibles. L’apôtre Paul avait une infirmité ; pourtant, il s’écrie : « Je suis fort dans ma faiblesse ». C’est un mythe que de croire qu’il faut être un surhomme pour être efficace dans le ministère. En effet, l’objectif est de persévérer. Mais quels types de ministères perdurent vraiment ? Ceux qui sont menés par des personnes vraies, authentiques, vulnérables, et honnêtes quant à leurs faiblesses.

Pour moi, il existe deux grands piliers dans le ministère. Ces piliers nous sont donnés aux travers de la confession de Paul et celle de Pierre. Dans Marc 8 Pierre déclare : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ». C’est le fondement du ministère. Mais la déclaration de Paul en Actes 14.15, quand il est à Iconium, est tout aussi importante : « Nous aussi, nous sommes des hommes de la même nature que vous ».

J’ai rencontré beaucoup de pasteurs qui sont prompts à mettre en avant leur côté spirituel ; et très peu nombreux sont les pasteurs qui témoignent de leur humanité. Et pourtant, votre humanité est l’une de vos plus grandes forces.

En effet, Dieu aime utiliser les personnes faibles afin de travailler dans leur vie et, par la même occasion, d’impacter leur travail. À votre avis, pourquoi ? 1 Corinthiens 1.27 affirme : « Dieu a choisi les choses basses et méprisées du monde, celles qui ne sont rien, pour réduire à néant celles qui sont, afin que personne ne puisse faire le fier devant Dieu ». Ce texte nous montre que Dieu accorde ses dons les plus merveilleux aux personnes ordinaires afin que toute la gloire lui revienne à lui seul.

En quoi nos faiblesses peuvent-elles contribuer à notre bien ?

Nos faiblesses nous amènent à dépendre davantage de Dieu.

Nos faiblesses nous protègent de l’orgueil et nous servent de gouverneur.

Nos faiblesses nous amènent à compter davantage sur les autres.

Au final, nos faiblesses développent notre capacité dans l’exercice du ministère.

Si vous comptez avoir un ministère reflétant Christ, alors il arrivera que certaines personnes trouvent leur guérison dans les blessures de votre propre vie. Qui est plus à même d’aider un alcoolique que celui qui a été alcoolique et s’en est sorti ? Qui peut aider un couple stérile, si ce n’est un autre couple stérile ? Qui est plus à même d’aider une personne en difficulté que celle qui est passée par la même difficulté ? Je pense que les messages les plus frappants de nos vies découlent de nos maux les plus profonds.

Vos faiblesses ne pourront aider les personnes de votre Église que si vous avez le cran de les partager. Il y a des choses que vous n’avez jamais dites à votre Église et qu’elle aurait pourtant besoin d’entendre, afin qu’elle puisse prier pour vous. La vulnérabilité fait grandir votre leadership. Nous avons tous nos forces et nos faiblesses. Pour ma part, certes, j’ai quelques grandes forces ; mais j’ai également quelques grandes faiblesses. Il en est de même pour vous. L’humilité ne consiste pas à nier vos forces. L’humilité consiste à être honnête quant à vos faiblesses. L’humilité pour moi ne consiste pas à dire : « Je ne sais pas comment prêcher », car je sais comment prêcher. Je sais comment préparer une prédication. L’humilité consiste plutôt à dire : « En plus de ces forces, laissez-moi aussi vous partager des choses personnelles. »

Nous sommes tous le fruit de nos forces et de nos faiblesses. L’apôtre Paul était honnête quant à ses forces parce qu’il l’était également quant à ses faiblesses. Il ne revendiquait pas la perfection ; il disait simplement : « J’essaie au moins de vivre pour Jésus. Suivez-moi. » La manière dont vous gérez vos faiblesses déterminera si elles seront pour vous une aide ou un obstacle. Les gens veulent suivre des pasteurs authentiques. Vous n’avez pas besoin d’être super doué pour aider à la croissance d’une Église, mais il vous faut être vrai. Plus vous êtes honnête quant à vos faiblesses, plus les gens vous trouveront authentique. Plus vous êtes authentique, plus vous aurez de crédibilité. Plus vous avez de crédibilité, plus vous gagnerez en influence. Et plus vous avez d’influence, plus vous pourrez accomplir.

Il est peut-être temps d’être vrai.

Auteur : Rick Warren

Rick est un pasteur et auteur Californien.