Sommaire du battle théo sur la Bible et l’évolution

Après 9 articles et 85 98 129 140 155 commentaires, voici le sommaire du battle théo sur la compatibilité ou non entre la Bible et la théorie de l’évolution.

Rejoignez la discussion (animée mais passionnante), et partagez ce lien à tous ceux qui pourraient en bénéficier.

Si vous avez apprécié le format du débat, je vous laisse proposer à la Rébellution d’autres sujets qui peuvent être débattus utilisant le même format :).

Digiqole ad
Avatar

Sam P-L

29 ans, marié à Fidji, père de 3 enfants, ingénieur informatique à Lyon et co-auteur du livre Être étudiant et chrétien: opportunités et défis.

Voir tous ses articles →

Tu devrais aussi aimer...

2 Commentaires

    Avatar
  • S’il y a encore quelques personnes qui lisent les commentaires de cette série (hormis ceux qui les écrivent ^^), je me permets quelques considérations. Ce n’est surtout pas une conclusion du débat, peut-être une piste de lecture. Et je ne prétends pas imposer mon point de vue, que chacun le fasse, aidé avant tout par Dieu et par l’intelligence qu’il a bien voulu donner à ceux qui ont étudié la question (de manière scientifique, philosophique et surtout théologique).

    – Il semble que plusieurs jugent de la pertinence scientifique du modèle évolutif. Certaines questions sont pertinentes. D’autres témoignent d’une mauvaise compréhension, par manque de connaissance, cela est normal; tout le monde conviendrait qu’il faut un minimum requis pour pouvoir discuter honnêtement d’un modèle scientifique et que lancer quelques phrases lapidaires sans avoir été un minimum enseigné sur la question par des scientifiques de qualité est peu crédible (lorsque lesdits scientifiques n’imposent pas de matérialisme métaphysique, et il y en a !). Certains proposent que l’on se réfère un peu plus à des personnes qualifiées dans leur domaine (le RSE par exemple); d’autres soutiennent que tout le monde peut bien dire son avis sur le modèle et se réfèrent à des scientifiques plus ou moins rattachés au domaine de la biologie, parfois estampés d’une accréditation d’une fac de théologie (l’article cité publié sur larevueréformée.net par exemple). On peut certes relever avec facilité les zones d’ombres d’un modèle ; pour celui qui ne connaît pas bien le modèle, difficile de comprendre si cela fait s’écrouler l’édifice ou est plutôt source d’inspiration et de recherche redoublée par les scientifiques. Dans la difficulté de parler d’un sujet complexe, aux données multiples et foisonnantes, on fait donc appel à diverses autorités; difficile de taxer les uns ou les autres de « parti pris », puisque la réciproque serait tout aussi gratuite; facile de dire des uns ou des autres qu’ils sont des « obscurantistes » ou qu’ils ne « connaissent pas Dieu »… mais est-utile dans le débat, et est-ce chrétien… (même un non croyant notoire serait parfois traité avec un peu plus d’humilité devant sa quête spirituelle, alors faisons preuve d’un peu plus de chaleur fraternelle !)
    – La manière d’interpréter la Bible est parfois différente. De celui qui donnerait comme règle de base la validité scientifique à celui qui propose le test de « l’homme sur une île solitaire avec la Bible », il y a certainement différents degrés. Il semble qu’il y ait, dans les deux ‘camps’, des théologiens respectés par la communauté évangélique, connus pour leur savoir de la Bible et appréciés pour leur piété et leur humilité – dernière qualité qu’on salie parfois en les citant avec autorité à tour de bras, mais qui transparait souvent pour qui les lit ou les écoute régulièrement (je pense ici par exemple à Henri Blocher, dont je suis plus familier). Il semble évident que de nombreux présupposés, parfois inconscients, façonnent notre lecture de la Bible au XXIème siècle, affirmer en être affranchi totalement est probablement illusoire ou orgueilleux ; ils peuvent être les acquis scientifiques, notre culture, notre famille… On peut néanmoins s’accorder sur la primauté de la Révélation écrite sur la Révélation générale de la création. En effet, quand c’est Dieu qui nous parle, il est probable que ce soit plus clair que notre interprétation de sa manière d’agir dans la nature ; cependant ne soyons pas trop rapide à jeter la pierre…Dieu nous rappelle lui-même que son témoignage est supérieur à celui des hommes (1 Jean 5v9 ; texte qui accrédite d’ailleurs le témoignage de l’homme en passant)…mais notre interprétation de la Bible peut parfois s’apparenter à un témoignage humain du témoignage de Dieu ! ^^
    – Pour le débat, la question de la mort non-humaine avant la chute semble être une des lignes de crête. Pour certains cela leur est impensable que Dieu ait alors pu déclarer que cela était « très bon » avec la mort non-humaine. D’autres présentent qu’en l’absence de textes explicites statuant sur la mort des organismes non-humains cette interprétation des textes qui parlent de l’empreinte de la chute sur la Création comme la mort n’est pas justifiée, la déchéance pourrait être toute autre. Il semble là encore que les avis divergent, avec des justifications solides des deux côtés, chacun peut opter. Le choix de « pas de mort avant la chute » implique d’attribuer à Dieu une révolution totale de sa Création après la chute (et alors la Création initiale ne ressemblait en rien à ce que nous avons sous les yeux dans la nature) : soit de manière instantanée, soit … par un mécanisme d’évolution ? ;-) Le choix inverse impose de voir l’impact de la chute sur la création comme la perversion de la gérance de la Création par l’homme (on en connaît bien les dégâts aujourd’hui…).
    – Une autre ligne de crête est l’interprétation du récit de la Création. Différents arguments sont amenés, par différents spécialistes, là encore semble-t-il, respectueux au plus haut point de la Parole. Est-ce qu’on respecte plus la Bible en lisant de manière historique l’ensemble de cette présentation au début de la Genèse ? Y a-t-il des incohérences à la lecture littérale ? Doit-on alors rejeter tout les acquis de physique et de géologie des derniers siècles ? Différents indices dans le texte et dans la compréhension qu’ont pu en avoir les israélites de l’époque permettent-ils – avec révérence pour le texte – d’y lire un récit littéraire prenant sens pour nous aujourd’hui ? Qu’on maintienne une lecture historique, on peut néanmoins s’émerveiller avec les ‘compatibilistes’ de la finesse littéraire de cette ouverture de la Bible !
    – Enfin, peut-on jamais se targuer de savoir le « comment » de Dieu ? Les biologistes proposent le modèle le plus probable en raison des données connues et du postulat nécessaire à la science communautaire que les événements arrivent suite à des causes secondes matérielles ; ils le proposent aussi dans la mesure où Dieu leur en a donné une intelligence. Certains répliqueront que leur esprit est obscurci par le Satan. Peut-on émettre l’hypothèse que notre interprétation de l’Ecriture soit aussi malheureusement entachée par l’influence du monde sur les chrétiens ? Dans un sens comme dans l’autre, d’ailleurs, car réagir contre la théorie de l’évolution, c’est toujours en subir une influence. D’un côté comme de l’autre, il est probablement illusoire de prétendre savoir le « comment » de Dieu, car même dans ce que Dieu peut nous en révéler, nous restons l’argile et lui le potier.

    En conclusion de ma pensée (pas du débat ‼), je proposerais au moins que chaque partie puisse être reconnue comme fidèle à l’Ecriture. Il me semble, comme le propose Lydia Jaeger, que l’on peut, pour ceux qui restent fermement opposés à l’évolution, se permettre de la concéder au non croyant lors d’une approche d’évangélisation, si l’on s’accorde que le salut ne dépend pas de notre doctrine suffisamment ‘saine’ sur le sujet…
    Ce qui est sûr, c’est que si ce ne seront probablement pas les premières questions qu’on Lui posera là-haut, elles feront peut-être partie du Top-10 – qui sait, peut-être qu’il nous montrera un film du début de notre planète Terre, en 4D, mieux qu’Avatar et Le Hobbit :p
    En gardant les yeux sur notre Seigneur commun, en avançant dans la vérité avec humilité, je remercie tous ceux qui ont participé/participent au débat, tous les arguments et toutes les réflexions m’ont intéressés et participent à ma réflexion sur le sujet ☺

    Matthieu
    ps : je redis encore une fois que je ne prétends surtout PAS faire ici une conclusion ou une synthèse exhaustive, je ne m’en prétends pas la capacité aujourd’hui ni AUCUNEMENT la responsabilité dans le cadre de ce débat. Je propose juste les réflexions que m’ont amené ce débat.

  • Avatar
  • Très bon commentaire, bien équilibré et posant les bonnes questions.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *