Battle théo: Guillaume répond à Reynald

Crédits Photo : bleacherreport.com
Crédits Photo : bleacherreport.com

Après avoir introduit la série lundi, donné la parole à Guillaume pour défendre la position incompatibiliste (1/22/2), avant de donner la parole à Reynald pour défendre la position compatibiliste (1/2, 2/2), voici la réponse de Guillaume aux arguments de Reynald.

Cher Reynald,

Voici ma réponse à ton article. Je ne te cacherai pas être déçu par quelques inexactitudes et jugements mal fondés que j’y ai relevés. Je commencerai d’ailleurs par là.

1. Quelques inexactitudes à corriger

– Il est faux d’affirmer que c’est après la publication des Fundamentals (1910-1915) qu’une “aile dure“ évangélique aurait commencé à rejeter la théorie de l’évolution. C’est au contraire dès ses balbutiements que l’écrasante majorité des évangéliques a pris position contre elle. C’est le cas, par exemple, de Charles Spurgeon (1834-1892), qui la dénoncera immédiatement et qui passera le reste de sa vie à la combattre.

–  Il est faux de laisser entendre que la position créationniste implique nécessairement une croyance en une “théorie du complot“ (cf. ton introduction et ta conclusion) ou à une terre de moins de 10 000 ans. Je peux comprendre que tu ne partages pas nos vues, mais de là à tous nous cataloguer dans le camp de ceux qui croient à une conspiration scientifique, je trouve que tu y vas un peu fort !!

– Il est faux d’affirmer que l’ensemble des créationnistes adhère à une lecture strictement littérale du texte, et qu’ils ne reconnaissent pas les différents styles littéraires présents dans Genèse 1-11. C’est stigmatiser abusivement notre position. Affirmer le caractère historique de l’ensemble des éléments contenus dans Genèse 1-11 ne revient pas à nier les différentes techniques littéraires utilisées par son auteur. Loin de là.

2.  Sur les critères que tu proposes pour retenir ou non le choix de l’historicité

À part le “bon sens scientifique“ (que tu ne définis pas, au passage), tu ne donnes finalement aucune piste exégétique pour déterminer ce qui est historique de ce qui ne l’est pas. C’est donc sans réelles explications que tu prends position pour un style littéraire poético-cosmogonique.

Or, tu omets une information capitale : ta position part du principe que la Genèse s’inspirerait d’autres récits “cosmogoniques“ des origines (c’est-à-dire des mythes égyptiens, sumériens, mésopotamiens, etc.).

Matthieu Richelle, professeur à la FLTE et orateur très en vue des conférences du RSE, est l’un des principaux avocats de cette approche. Voici quelques unes de ses idées, issues de son ouvrage Comprendre Genèse 1-11 aujourd’hui :

– L’auteur aurait “pioché“ dans la mythologie proche orientale pour façonner certains des éléments narratifs de Gen. 1-11 (p.71). Autrement dit, ce ne sont pas des faits historiques bruts qui auraient premièrement influencé son récit, mais des mythes.
– Le seul élément historique certain de Genèse 1-3 serait Adam (p.111). Ainsi, le serpent (p. 89), ou encore la création depuis la poussière de la terre (p.74-77) ne seraient que des images empruntées à ces récits mythiques. Que les auteurs du Nouveau Testament y fassent référence explicitement comme à des faits historiques n’entre pas en ligne de compte… On se demande, dès lors, pourquoi Adam ne serait pas lui aussi une image issue de ces récits extrabibliques.
– Le déluge, quant à lui, n’aurait été que local (p.218). Il s’agirait d’une référence à une inondation, probablement en Mésopotamie (p.220).

Tu te réclames d’un héritage évangélique issu des Fundamentals, mais c’est paradoxalement contre ce type d’approches libérales que les Fundamentals prétendaient prendre position…

3. Sur ton traitement des objections à ta propre position

– Sur la place de la mort. Tu fais l’erreur d’isoler Romains 5.12 du reste de l’épître, et notamment de Romains 8.19-21.  Dans ce passage, Paul met clairement en évidence que la mort consécutive à la faute d’Adam s’étend à l’ensemble de la création. Pourtant, le verset même que tu invoques est clair : la mort n’était absolument pas dans le monde, avant le péché humain. D’autre part, si, comme tu l’écris, la mort conséquence de la chute était uniquement spirituelle, dans ce cas pourquoi Jésus a t-il dû mourir physiquement pour nous en racheter ? C’est hors de toute logique.

– Sur le sens du mot “jour“ et ton argument sur le 6e jour : je ne m’étendrai pas, car tes affirmations ne sont que le fruit que de ta perception des créationnistes et de leur soi disant “littéralisme“. Que l’auteur de l’épître aux Hébreux allégorise le 7e jour de la création ne signifie pas pour autant que ce dernier n’ait aucune existence historique. C’est un procédé courant du Nouveau Testament que d’allégoriser des faits historiques de l’Ancien (ex. Galates 4.23-25).

En conclusion

L’évolution est LA grande explication des origines invoquée par ce monde sans Dieu. Elle permet à ceux qui y adhèrent d’expliquer la vie sans faire référence à un créateur, et sans avoir à se conformer à une norme morale qui en découlerait…

Nous ne devrions pas adapter notre manière d’exposer Genèse 1-11 en fonction de la réaction supposée des gens de ce monde.

S’ils ne nous écoutent pas lorsque nous leur présentons le récit historique de la création, comment nous écouteront-ils lorsque nous leur parlerons de résurrection des morts ?

Et “s’ils n’écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne se laisseront pas persuader, même si quelqu’un ressuscitait d’entre les morts.“ (Luc 16:31)

À demain pour le dernier volet du battle qui verra la réponse de Reynald aux arguments de Guillaume! ;)

Guillaume Bourin

Guillaume est coordinateur des formations #Transmettre et blogueur sur Le Bon Combat.

Tu devrais aussi aimer...

24 Commentaires

    Avatar
  • Bonjour Guillaume,

    1) Attention au ton mélodramatique et excessif: « Je ne te cacherai pas être déçu », « je trouve que tu y vas un peu fort !! », « C’est stigmatiser abusivement notre position », « C’est hors de toute logique ».
    Je ne dis pas cela dans un état d’esprit de moquerie. Très souvent, les créationnistes non évolutionnistes adoptent ce genre de ton dans les débats sur les origines, et il me semble que cela perturbe la discussion, qui doit être un échange serein et dépassionné d’arguments et d’objections. Il ne s’agit pas d’un combat, puisque tu es dans le même camp que Reynald, mais d’un différend théologique (qui porte certes sur des questions importantes). Pour être sauvé, on n’a pas besoin d’être non évolutionniste ou évolutionniste. Donc: reste cool.

    2) Attention également à ta confiance en toi. Tu n’écris pas « je pense que », « je suis convaincu que », mais « il est faux que », « il est vrai que ». Il me semble que les chrétiens doivent rester humbles, surtout quand on parle de sujets aussi complexes et techniques que la TE et l’herméneutique.

    3) Je comprends que la thèse de l’influence d’autres mythes dans la rédaction de la Genèse te perturbe. Cela m’avait également perturbé. Le fait est que les spécialistes du domaine (ceux qui ont étudié sérieusement les rapports entre les cultures des peuples autour des hébreux et des ressemblances avec ces cultures dans le récit de la Genèse, comme Matthieu Richelle ou Peter Enns) affirment que le récit de la Genèse s’inspire bel et bien de tous les récits mythiques de son époque. J’ai l’impression que les gens qui affirment le contraire sont ceux qui n’ont pas étudié sérieusement la question, qui n’ont pas fait d’études dans ce domaine. Toi même, as tu déjà lu des ouvrages de spécialistes sur la question?

    4) Ta conclusion me semble discutable.
    L’évolution n’est pas la grande explication invoquée par ce monde sans Dieu. Si cette phrase était vraie, cela voudrait dire que la majorité des scientifiques chrétiens rejetteraient la TE. Or, comme je l’ai déjà écrit, la majorité des scientifiques chrétiens (et même évangéliques) acceptent la TE. Ton tableau manichéen (les athées évolutionnistes contre les évangéliques non évolutionnistes) ne décrit donc pas la réalité. La réalité me semble plutôt divisée en plusieurs camps: athées évolutionnistes, créationnistes évolutionnistes, Intelligent Design, créationnistes Jeune Terre et Vieille Terre. Il y a au moins 5 camps, et pas seulement 2.
    Une autre erreur de ta part, me semble-t-il: les évolutionnistes athées ne se servent pas de la TE pour disqualifier la morale chrétienne. La plupart du temps, ils sont athées, avant de découvrir la TE. C’est parce qu’ils sont d’abord athées qu’ils disqualifient la morale chrétienne. L’existence et l’abondance du mal et de la souffrance, la diversité des religions, les exactions que les gens se présentant comme chrétiens ont commis, leur suffisent souvent pour rejeter Dieu et sa morale. La TE n’a pas l’influence aussi forte que tu sembles lui donner. La plupart des gens dans le monde et en France ne connaissent pas la TE, elle ne fait pas partie de leur univers mental (contrairement à la souffrance, à la diversité des religions, etc.).

    5) Tu écris: « S’ils ne nous écoutent pas lorsque nous leur présentons le récit historique de la création, comment nous écouteront-ils lorsque nous leur parlerons de résurrection des morts ? »
    C’est une question intéressante que tu soulèves. Les créationnistes évolutionnistes sont souvent convaincus que la lecture littérale des premiers chapitres de la Genèse a pour conséquence de discréditer le message de l’évangile. La raison d’être d’organisations comme Biologos ou Science et Foi, est de remplacer les lectures littérales, irrespectueuses des vérités scientifiques, qui nous sont données par Dieu, par des lectures respectueuses des vérités scientifiques.
    Comment les gens écouteront ils le récit sur la résurrection des morts de la part de personne qui se détournent consciemment des vérités que nous donnent les sciences sur la question des origines? Comment leur feraient ils confiance sur des matières spirituelles, alors qu’ils les voient se détourner des évidences scientifiques?
    Peut être que les créationnistes évolutionnistes ont tort sur ce point, mais il reste intéressant de souligner qu’ils sont convaincus comme toi, que la vision adverse discrédite l’évangile. Cela devrait nous inspirer plus de mesure et moins de ton mélodramatique, non?

      Avatar
    • Cher Soudam,
      Je pense que Guillaume te répondra, mais :
      1) « Le fait est que les spécialistes du domaine (ceux qui ont étudié sérieusement les rapports entre les cultures des peuples autour des hébreux et des ressemblances avec ces cultures dans le récit de la Genèse, comme Matthieu Richelle ou Peter Enns) affirment que le récit de la Genèse s’inspire bel et bien de tous les récits mythiques de son époque. » : Je penses que tu commets une erreur, car tu ne cites que les personnes qui sont de ton avis. D’autre spécialistes comme Pierre Berthoud ne sont pas du même avis.

      2) « La majorité des scientifiques chrétiens … » : Ceci est fortement discutables, je connais une grande quantité de scientifiques de trés haut niveaux qui pensent le contraire. Attention aux caricatures !

      3) « La raison d’être d’organisations comme Biologos ou Science et Foi, est de remplacer les lectures littérales, irrespectueuses des vérités scientifiques, qui nous sont données par Dieu, par des lectures respectueuses des vérités scientifiques. » C’est trés dangereux de cité Biologos ou Peter Enns qui possédent des exégéses fortement douteuses, voire inacceptables sur la Bible. D’autant plus, je ne sais pas si vous vous en rendez compte, mais vous occultés tout l’aspect « interprétatif » de la science, rendant ainsi la science telle une norme à laquelle notre éxégése doit se plier. Une exegése sérieuse des textes tels que Rom 5 et 1 Cor 15 interdisent une lecture évolutionniste et c’est dangereux de faire des pirouettes exegétiques comme le fait biologos pour faire dire au texte ce qui ne dit pas !

      La vision evolutionniste discrédite la Parole car elle fait de l’exegése type « caméleon », alors qu’une position créationniste n’essaye pas de rendre acceptable l’évangile en rendant plus acceptable le point de vue biblique sur l’origine de l’humanité.

        Avatar
      • Cher Saglietto,

        Je réponds à tes points dans l’ordre:

        1) Je ne considère pas Pierre Berthoud comme un spécialiste des mythes des civilisations voisines de celle des Hébreux. Enns et Richelle ont des doctorat sur l’histoire, la langue et la culture de ces peuples (Hittite, Assyriens, égyptiens, etc.). Ce ne sont pas en premier lieu des théologiens. Berthoud n’a pas, à ma connaissance, fait des études universitaires sur ces questions. C’est un théologien spécialiste de l’Ancien Testament. Il n’est pas spécialiste des mythes des civilisations voisines aux Hébreux, contrairement à Enns ou Richelle. D’ailleurs, d’après sa fiche biographique, il n’a pas de doctorat, ce n’est donc même pas un universitaire.

        2) Qu’est ce qui te fait penser qu’il est faux que la majorité des scientifiques chrétiens acceptent la TE? Le fait que tu connaisses beaucoup de scientifiques chrétiens qui ne l’acceptent n’invalident pas ce que je dis. Du moment que la majorité l’acceptent, j’ai raison, non? De plus, j’aimerais savoir qui sont ces scientifiques chrétiens de haut niveau qui rejettent la TE. J’aimerais au moins quelques dizaines de noms, s’il te plaît. Et pour être crédible, il faut qu’ils ait étudié sérieusement la TE (donc que ce sont des biologistes spécialisés sur la TE ou sur des sujets proches).

        3) Etant donné que je considère pas les théologies de Biologos et d’Enns comme douteuses ou inacceptables, je ne considère pas comme dangereux de les citer. Je pense en effet que la science est une norme à laquelle l’exégèse doit se plier. Au moins concernant les théories scientifiques massivement soutenues par les scientifiques et vielles de plusieurs siècles (c’est le cas de la TE). Les théories scientifiques viennent de l’étude de la nature et des lois qui ont crées par Dieu. Je considère qu’il s’agit d’une révélation naturelle, qui doit être en harmonie avec la révélation biblique. Dieu ne nous as pas donné une raison pour que nous fassions des découvertes en contradiction avec ses enseignements, n’est ce pas?

        4) La lecture métaphorique de la Genèse date d’Augustin (IVe siècle). Elle n’est pas caméléon, puisque fort ancienne. On peut donc dire, il me semble, qu’elle a toujours été présente dans les milieux chrétiens. Maintenant que nous disposons de connaissances scientifiques plus solides, nous savons quelle est la bonne interprétation de la Genèse, celle métaphorique. Ce qui veut dire que l’autre interprétation est fausse, et qu’elle est une hérésie. En tant que chrétien, nous devons combattre les hérésies. Il semblerait alors qu’il faille considérer l’interprétation littérale de la Genèse comme une hérésie.

        Fraternellement,

          Avatar
        • Cher Soudam,
          Il est dommage que la totalité de votre argumentation ne repose ni (1) sur une analyse objective des faits empiriques dénuée de tout présupposés naturaliste et matérialiste (car ce sont bien ces présupposés qui poussent certaines personne à faire une synthèse entre la doctrine biblique de la création et la vision matérialiste du monde), ni (2) sur une analyse exégétique des textes bibliques, textes inérants, infaillibles et suffisants (je ne suis pas sûr que vous croyez à ces derniers attributs qui qualifient la bible). Apparemment vous occultez totalement la part subjectives du scientifique dans sa démarches interprétatives des faits bruts. De plus vous occultez aussi l’effet noétique du péché qui « entrave » en quelque sorte la connaissance humaine, et ainsi les théories scientifiques. Une lecture littérale des textes de la genèse est totalement raisonnable et elle est totalement acceptable du point de vue exegétique. De plus, il apparaît que vous ne donnez pas à la Parole de Dieu la place normative qu’elle exige, du fait que vous pratiquiez une certaine forme de concordisme en soumettant votre interprétation des textes au « magistère » scientifique. Il est d’autant plus regrettable que, bien qu’ayant reproché un manque d’humilité à Guillaume, vous faites preuve d’un manque flagrant d’humilité face à des auteurs de qualité tels que P. Berthoud. Et, apparemment, vous voulez faire « passer » votre argument en rajoutant sur la balance les titres académiques, où l’acceptabilité vis à vis du monde des scientifiques. La mythologie n’a rien à voir avec la bible, et j’ai bien peur que votre attrait pour les cosmogonies du POA ait occasionné un certain « trouble de votre vision » dans la lecture de la Genèse. Je n’irai pas plus loin dans le débat, car une telle attitude est attristante et démontre que la suite demeurera stérile, et votre dernier argument démontre clairement que vous ne vous intéressez que trop peu aux textes bibliques.
          Il existe bon nombre de scientifiques qui rejettent le TE, mais je refuse de me lancer dans un combat de « respectabilité académique ». Beaucoup de sites créationnistes américains et anglais sont dirigés par des scientifiques de qualité.Je vous conseille de jeter au site d’un frére en Christ qui parle de ces problématiques avec perspicacité. Je vous conseille aussi de lire les excellents articles de Jean Paul Dunand (http://larevuereformee.net/auteur/dunand-jean-paul).
          Bien Fraternellement,
          Dan S.

            Avatar
          • Cher Daniel,

            1) Qu’est ce qu’une « analyse objective des faits empiriques dénuée de tout présupposés naturaliste et matérialiste »? Une telle analyse ne sera-t-elle pas tributaire d’autres présupposés (non naturaliste, spiritualiste)? J’ai du mal à penser qu’une analyse puisse être objective, dans le sens de dénuée de tout présupposé. Dès lors, le fait qu’une analyse repose sur certains présupposés ne constitue pas selon moi un manquement ou un défaut, pour la simple raison que les analyses dénuées de tout présupposé n’existent pas. Votre analyse par exemple, reposera nécessairement sur certains présupposés, n’est ce pas?

            2) Je ne crois pas que le débat porte sur l’innerrance des textes bibliques. Dire qu’un texte doit être lu métaphoriquement plutôt que littéralement ne revient pas nécessairement à remettre en cause son autorité. Imaginez que quelqu’un affirme que les paraboles de Jésus ne sont pas à comprendre littéralement mais métaphoriquement, ne serait il pas illégitime d’accuser cette personne de remettre en cause l’inerrance des textes? La personne ne remet pas en cause l’inerrance des textes, mais l’interprétation littérale que des chrétiens font des textes. Pourquoi ne pourrait-on pas appliquer ce même schéma de pensée aux premiers chapitres de la Genèse, surtout quand des théologiens sages comme Henri Blocher nous montre que ces chapitres sont des récits littéraires plutôt que des comptes rendus de la manière dont Dieu a créé le monde?

            3) Je n’ai pas l’impression d’occulter la part subjective dans la recherche scientifique. Je parle d’une théorie qui est testée et corroborée depuis 2 siècles par des milliers de scientifiques, et qui suscitent le consensus. Avouez que la part de subjectivité a tendance à se réduire. L’affirmer, c’est s’aventurer, il me semble, sur une pente relativiste peu commode. Les théories scientifiques sont nos objets de connaissance les plus objectifs, ou si vous préférez, les moins subjectifs, parce qu’ils sont énormément discuté, testés, reproduits, etc.

            4) Sur les effets noétiques du péché. Je ne suis pas partisan de la dépravation totale, et je pense que l’esprit humain pécheur est capable de produire de bonnes connaissances. La plupart des scientifiques sont athées, et regardez les connaissances impressionnantes qu’ils ont produit. Nos téléphones portables, nos avions, nos médicaments, notre agriculture, nos maisons, etc. fonctionnent parce que les théories scientifiques qui les sous-tendent sont globalement correctes. Quelque chose qui est faux ne fonctionne pas. Si le péché avait des réels effets sur notre intelligence, nous serions restés coincés au stade préhistorique. C’est le développement de notre intelligence qui nous a permis d’inventer la roue, les barrages, les fusées, etc. Du coup, l’argument de l’effet noétique du péché me paraît peu plausible. Qu’en pensez vous?

            5) Sur la question de l’autorité normative de la Bible, disons que je me garde d’une certaine « bibliolâtrie » très fréquente dans les milieux évangéliques. Je pense que la Bible n’est pas l’alpha et l’oméga de la révélation divine. Dieu se révèle également par la nature (que les sciences cherchent à décrire). Le livre de la nature nous sert à comprendre le livre biblique. Il ne peut y avoir de contradiction entre ces deux révélations. Je conçois aisément que cette manière de concevoir la Bible puisse être contestée, mais elle a ses forces.

            6) Dans quel sens précisément ai je manqué d’humilité envers Pierre Berthoud, selon vous? J’ai l’impression d’avoir simplement énoncé des faits: il n’est pas spécialiste universitaire des cultures limitrophes à celle d’Israël, il n’a pas de doctorat. L’énonciation de ces faits n’est accompagné d’aucun jugement de valeur. Je ne connais pas cette personne. Je dis simplement que par rapport à Enns et Richelle, Berthoud n’est pas compétent. C’est un peu comme si vous compariez un interne en médecine généraliste et un chirurgien, sur une question de chirurgie. Il n’y a aucun mépris de ma part, je me contente d’énoncer des faits. Rappeler que Pierre Berthoud n’a pas de doctorat ou qu’il n’est pas spécialiste de tel sujet ne me fait pas sentir supérieur à lui. Je ne prétends pas que mes analyses soient plus fines que les siennes. Je me réfère, modestement si l’ont peut dire, aux avis des spécialistes, bien plus éclairés que moi sur ces sujets. Je ne pense donc pas faire preuve d’un manque d’humilité sur ce point.

            7) Je n’ai pas d’attrait particulier pour les cosmogonie orientales. Je prends simplement en compte l’avis des spécialistes sur le sujet, et l’estime supérieur à celui des non spécialistes (comme Berthoud).

            8) Je remarque qu’il est typique des créationnistes non évolutionnistes de ne pas souhaiter approfondir les discussions, et d’utiliser des termes émotionnels (le fait que vous soyez « attristé » par mon attitude). C’est un échange d’arguments, et le but est de trouver la vérité. Pourquoi faire intervenir nos sentiments et nos émotions ici?

            9) Je ne pense vraiment pas qu’il existe bon nombre de scientifiques qui rejettent la TE. Votre refus de vouloir les citer semble le montrer. Peut être que votre refus d’engager un combat de « respectabilité académique » montre que vous avez bien conscience que votre thèse n’est pas académiquement respectable. Les sites créationnistes anglais et américains que j’ai parcouru (Answers in Genesis, Creation Ministries, le site de l’Institute of Creation Research) sont dirigés par des personnes ne publiant pas dans journaux universitaires et ne participant pas à la recherche scientifique. Il est possible que je me trompe, et dans ce cas, je suis ouvert à vos remarques et corrections.

            10) J’ai regardé qui était Jean Paul Dunand. Il est diplômé en lettres, et dirige un hôpital. Il n’a donc apparemment reçu aucune formation universitaire en biologie (être directeur d’hôpital est un poste administratif, pas scientifique). Comment peut on faire confiance à quelqu’un qui parle sur un sujet aussi complexe que la TE sans formation universitaire dans ce domaine? J’avoue que j’ai du mal à comprendre. C’est comme si vous considériez l’avis d’un économiste sur le fonctionnement des reins comme faisant autorité.

            Bien amicalement,

    • Avatar
    • Juste par rapport à ton 5ème point, la théorie de l’évolution ne fait pas l’unanimité dans le monde scientifique, et est d’être considéré comme une vérité, comme par exemple la formule de vitesse de la lumière, qui elle à ma connaissance n’est rejetée par personne, car prouvée scientifiquement. (je ne suis pas scientifique dans la physique, du coup peut être que elle l’est , mais je ne pense pas).
      Il n’y a pas de preuve irréfutables en faveur de l’évolution contrairement à certaines vérités scientifiques telles certaines lois de la physique et de la biologie, qui peuvent être vérifiée scientifiquement.
      Dans ma spécialité scientifique qui est la médecine, on m’apprend que tout fait que l’on observe empiriquement (ce qui d’ailleurs n’est pas le cas dans la théorie de l’évolution, qui n’a été observée par personne. Je parle là uniquement du côté de l’origine des espèces avec un ancêtre commun, car l’évolution au sein d’une même espèce selon les conditions climatiques ne me pose pas de problème) n’est vrai qu’une fois avoir été démontré scientifiquement par des études statistiques qui tiennent la route, j’imagine donc que toute discipline scientifique repose sur ces bases, puisque on définit comme science quelque chose de visible, et reproductible sur toute la terre.
      L’évolution en tant qu’explication de l’origine des espèces n’est donc pas scientifiquement prouvée. Certaines choses peuvent peut etre faire penser à certains scientifiques que l’origine de l’homme vient d’une évolution, mais tant que cela n’a pas pu être démontré, ce n’est en aucun cas une preuve scientifique.
      Il s’avère d’ailleurs « souvent », dans le domaine de la médecine en tout cas, que l’on observe quelque chose empiriquement, par exemple qu’un médicament soit efficace contre l’hypertension artérielle, mais qu’en réalisant des études avec une puissance statistique pour en apporter la preuve scientifique finalement démontre que ce n’est pas le cas.
      Donc voilà je tenais juste te mettre en garde contre l’amalgame théorie de l’évolution=science= preuve irréfutable= vérité.

        Avatar
      • Cher Pascou,

        1) Tu écris que la TE ne fait pas l’unanimité parmi les scientifiques. Pourrais tu développer ce point s’il te plaît, l’argumenter, puisque je pense justement le contraire.

        2) Tu affirmes qu’il n’existe pas de preuves de la TE. Voici un lien, d’une association évangélique spécialisée dans les rapports entre science et foi, qui explique les preuves en faveur de la TE:
        http://www.scienceetfoi.com/?portfolio-category=evolution-res
        Les preuves de l’évolution sont empiriques: le code génétique, les fossiles, etc. Elles sont observables, en laboratoire. Simplement, elles ne se passent pas devant nous. C’est comme en histoire. Nous avons des preuves que César a bel et bien existé, et pourtant nous n’avons César en train de vivre devant nous.

        Bien à toi,

  • Avatar
  • correction de ma 1ere phrase après relecture!
    la théorie de l’évolution ne fait pas l’unanimité dans le monde scientifique, et on NE PEUT selon moi lui attrribuer le terme de vérité comme tu le cites dans ton commentaire 5), contrairement à par exemple la formule de vitesse de la lumière, qui elle à ma connaissance n’est rejetée par personne, ou d’autres lois de la physique ou chimie, car prouvées scientifiquement, etc

  • Avatar
  • Merci Guillaume pour ces nécessaires mises au point. Les sirènes de l’évolutionnisme savent avoir des accents séduisants, mais j’espère que ce débat en aidera plusieurs à y regarder à deux fois avant de se jeter à l’eau !

      Avatar
    • Cher Alain,

      Je te conseille de lire cet article « la créationnisme: Titanic ou colosse aux pieds d’argile », écrit par le physicien Benoît Hébert, de l’association Science et foi (la seule association évangélique que je connaisse consacrée aux rapports entre sciences et foi):
      http://www.scienceetfoi.com/le-creationnisme-titanic-ou-colosse-aux-pieds-dargile/

      Il montre, de manière assez étayée, que le créationniste non évolutionniste est en déclin dans le monde évangélique.
      Je pense qu’à terme, les lectures littérales de la Genèse vont tombées en désuétude, de la même manière que les lectures de la Bible qui disaient que le terre était au centre de l’univers ou qu’elle était plate, ont été abandonnées. C’est une question de temps.

      Bien fraternellement,

  • Avatar
  • Cher Soudam,
    Il y a ceux qui savent, ceux qui ont des diplômes, et les autres. Pourtant, si vous lisez bien votre Bible, vous verrez qu’il est arrivé plus d’une fois que les autres avaient raison, et que ceux qui croyaient savoir ne savaient pas vraiment. La formation universitaire est une bonne chose, mais elle ne garantit pas que celui qui la possède a nécessairement raison sur celui qui ne l’a pas, surtout dans le sujet qui fait l’objet de ce débat.

      Avatar
    • Cher Alain,

      Je n’ai pas constaté en lisant ma Bible, que les ignorants avaient raison sur les scientifiques. Auriez vous des exemples précis en tête? J’ajouterai que je ne pense pas que la Bible parle de scientifiques. La science moderne est née au XVIe siècle.
      En revanche, je suis d’accord avec vous pour dire que la formation universitaire ne garantit pas la véracité du jugement. Mais elle est toujours préférable à une ignorance, surtout sur des questions théoriques, comme celle de la TE.

      Fraternellement

  • Avatar
  • Chers tous,

    Guillaume commence sa réponse en corrigeant quelques inexactitutes. Il me parait essentiel pour les discussions en cours d’en corriger au moins une autre.
    Dans son article, Reynald affirme que la lecture littérale de la Genèse signifie « que chaque « espèce », au sens contemporain, serait apparue indépendamment des autres, par un acte de création directe de la part de Dieu. » Nous avons là un problème de définition du terme « espèce » ! A l’époque d’Adam, le mot « espèce » ne pouvait avoir la même définition qu’aujourd’hui puisque notre définition est basée entre autre sur les travaux de Linné.
    Avoir une lecture littérale de la Genèse ne signifie pas être fixiste, bien au contraire : ce qui est défini aujourd’hui comme « espèce » ne correspond certainement pas au mot « espèce » utilisé dans nos traductions françaises : je laisse aux théologiens le soin de fouiller cette question mais je préfèrais pour ma part parler de « type de base ». La question n’est donc pas si, oui ou non, nous observons des changements dans la nature (comme par exemple la possibilité de sélectionner des chiens de différentes tailles ou forme de crâne …), mais de savoir si ces changements peuvent être utilisés comme preuves « absolues » que l’on passe (au cours de longues périodes de temps et d’un hasard tout puissant) de quelques molécules qui s’auto-assembleraient à … un être humain !

  • Avatar
  • Chers amis,

    J’ai voulu hier soir répondre à Soudam, et ma réponse s’est perdue lorsque je l’ai validée. :(

    Je ne vais pas la réécrire, à l’exception de deux éléments

    => Soudam : pour faire simple je te disais que tu ne répondais pas sur le fond, mais que tu avais succinctement attaqué la forme de mon article, et surtout tu avais forgé toute une série d’arguments ad hominem contre moi : mes diplômes, mn incompétence, et ici mon caractère.
    Comme dirait le roi David, ce genre d’argument se focalisent sur « un chien mort, une puce » – en l’occurrence moi – qui d’emblée les accepte. Mais ce n’estpas pour autant que je ne peux dire clairement qu’une chose est fausse quand elle l’est, ou que je peux exprimer mon point de vue après avoir lu sur la question…
    Ceci étant, je laisse au lecteurs le soin de juger si tes critiques sont profitables au débat. Pour moi, on s’écarte du sujet : mes défaillances ne sont pas un sujet d’étude qui sera profitable aux lecteurs de la Rébellution.

    Pour le reste, je réponds surtout au point 3)
    Je ne nie pas que Matthieu Richelle, par exemple, ait relevé des similitudes particulièrement intéressantes entre les récits cosmogoniques du proche orient ancien et Genèse 1-3. Et je ne remet certainement pas en cause l’existence de ces similitudes.
    C’est avec les conclusions de Matthieu Richelle que je ne suis pas en accord : les récits mythiques proche orientaux auraient influencé le récit biblique des origines.
    Ce faisant, il évite d’aborder au moins deux autres pistes qui me paraissent bien plus pertinentes :
    1) Les récits mythiques proche orientaux s’inspireraient d’une ou de plusieurs traditions émanant de personnes plus ou moins familières avec les récits de Génèse 1-3. Cette conclusion s’appuie sur l’idée qu’Adam aurait reçu les récits créationnels par Dieu, et les aurait ensuite transmis à ses descendants, sous une forme écrite ou oralement. Les lignées s’écartant de celle devant conduire à la promesse de Gen. 3:15 (par ex. : celle de Cain) auraient pu continuer à communiquer sur le déroulement des origines, mais en la déformant. Le récit créationnel initial aurait été transmis à Noé, qui l’aurait transmis à Abraham, etc…
    2) Les récits mythiques proche orientaux feraient – plus ou moins partiellement – écho aux mêmes faits historiques que décrit Génèse 1-3, mais leur transmission aurait été altérée et pervertie. Vu sous cet angle, les récits cosmogoniques extra-bibliques deviennent alors un appui à l’historicité des descriptions créationnelles de la Genèse, une peu de la même manière que le Code d’Hamourabi vient appuyer l’historicité de la loi Mosaïque.
    Ceci étant, il faut reconnaitre que ces conclusions ne sont que des spéculations, tout comme l’est d’ailleurs également la conclusion de Matthieu Richelle.
    La grande différence tient dans le fait que les deux pistes que je propose s’accordent avec la compréhension historique de Genèse 1-3 qu’avaient les auteurs du Nouveau-Testament, tandis que celle de M. Richelle soulève de gros problèmes de compatibilité.
    Mon principal souci, en ce qui me concerne, est que cette conclusion spéculative de Matthieu Richelle lui sert de présupposé pour l’ensemble de sa compréhension de Genèse 1-11.

    Bon dimanche à tous.

      Avatar
    • Cher Guillaume,

      1) J’ai en effet forgé plusieurs arguments ad hominem contre toi, que j’estime valides. Tu parles avec une grande confiance en toi, trop grande à mon avis, et tes avis me paraissent très tranchés, trop tranchés, surtout étant donné ton niveau d’étude sur ces domaines compliqués. Je pense évidemment que tu peux exprimer ton point de vue sur un grand nombre de questions. Mais dans les articles que tu as publié, tu n’as pas simplement exprimé un point de vue, tu as écrit de manière tranchée, avec un ton très assuré. Tes articles ont été lus par un certain nombre de personnes. Ce que tu as écris a une influence. Peut être que du fait de tes articles, tu as convaincu des gens de refuser catégoriquement la TE. Tes défaillances me paraissent du coup clairement dans le sujet. Il ne s’agit pas simplement de savoir si la Bible est compatible ou non avec la TE, mais d’apprendre à parler de sujets délicats sans ton tranché et définitif, sans condamnation sévère et mélodramatique des autres points de vue. Je pense que notre manière de débattre est au moins aussi importante que le contenu dont on discute. En toutes choses, ne devons nous pas manifester les vertus chrétiennes? Parler d’un ton tranché, sur un sujet de spécialiste qu’on ne maîtrise pas universitairement, n’est ce pas contrevenir aux vertus chrétiennes d’humilité intellectuelle, de douceur, de compréhension d’autrui? Moi même je suis loin d’être parfait dans ce domaine et t’autorise à me reprendre si tu le juges approprié. Je l’ai jugé approprié pour toi, d’autant plus que tu as un rôle important, de pasteur, de leader (hé non, tu n’es pas un chien mort ou une puce).

      Les critiques que tu faites sur l’argumentation de Richelle sont intéressantes. Je vais y réfléchir, me documenter sur le sujet.

      Fraternellement,

  • Avatar
  • Bonsoir, après coup, à tous,
    Je me permets de répondre, même si une post vient d’être publiée de ma part en réponse à l’article 1/2 et 2/2 de Guillaume.
    Je félicite Soudame pour sa première réaction à l’article de cette page de Guillaume. Je souscris pleinement à cette réponse.
    Pour ce qui est des soi-disant inexactitudes de mon article relevées par Guillaume, je suis étonné du langage que tu utilises cher Guillaume. Tu n’as pas encore vraiment étudié ni la théologie ni l’histoire de l’Eglise et tu sembles très informé sur les positions évangéliques du début XXe. Il est tout de même surprenant que deux des articles majeurs des Fundamentals aient été laissés à des personnes ouvertes à l’évolution. Si, comme tu le dis, l’écrasante majorité était anti-évolution, on n’aurait jamais laissé G. Wright ou J. Orr prendre la plume.
    Pour ce qui est de la théorie du complot, je n’ai jamais utilisé l’expression, mais en voulant absolument placé la mort animale après la chute, tu te limites forcément à un monde de 10.000 ans, voire 100.000 en gonflant à l’extrême les généalogies. Or comme tu le sais ces données sont totalement contredites par l’immense majorité des chercheurs appartenant à de nombreux champs scientifiques. Ta position oblige à considérer, d’une certaine façon, une « forme de complot » ou au moins d’un « aveuglement » de la quasi totalité des « scientifiques attitrés » chrétiens ou non.
    Je n’ai jamais parlé des récits bibliques qui dériveraient des récits mythiques même si n’importe quel lecteur ferait un certain parallèle. Je crois que Dieu a inspiré chaque mot de la Bible, y compris de Gen 1, mais pour se mettre à notre niveau, il utilise des images, il reprend des concepts utilisés à l’époque de la rédaction comme les « luminiaires »…
    Tu te lances dans un procès contre Matthieu Richelle alors que je ne le mentionne même pas. D’ailleurs je ne partage forcément tout ce qu’il écrit malgré l’estime que j’ai pour lui.
    Mais on a beaucoup écrit tous les deux, je n’en rajoute pas, on le fera de vive voix dans d’autres circonstances. Malgré tes propos que je trouve parfois un peu tranchant, surtout dans ta dernière réponse, je sais qu’on se retrouve sur beaucoup d’autres points dans la parole de Dieu.

      Avatar
    • Reynald, Soudam :
      Ecoutez, je suis désolé si vous trouvez mes propos tranchants, mais je les maintiens.

      Reynald : J’ai été assez déçu par les inexactitudes relevées, et je dois avouer m’être posé un certain nombre de questions, car j’avais déjà répondu à ces arguments verbalement… et j’ai été déçu de les retrouver par écrit, alors qu’il me semblait que nous étions au clair tous les deux.
      Mais ce n’est pas très important.
      Je te demande pardon si cela t’a vexé frère, mais je maintiens que c’est faux.

      Quand à mon niveau d’études théologiques ou historiques, que dire… encore un argument ad hominem… auquel je ne préfère même pas répondre.
      Car il me semble que j’ai quand même un tout petit peu lu, et refait mon éducation ratée, depuis ma conversion. Mais peu importe : à quoi sert-il de me défendre ? A rien.

      Car même si j’avais un Master ou un Doctorat, cela ne changerait rien.
      Mon ami Manuel Brambila, de Living Waters, ayant participé à la production du Film Evolution vs God a parlé récemment avec une figure du mouvement évangélique français.
      Je suis désolé de ne pas mentionner le nom de ce dernier, qui ne le souhaite pas.
      Il a dit à Manuel (textuellement) : « J’apprécie ton travail, je suis d’accord avec ce que tu fais et avec la position de Ray Comfort sur la création. Mais le leadership évangélique en France est clairement évolutionniste, et si tu tiens pareille position tu seras grillé. »
      Alors, est-ce que cela changerait quelque chose que mes études soient sanctionnées par un diplôme ou non, en tout cas sur cette question ? Permet moi d’avoir de gros doutes…
      Par contre, je ne vais pas changer mes convictions pour des motifs semblables. Et ça, je suis sur que tu le comprends.

      Encore une fois, si mes remarques son fausses, il s’agit de répondre sur le fond…
      Voilà le coeur du débat.

      Car il est clair que la grande majorité des théologiens évangéliques contemporains de Darwin ont rejeté la TE. J’ai cité Spurgeon, qui s’est sur le tard séparé de l’Union Baptiste pour ses questions (et d’autes, cf. la fameuse Down Grade Controversy). Mais dans les premieres années de son ministère, il trouvait en leur sein un grand appui sur ces questions.
      L’opposition à la compatibilité de la TE date des premières heures de la publication de l’origine des espèces, et non d’après la publication des Fundamentals.

      Pour Matthieu Richelle, où ai-je dit que tu le citais ? (au passage, l’utilisation du mot procès ne serait-elle pas un peu… mélodramatique ? :-) )
      Par contre tu renvoies vers le RSE, dont il est l’une des principales figures théologiques.
      Il m’apparait donc tout à fait opportun de le citer.
      Je le redis, les constats et les analyses de M. Richelle sont très pertinents, et j’irai jusqu’à dire sans hésiter qu’il est brillant.
      C’est ses conclusions qui me paraissent dangereuses. Surtout qu’il s’en sert comme présupposé pour l’ensemble de son approche.
      Et oui, je maintiens que, bien que Orr (dont l’approche évolutive reste à démontrer, es-tu sur qu’il ne faisait pas référence à ce que l’on appelle aujourd’hui la « micro évolution » ? Je me méfie car on a fait dire beaucoup de choses à son ami B.B. Warfield également, mais je reconnais ne pas avoir lu les articles Orr), les Fundamentals s’inscrivent en faux contre toute approche semblable à celle Matthieu Richelle dans son ouvrage.
      C’est même pour contrer ce type d’approches que les Fundamentals ont été écrits.

      D’ailleurs, ca serait quand même intéressant que tu te positionnes par rapport à Benoit Hébert, à Peter Enns, au blog Science et Foi.
      Moi je sais ce que tu en penses, mais ce serait bien que les lecteurs de la Rébellution aient la position du président de la FEF sur ces différents écrits.

      Pour finir, je suis vraiment content de ta prise de position claire sur la relation entre récits mythiques cosmogoniques et récit biblique.
      Mais du coup, comment démontres tu précisément le genre littéraire que tu invoques pour Genèse 1-3 ?
      Car je ne connais pas d’autres arguments externes… As tu des arguments internes au texte ?

      On en reparle de vive voix qd tu veux mon frère.
      A bientôt.
      Guillaume

        Avatar
      • En relisant quelques jours après l’ensemble de ces débats, je constate que je n’ai pas répondu à toutes les questions. Il est vrai que la page suivante répond en grande partie à plusieurs d’entre-elles, mais pour être plus précis, j’ajoute quelques éléments de réponses à ce point.
        On ne va pas se lancer dans un débat sur la position des Evangéliques au début du 20e aux US, je pense que toutes les personnes intéressées par ce sujet liront les Fundamentals et verront d’elles-mêmes que plusieurs théologiens et scientifiques évangéliques de renom n’étaient pas gênés par l’évolution. Il ne faut pas non plus placer au même niveau les Fundamentals et Spurgeon, séparés d’environ 30 ans.
        Pour ce qui est de Matthieu Richelle, tu prends peut-être 20 ou 25% de ta réponse à lui répondre alors que je n’en parle pas. Le résumé que tu fais de sa position me donne l’impression que tu veux lui faire dire que Ge 1-3 ne fait que reprendre les mythes de l’époque, même si tu nuances tes propos dans ta dernière réponse.
        Pour ce qui est de Biologos, Science et foi, je m’exprime davantage sur la page suivante. La position du Réseau FEF dont on m’a confié la présidence, considère l’historicité d’Adam comme un acquis théologique. Il est vrai que ces sites glissent parfois dans une mise en doute de ce fait. Je recopie les mises en garde formulées à la page suivante : « 1) Faire preuve de discernement, retenir ce qui est bon ; 2) Refuser que la théologie naturelle ne dicte notre lecture de la Bible, sauf dans quelques cas où il faut peser les contradictions apparentes ; 3) Ne pas glisser dans la remise en question de l’historicité d’Adam ni de la « chute ».
        Avec ces mises en garde, j’estime personnellement que ces sites sont de grande qualité que je peux recommander notamment à des personnes assez versées dans les débats Science et foi.
        Pour Peter Enns, j’avoue ne pas avoir suivi suffisamment les débats et ses écrits pour me prononcer, mais nous n’avons, à ma connaissance, jamais échangé sur ses écrits.

  • Avatar
  • Cher Guillaume,

    1) Avant toute chose, permets moi de te dire que les arguments ad hominem que j’ai formulé contre toi n’ont rien de personnel. Cela aurait été quelqu’un d’autre, avec un profil similaire au tien, j’aurais dit la même chose. Je trouve surprenant qu’on demande à un pasteur non formé sur la TE de parler de la TE. Je pense que si tu étais invité à un débat sur l’histoire de l’Ancien Testament, et que ce soit des gens qui n’ont jamais étudié à un niveau universitaire l’histoire de l’Ancien Testament, tu serais légitimement étonné. Je ne formule aucun jugement sur ton activité de pasteur, mes arguments étaient dirigé uniquement sur ta compétence sur la TE, rien de plus. L’essentiel de ton activité professionnelle ne porte pas sur l’étude de la TE, donc ne te sens pas « attaqué » personnellement par les arguments ad hominem. J’apprécie de discuter avec toi.
    Si tu avais un master et un doctorat, cela changerait beaucoup de choses, tu seras perçu comme légitime dans ce débat. De la même manière, si un médecin n’a pas un doctorat, il ne peut pas exercer. Si un avocat n’a pas un master de droit, il ne peut pas plaider. Pourquoi ce serait différent pour la théologie et la biologie évolutive? Si tu n’as pas les diplômes, alors tu ne peux pas parler de manière tranchante, avec autorité, comme si tu étais spécialiste. Deux solutions se présentent à toi: soit tu fais des études (master, doctorat) de théologie et/ou de biologie évolutionniste, et alors tu as le droit de te considérer comme une autorité dans le domaine, soit tu ne fais pas ce genre d’études, et alors, si on te demande de parler de la TE dans un événement officiel, n’hésites pas à décliner l’offre en disant que tu n’es pas compétent sur le sujet. Les milieux évangéliques, selon moi, sont gangrenés par l’amateurisme, et c’est ce qui les rend peu crédibles dans les milieux académiques français. Encore une fois, en disant cela, je ne remet pas en cause tes qualités personnelles et tes compétences de pasteur. Ma critique porte uniquement sur tes compétences pour évaluer la compatibilité entre TE et Bible.

    2) Je vais précisé ce que j’entends par « tranchant ». Cela ne désigne pas le contenu de tes propos. J’estime qu’un chrétien a le droit d’être créationniste jeune terre ou vieille terre. Ce que je critiquais c’est la façon dont tu exprimes tes croyances créationnistes non évolutionnistes: une façon tranchante, et très sûre de toi. Je pense que tu es en droit de maintenir tes propos, mais s’il te plaît, ne maintiens pas cette manière de les prononcer, catégorique, sans utiliser des expressions telles que « je pense que », « à mon avis », qui donnent l’impression à tes lecteurs que tu t’exprimes de manière tranchante. Il s’agit d’un sujet complexe. Soyons tranchants dans les choses consensuelles, qui ne font pas ou très peu débat.

    3) Je suis d’accord avec toi sur le fait que Reynald a été mélodramatique en qualifiant ta critique de Richelle de « procès ».

    4) Je suis aussi d’accord avec toi pour dire qu’il serait intéressant que Reynald se prononce sur Enns, Hébert et l’association Sciences et foi.

    Bien fraternellement,

      Avatar
    • Mais le pire est que je ne dis rien sur la TE, depuis le départ !!
      Je me refuse à tout commentaire scientifique, ayant dès le départ affirmé sans ambages mon incompétence en la matière.
      Si encore je m’étais documenté suffisamment…
      Mais je me suis contenté de la définir en premier lieu, et de citer l’un de ses mécanismes (la sélection naturelle en second lieu). je ne vois pas en quoi j’ai besoin d’un Master ou d’un Doctorat pour cela.
      Ni pour en être le spécialiste. Je crois à la possibilité d’avoir des autodidactes plus compétents que des spécialistes. Justement à cause de ce tournant de « l’extrême spécialisation » qu’à pris la démarche académique mondiale depuis plus d’un siècle.
      Mais ça c’est un autre sujet, et je ne veux pas me lancer là-dessus.

      En réalité, tes critiques sont infondées : je ne parle que sur le texte biblique depuis le départ, je ne dis rien sur la TE, au fond, à part qu’elle n’est pas compatible avec le texte biblique en raison d’au moins un de ses mécanismes supposé.
      Et sur ça, je m’estime un tout petit peu plus légitime, attendu que je me suis davantage documenté.

      Donc, si tu n’es pas d’accord avec mes arguments, c’est c’est contre eux qu’il te faut t’exprimer.

      Au passage, c’est ce que tu as fait dans ton autre commentaire, au sujet de l’herméneutique et du péché originel..
      Là au moins les choses sont claires !!

      Bonne soirée.
      gb

  • Avatar
  • Cher Guillaume,

    1) Tu affirmes que tu « ne dis rien sur la TE, depuis le départ ». Tu ajoutes que c’est sur la question de la compatibilité entre TE et Bible que tu te prononces, et que sur ce sujet, tu as certaines compétences.
    Je pense, au contraire, que tu as dis beaucoup de choses sur la TE, et des choses qui, nécessitent des compétences sur la TE. Tu t’es prononcé, de manière tranchée, sur la plausibilité scientifique de la TE. Tu l’as évalué, et déclaré très contestable. Tu ne l’as pas fait dans cette discussion, mais dans les autres. Tu as écris que nous n’avions pas de preuves concluantes en faveur de la TE, qu’elle était contestable à de nombreux endroits. Dire cela, c’est se prononcer sur des sujets scientifiques, loin de tes compétences. Est ce que tu reconnais ce point? Si tu le reconnais, cela implique tu ne doives plus te prononcer avec autorité sur la question de la plausibilité scientifique de la TE, si ce n’est pour relayer les avis des spécialistes. Et je suis d’accord pour dire que si tu trouves un expert en biologie évolutive qui conteste la TE, alors il est légitime que tu te te serves de cette référence pour critiquer la TE (mais je doute fortement que tu trouves une telle personnalité).
    Donc, selon moi, tu t’es bel et bien prononcé sur la TE, en la jugeant « non prouvée », sans avoir les connaissances nécessaires pour faire un tel jugement. Si tu te contentes de discuter de la compatibilité de la TE avec la Bible, sans affirmer que la TE n’est pas scientifiquement prouvée, cela me va.

    2) Je ne dis pas qu’un autodidacte est moins compétent qu’un spécialiste sur une question scientifique précise qui est dans le domaine du spécialiste. Un autodidacte peut être spécialiste, en s’étant formé tout seul. Je dis qu’un non spécialiste est moins compétent qu’un spécialiste. Ne confondons pas autodidacte avec non spécialiste. Il faut aussi reconnaître qu’il y a de moins en moins d’autodidacte en sciences, du fait de leur complexification, qui entraîne leur sectorisation.

    Bien à toi,

  • Avatar
  • Bonjour à tous,
    Question toute bête sur la mort :
    Qu’est ce que le lion et tout les autres prédateurs ont mangé durant les premiers temps de la création ? Si il n’y avait pas de mort, ils ne pouvaient logiquement pas se nourrir à moins évidemment que dieu pratiquait des injections de nutriment. Comment comprendre alors l’utilité de la canine ? Pourquoi mangeons nous de la viande. Nous tuons pour en obtenir.

    je suis étudiant en troisième année deGiologie-géologie. En toute honnêteté, j’étais très créationiste mais en étudiant les merveilles de la création de Dieu je en peux qu’adopter une position plus « évolutionniste ». On ne peut nier que Dieu ait tout crée mais on ne peut pas pour autant nier certaines réalité scientifique. A mon sens le but de la genèse est, contrairement aux autres récit de l’époque, de démontrer que la création ne résulte pas de l’action aléatoire de divers Dieu mais de la Volonté d’un être unique. De plus si tu lis la Genèse de manière littérale tu t’aperçois que Dieu se fatigue (il se repose le 6 ème jour), La verdure et les arbres apparaissent avant le soleil et les insectes qui sont essentiels à leur fonctionnement . Si on nie cela la chute à pour conséquence de bouleversé l’équilibre naturel de départ et de créer des centaines de milliers de mécanisme pour que tout fonctionne. A mon sens nier que Dieu ait tout créer est absurde mais le fait de nier certaines réalité l’est aussi. Pour moi le but de la genèse n’est pas le « comment » mais le « qui » et le »pourquoi ».

    Merci de permettre ce genre de débat.

      Avatar
    • Cher Quentin, je dois bien avouer que ta question m’a fait bien rire. J’aimerais juste répondre à ta question par Genèse 1:30. Que le Seigneur te bénisse

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *