Battle théo: Guillaume défend la position incompatibiliste (1/2)

Après avoir introduit la série hier, voici la première partie de la défense de l’incompatibilisme par Guillaume Bourin, pasteur en région parisienne et blogueur sur Le Bon Combat.

Je m’appelle Guillaume, et je suis créationniste (voilà, c’est dit !!). En tant que responsable d’Église, le cœur de mon travail consiste à exposer le texte biblique afin de “nourrir“ spirituellement les membres de mon assemblée.

Je pourrais considérer que le débat “création-évolution“ n’est pas si essentiel pour leur marche chrétienne, voire même qu’il pourrait s’avérer dramatiquement divisif. Après tout, il y a de chers frères et sœurs dans chaque camp, et il serait peut être plus sage de ne pas aborder ce sujet trop en profondeur…

Ce n’est pourtant pas ce que je crois, car certaines des questions soulevées par ce débat sont essentielles, et touchent à des aspects centraux de la foi chrétienne.

Voici la position que je souhaiterais soutenir dans cet article et le suivant : ce que l’on appelle communément “théorie de l’évolution“ est inconciliable avec ce que la Bible nous révèle de l’œuvre de Dieu en général. 

Les différents points qui vont suivre peuvent s’accorder avec une  position “terre jeune“ ou avec une position défendant un âge de la terre plus important. Mon argumentation ne portera absolument pas sur cela.

Théorie de l’évolution ? Mais de quoi parle t-on ?

Avant d’aller plus loin, il est important de définir ce que l’on entend par “évolution“. Le terme est en effet piégé, et sans définition claire il serait très rapide de tomber dans une dispute de mots.

Tout d’abord, il faut bien comprendre que l’expression “théorie de l’évolution“ n’est pas synonyme de “science“, et qu’émettre des réserves sur cette théorie ne revient pas à décrier la science en général, loin de là !1

Dans cet article, le terme “évolution“ sera systématiquement utilisé dans sa définition scientifique2. Pour être le plus simple possible, retenons que la théorie de l’évolution explique la relation de toutes les espèces entre elles par une origine commune et par plusieurs mécanismes de transformisme inter-espèce.

Or, cette théorie paraît difficilement conciliable avec la Révélation biblique, et ce pour de nombreuses raisons. Je pourrais en citer plusieurs dizaines mais, en raison de contraintes d’espace, je me contenterai d’en survoler trois qui me paraissent particulièrement centrales.

1. La théorie de l’évolution fait entrer la mort dans le monde avant la Chute

L’un des mécanismes les plus importants de l’évolution est ce que les scientifiques appellent la sélection naturelle. Ce mécanisme expliquerait l’adaptation des espèces au fil des générations. Les chrétiens croyant à la théorie de l’évolution, appelons-les évolutionnistes théistes3, pensent généralement que Dieu est au contrôle de la sélection naturelle et s’en sert dans son plan.

Je ne vais pas me lancer ici dans une description détaillée de ce mécanisme4, mais il est important de noter que, pour qu’il puisse fonctionner, il est nécessaire que la mort existe.

Or, c’est ici l’un des principaux problèmes rencontrés dès lors que l’on compare la théorie de l’évolution avec la Parole de Dieu. Car la Bible dit clairement que :

  • La mort est la conséquence du péché (Romains 6.21). Elle en est le fruit.
  • Elle est entrée dans le monde par un seul homme, au moment de la chute (Genèse 2.17, Genèse 3.1-24, Romains 5.12-14, 1 Corinthiens 15.21, Jacques 1.15, etc.).
  • Après être entrée dans le monde, la mort s’est étendue à tous les hommes parce qu’ils ont tous péché (Romains 5.12b-13, 1 Corinthiens 15.22, Romains 3.23, etc.). La chute d’Adam a par ailleurs eu cet impact dramatique sur l’ensemble de la création (Romains 8.19-21, comparer avec Genèse 3.17-19).
  • La mort qui est entrée dans le monde lors de la chute ne se limite pas à son aspect spirituel, légal, et éternel, mais il s’agit également de la mort dans son aspect physique. Notre corps est bel et bien mortel à cause du péché (Romains 7.24, 8.10).

Si la création de l’homme était le fruit d’une l’évolution guidée par Dieu, cela impliquerait que la mort ait été présente dans le monde avant la chute.

Or, outre le fait que les textes-preuves cités précédemment laissent entendre le contraire, notons que les Écritures déclarent que la mort constitue “l’ultime ennemi“ de Dieu (1 Corinthiens 15.26).

Comment donc la mort peut elle être bonne tout en étant l’ennemie de Dieu ? Et comment, dès lors, expliquer sa présence au milieu d’une création que Dieu déclare “très bonne“, une fois achevée, (Genèse 1.31) ?5

À suivre…

_______

NOTES

1. Certains chercheurs chrétiens de haut niveau ne croient pas que la théorie de l’évolution soit un modèle scientifique viable. Par exemple, André Eggen (généticien français connu internationalement pour ses travaux sur le séquençage du génome bovin) et Andrew MacIntosh (thermodynamicien anglais récemment décoré par le Times Higher Education de Londres pour ses travaux sur le scarabée bombardier).

2. L’expression “théorie de l’évolution“ désigne le phénomène de transformisme inter-espèces au travers de la descendance d’un ancêtre commun par des mécanismes de modifications des espèces. Ce phénomène est généralement appelé “macroévolution“, tandis que les variabilités au sein d’une même espèces sont généralement appelées (à tort) “microévolution“. Pour aller plus loin dans une critique scientifique de cette théorie, voir l’article de P. David, L. Boné, G. Pech et M. Polo : “L’Evolution : une théorie invalidée par les faits“, dans le n° 261 de La Revue Réformée, janvier 2012.

3. Les chrétiens pensant que la théorie de l’évolution est conciliable avec les textes bibliques refusent parfois cette appellation, arguant qu’elle désigne uniquement les tenants les plus extrêmes de cette approche. Certains, comme mon ami Reynald Kozycki qui débat avec moi dans le cadre de cet article, la refusent catégoriquement. Je comprends et respecte ce désir, mais dans un souci de clarté je préfère maintenir l’expression “évolutionnistes théistes“. Je reconnais toutefois qu’il existe de grandes nuances doctrinales entre chrétiens acceptant l’évolution.

4. L’article de Wikipédia à son sujet est relativement exhaustif et clair.

5. Cf . Peter Williams, “No Agony Before Adam View“. Peter est l’un des plus grands spécialistes mondiaux des manuscrits originaux de la Bible, et l’actuel directeur de Tyndale House, à Cambridge.

Auteur : Guillaume Bourin

Guillaume est coordinateur des formations #Transmettre et blogueur sur Le Bon Combat.