Pfff, les chrétiens sont tous des faibles qui ont besoin d’une béquille!

22 Sep 2013 1 commentaire
Crédits Photo : static.foxsports.com
Crédits Photo : static.foxsports.com

Un jour, j’ai emmené un ami athée à une soirée de mon groupe chrétien sur le campus sur le thème de l’amour de Dieu. À la fin de la soirée, je lui ai demandé de me résumer ce qu’il avait compris. Il m’a expliqué l’amour de Dieu d’une telle manière que j’en avais presque les larmes aux yeux. Et là, il m’a dit une phrase que je n’oublierai jamais. De mémoire, il disait quelque chose comme : « Tu sais Sam, cette idée d’un Dieu aimant qui se donne, je trouve ça beau et ça me touche beaucoup, mais franchement, je n’en ai pas besoin. J’ai tout ce qu’il me faut pour être heureux : je serai bientôt diplômé d’une grande école, j’ai des amis et une famille qui m’aiment et je suis en bonne santé. » Sur le coup, je n’avais aucune idée quoi lui répondre.

J’ai beaucoup réfléchi à ses paroles. Moi aussi j’ai tout ce qu’il me faut pour être heureux, et je pourrais sortir la même liste de privilèges que mon ami. Alors pourquoi est-ce que je suis chrétien, pourquoi est-ce que je m’accroche à Dieu ? Est-ce que je suis faible au point de prendre Dieu comme une béquille ?

Et là, une pensée m’a traversé l’esprit et m’a bouleversé. En fait, Dieu n’est pas une béquille pour des humains qui ont l’impression de boiter dans la vie. Il est une civière pour ceux qui prennent conscience de leur besoin absolu de Dieu.

Tous ces privilèges auxquels je peux m’accrocher aujourd’hui peuvent être perdus en un instant. Je peux avoir un accident et devenir tétraplégique. Je peux rater mes examens de fin d’étude et me retrouver sans diplôme. Même ceux que je considère comme mes meilleurs amis peuvent me lâcher et décider de faire leur vie sans moi. Et quoi qu’il arrive, je vais vieillir et perdre progressivement tout ce qui rend la vie si agréable.

Dans la Bible, une des promesses récurrentes de Dieu est la suivante : « Je ne te laisserai pas : non, je ne t’abandonnerai jamais » (Hébreux 13.5).

J’ai besoin de quelqu’un de solide sur qui je peux compter dans toute épreuve, quelqu’un qui ne m’abandonnera pas au milieu de mes pires galères, quelqu’un qui me donne de l’espérance au-delà de la tombe, quelqu’un qui me pardonnera même mes pires erreurs et fautes, quelqu’un qui m’aime d’un amour inconditionnel.

Et je n’en ai pas besoin comme j’ai besoin d’une béquille quand j’ai une jambe dans le plâtre, mais comme d’une civière quand je n’arrive même plus à me lever…

Avatar
Auteur : Sam P-L

29 ans, marié à Fidji, père de 3 enfants, ingénieur informatique à Lyon et co-auteur du livre Être étudiant et chrétien: opportunités et défis.

Voir tous ses articles →