Tiens, demain j’ai partiels

Crédits photos: nationalgeographic.com
Crédits photos: nationalgeographic.com

Tiens, demain j’ai partiels… est le quatrième article d’une série sur Proverbes co-écrite par Sam et Fidji. Elle appartient à la catégorie « Le travail selon Proverbes ».Tu peux retrouvez l’intro de la série et trois articles sur la sagesse : Ce que la sagesse n’est pas…Alors, qu’est ce que la sagesse? et Carte d’identité de la sagesse.

Le 29 janvier 2001, Libération publie un article intitulé « L’art de glander au bureau ». On y apprend que les sites internet ayant pour but de « glander au bureau » pullulent sur la toile. Ils fournissent du matériel, des astuces de comportement, des fonds d’écran trompe l’œil, des excuses pour ne pas bosser… bref, tout pour vous aider à supporter cette horrible chose qu’est le travail. La glande est un art qui se répand à une vitesse exponentielle sur l’internet, nous dit Libé. Nul besoin d’être docteur en sociologie pour comprendre qu’un tel succès sur le web est révélateur d’une nouvelle attitude face au travail. Nous détestons le travail. Nous nous vantons de procrastiner (il n’y a qu’a voir le nombre de membres dans le groupe « J’ai un problème de motivation, jusqu’à ce que j’ai un problème de temps » sur Facebook). Nous recopions nos devoirs sur un camarade et expliquons à qui veut l’entendre que « J’ai rien foutu et j’ai eu 18/20 quand même ». Nous racontons avec audace comment nous passons dans la classe supérieure en ayant « rien fait ». Si nous sommes chrétiens, nous rajouterons peut-être même « C’est vraiment le Seigneur parce que moi ,j’avais rien foutu ».  Drogués au plaisir instantané, nous sommes réticents au moindre effort. D’une manière ou d’une autre, la paresse est devenu un motif de fierté dans notre société.  Pourtant, que nous dit Proverbes concernant la paresse ?

Globalement, le livre entier semble nous mettre en garde contre la paresse, et ce pour 2 raisons en particulier :

Tout d’abord, la compagnie d’un paresseux semble plutôt désagréable.  Le paresseux est comparé à « ce que le vinaigre est aux dents et la fumée est aux yeux (…) pour celui qui l’envoie ». En d’autres termes, quelque chose d’irritant et de déplaisant (Prov. 10.26). Revenons à mon illustration de départ. Imaginez comment se sent le camarade de qui le paresseux se sert pour récupérer ses devoirs. Et imaginez sa réaction quand il réalise que son ami reçoit la même note que lui – sans avoir travaillé ! Je doute que ces deux là restent amis très longtemps. De même, si vous avez déjà dû travailler en groupe, vous avez remarqué comme il est enrageant d’avoir dans son groupe un paresseux et de devoir faire son travail à sa place.  J’espère que vous voulez être de bonne compagnie !

La deuxième raison est que la paresse semble conduire à un cercle vicieux de fainéantise. Une fois habitué à ne rien faire, le paresseux semble incapable du moindre effort, même quand on lui amène tout sur un plateau : « Le paresseux plonge sa main dans le plat, et il ne la ramène pas à sa bouche » (Prov .19.24). Ce cercle vicieux conduit à la faim : « La paresse fait tomber dans l’assoupissement, et l’âme nonchalante éprouve la faim » (Prov. 19.15, voir aussi Prov. 20.13 ou 23.21) … voire à la destruction : « celui qui se relâche dans son travail est frère de celui qui détruit » (Prov. 18.9). Apparemment, il est aussi condamnable de ne rien construire que de détruire !

Proverbes nous montre que le fainéant trouvera toujours des excuses pour ne rien faire ! Il utilisera le mauvais temps comme prétexte : « à cause du froid, le paresseux ne laboure pas ; à la moisson il voudrait récolter mais il n’y a rien » (Prov. 20.4). Ou bien il se justifiera en invoquant les dangers – aujourd’hui disons plutôt les difficultés – de son travail : « Le paresseux dit : Il y a un lion dehors ! Je serai tué dans les rues ! » (Prov. 22.13) Ne devenons pas comme cet indolent ! Ne séchons jamais les cours parce qu’il pleut (ou parce qu’il fait beau !) ! Ne justifions pas notre paresse en cours parce que « ce prof nous demande un niveau trop élevé de toute façon ! » Ne soyons pas comme la cigale de La Cigale et la Fourmi.

Je t’encourage à méditer Prov 24.30-34 !

Avatar
Auteur : Fidji P-L

23 ans, Rébellutionnaire, mariée à Sam, étudiante en médecine à Lyon et co-auteure du livre Fidji et Sam, étudiants..

Voir tous ses articles →