Lui pardonner et en plus me réconcilier avec lui? Qui ça, moi? NOOOOOON, jamais de la vie! (1/2)

13 Mai 2013 4 commentaires Rolly N
Crédits Photo : jazakallah.in
Crédits Photo : jazakallah.in

Rolly Ng, 24 ans, étudiant en école d’ingénieur informatique à Grenoble.

Le Larousse définit le pardon comme étant « le fait de ne pas tenir rigueur d’une faute ; rémission d’une offense ». La réconciliation est quant à elle le fait de « ramener des personnes à la bonne entente, rétablir entre elles des relations amicales ».

Si comme moi tu habites sur Terre, alors t’as déjà dû faire face à au moins une de ces situations : haine, jalousie, médisance, ingratitude, intolérance, injustice, adultère, immoralité sexuelle (sexualité non contrôlée, masturbation…), mensonge, orgueil, cupidité, trahison, ressentiment, escroquerie, chagrin d’amour.

Ces situations ont au moins une chose en commun : ce sont toutes des offenses à un tiers. Elles peuvent causer de la souffrance.  Il y a quelques années, j’ai été profondément blessé par une personne, au point d’avoir eu des sentiments du style : la haïr, ne plus jamais avoir envie de la voir, regretter le jour où je l’ai connue. Conséquence directe : je me suis construit une prison dans laquelle j’étais intouchable, une parure bien épaisse d’orgueil qui m’ôtait ma joie, ma paix. Mon culte perso avait perdu de sa saveur, j’avais dit sayonara1 à mon hédonisme chrétien2. Cependant, il y avait toujours la petite voix qui me disait « pardonne, Rolly, pardonne »… Mais je demeurais obstiné : PAS QUESTION, SEIGNEUR TU NE RÉALISES PAS COMBIEN CETTE PERSONNE M’A FAIT DU TORD.

Et voilà qu’un jour alors que j’étais bien détendu sur mon lit, je me suis évadé dans mes pensées ; j’ai alors redécouvert trois choses, une belle claque.

La première étant que si je ne pardonnais pas, je donnais à cette personne un pouvoir sur ma vie : le pouvoir de me rendre malheureux. Et la seconde fut Romains 5.8 : « Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. ». Christ est mort pour un Rolly traître, orgueilleux et  aigri, par amour pour moi. Au-delà du pardon, Dieu voulait me réconcilier (2 Corinthiens 5.18 ; Colossiens 1.20-21) avec lui, m’affranchir, m’accorder une vie heureuse dans laquelle il serait glorifié (Colossiens 1.26). Et le meilleur pour la fin : j’ai compris que j’avais d’abord péché (« raté la cible ») contre Dieu. Car Dieu m’appelait à l’aimer de tout mon cœur. Il dit aussi : « si vous m’aimez gardez mes commandements », le commandement étant : « aime ton prochain comme toi-même ». Le pardon était donc avant tout un acte d’obéissance à  Dieu. Oups. Là, j’étais mal.

Les minutes qui ont suivi cet instant ont été bien humides. J’ai alors confessé à Dieu ma faute, par la suite j’ai envoyé un mail à cette personne qui était à l’étranger à ce moment-là. On pourrait ainsi conclure que tout est bien qui finit bien… euh pas tout à fait. Au-delà du pardon, il y avait le mur de la réconciliation qu’il me restait à franchir. En effet, l’idée de la revoir, ou de discuter avec cette personne, ne m’enchantait pas des masses, j’avais toujours un petit zeste d’appréhension, de stress. Je me suis refusé à l’idée de laisser cette situation perdurer, par la grâce de Dieu j’ai activé le mode réconciliation. Je ne suis pas en train de te dire que c’était facile ! À son retour en France, par la grâce de Dieu, nous nous sommes réconciliés : aujourd’hui on est en paix et amis. C’est juste magnifique l’œuvre de la grâce de Dieu, la liberté en Christ (Jean 8.36).

La suite dimanche…

NOTES

1 Sayanora : « Au revoir » en japonais (je suis fan de Naruto en VO).
Hédonisme chrétien : Consiste à chercher son plaisir, sa joie en Dieu et en ce qui le glorifie (cf. Au Risque d’Être Heureux de John Piper).

Auteur : Rolly N

Rolly, 24 ans, est étudiant en école d’ingénieur informatique à Grenoble.