Chrétien et dépendant ?

Crédits photo : cercle-de-samsara.com
Crédits photo : cercle-de-samsara.com
Post de Philippe Simo, leader  jeunesse
Que penseriez-vous d’un tétraplégique, incapable d’avoir l’usage de ses membres, mais qui refuse toute aide extérieure ? Vous diriez probablement qu’il est un suicidaire. Et pourtant, nous sommes assimilables à cet homme lorsque nous voulons faire par nous-même ce qui nous est impossible sans l’aide de Dieu : porter du fruit.
Tout chrétien devrait se considérer comme un handicapé qui a perdu toutes ses fonctions motrices, et qui a juste conservé la parole. Il devrait être considéré comme quelqu’un dont la seule action possible est de demander de l’aide, de crier au secours afin d’être soutenu dans ses faiblesses (Hébreux 4.16). C’est en tout cas ainsi que Dieu nous voit. Jésus dit que sans lui nous ne pouvons RIEN faire (Jean 15.5). Avons-nous déjà mesuré la portée de cette parole ?

 

Les obstacles à la dépendance à Dieu        
Jésus nous demande donc une dépendance totale. Le paradoxe est que c’est en étant ainsi dépendant que nos vies portent du fruit pour Dieu. La difficulté pour le chrétien est double. D’abord il y a un obstacle interne : l’orgueil dans notre coeur. La chute de l’homme dans le jardin a certainement pour origine l’orgueil. Ce jour-là, Adam et Ève ont voulu devenir comme Dieu, afin de pouvoir se passer de Dieu, d’avoir leur autonomie et devenir les seuls responsables de leurs vies, afin de n’avoir de compte à rendre à personne. Cet orgueil est encore présent en chaque homme, et continue à nous pousser à vouloir par nous-même contrôler tout ce qui nous entoure et nous concerne.
Ensuite il y a un obstacle externe : le monde dans lequel nous vivons. Ce monde est dirigé par le diable et véhicule des valeurs contraires à notre foi. La société exalte l’individualisme, la réussite personnelle, l’orgueil, l’affirmation de soi. Le monde utilise plusieurs canaux pour nous endoctriner, et ce dès le bas âge. Tous les moyens sont bons : des dessins animés aux films, en passant par les documentaires et les publicités. Notre culture est pour l’indépendance.

 

Jésus, notre modèle absolu, était dépendant
 
Il devient donc très difficile d’être dépendant. Quand on peut faire par soi même, on le fait. Mais au fond, qui d’entre nous est mieux placé que Jésus pour être indépendant ? Lui qui était tout puissant, avait-il besoin de Dieu ? La réponse est oui. Il a dit à plusieurs reprises ne rien faire de lui-même (Jean 8.28). Si Jésus, Fils de Dieu, le plus grand Homme de tous les temps, était dépendant de Dieu, la sagesse voudrait que suivions ses traces.

 

L’indicateur absolu de la dépendance
Le plus grand indicateur de notre dépendance vis-à-vis de Dieu est la prière. Ceux qui prient beaucoup savent qu’ils ne peuvent rien sans Jésus. Ceux qui prient moins, même s’ils ne le disent pas de leur bouche, démontrent clairement par leurs attitudes qu’ils sont indépendants, et croient pouvoir faire des choses sans Jésus. Et au fond, ils en font des choses, mais quels fruits portent-ils ?
Quelques fois, on justifie notre indépendance vis-à-vis de Dieu par une vie très chargée.  Lequel d’entre nous a des journées plus chargées que Jésus ? Or, il trouvait le moyen de se lever chaque jour, avant le lever du soleil pour aller recevoir de Dieu la direction pour sa journée. C’est là, la marque de la dépendance. Quand nous sortons le matin sans avoir pris le temps de recommander nos longues journées dans la prière, on dit souvent : « J’ai tellement de choses à faire aujourd’hui que je n’ai  pas le temps de prier ». Martin Luther disait juste le contraire : « J’ai tellement de choses à faire aujourd’hui que j’ai besoin d’au moins 3h de prière avant de sortir affronter la journée ». Il croyait que sans Dieu, il n’aurait porté aucun fruit, sa journée aurait été un gâchis; une succession d’action sans réelle portée, sans aucun impact durable. Sa dépendance à Dieu a certainement contribué à justifier que sa vie porte tant de fruits. C.T. Studd, l’a dit à sa façon dans son poème Only one life [Une seule vie] : Une seule vie, elle sera bientôt finie, seul ce qui aura été fait pour Christ durera.
Prends dès aujourd’hui de bonnes résolutions. Revois tes priorités par rapport à l’éternité.  Qu’est-ce qui t’empêche de dormir tôt les soirs pour être comme Jésus aux pieds du Père avant le lever du jour ? Ne gâche pas ta vie, deviens dépendant.

Philippe Simo

Philippe, 29 ans est leader de groupes de partage autour de la Bible.

Tu devrais aussi aimer...

2 Commentaires

    Avatar
  • Merci. C’est vrai que nous ne pouvons rien faire sans lui.

  • Avatar
  • Vrai constat! Par contre, il existe des gens qui prient bcp, ont une vie religieuse bien chargée, mais ne sont pas dépendants de Dieu. Je dirais que la dépendance à Dieu c’est suivre sa parole, ainsi avec tout ce que cela implique.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *