Du caractère sacré de la vie : Manipulation génétique – Mères porteuses

Crédits photo: mondesetranges.fr

Dans cette série, tu peux retrouver les grands principes sur la bioéthique, des articles sur l’avortement (iciici et ), un article sur la contraception, une introduction à la manipulation génétique, un article sur la procréation médicalement assistée, un sur le don de gamètes et un sur le diagnostique prénatal.

La notion de mères porteuses n’est pas nouvelle. Le code d’Hammourabi (en 2500 avant J-C) évoquait déjà cette coutume. Dans la Bible, Sarah (la femme d’Abraham), désespérant d’avoir un enfant, mit sa servante Hagar dans le lit de son mari afin qu’elle ait un enfant en son nom ( Genèse 16 & 21). La version moderne des mères porteuses, c’est la fécondation in vitro d’embryons implantés ensuite dans l’utérus d’une tiers personne. En français, on appelle cela la « gestation pour autrui ». Elle se pratique généralement en cas d’infertilité féminine liée à l’absence d’utérus, ou à sa déformation. Les embryons peuvent provenir des gamètes des deux parents ou non. Évidemment, recourir à une mère porteuse est impossible pour un chrétien.

1- Car il faut recourir à une FIV et que cette dernière peut potentiellement tuer des embryons (voir article sur la procréation médicalement assistée).

2- Car il y aura rupture des liens et de la responsabilité parentale si on a recours à un don de gamètes (voir article sur le don de gamètes).

3- Car il y a négation du lien qui s’établit entre la gestatrice et l’enfant pendant la grossesse.

 4- Car le corps humain n’est pas à vendre. Or le commerce des mères porteuses est un vrai business. Aux États-Unis où cette pratique est légale (ce qui n’est pas – encore – le cas en France), une grossesse portée à son terme rapporte 10 000 euros à la mère porteuse ! Un utérus en échange  d’une Mini Cooper d’occasion ou d’une cuisine équipée ! C’est le début de la marchandisation du corps humain. Le commerce des corps et des âmes, le tout propulsé par la convoitise… Il y a un passage de la Bible qui parle de cela. C’est en Apocalypse 18.10-14, où nous avons la liste des fautes et les raisons du jugement de Dieu sur Babylone (ville symbole de la corruption morale et religieuse). Regarde bien ce qui est mentionné:

Ô Babylone, ville puissante! Une heure a suffi pour l’exécution de ton jugement ! Les marchands de la terre, eux aussi, pleurent et mènent deuil sur elle, car il n’y a plus personne pour acheter leurs marchandises : leurs cargaisons d’or, d’argent, de pierres précieuses et de perles, leurs étoffes de fin lin, de pourpre, de soie et d’écarlate, leurs bois aromatiques et leurs bibelots d’ivoire, tous les objets en bois précieux, en bronze, en fer et en marbre, la cannelle et autres épices, les parfums, la myrrhe et l’encens, le vin et l’huile, la farine et le froment, les ovins et bovins, les chevaux et les chariots, les corps et les âmes d’hommes. Les objets de tes passions ont fui bien loin de toi. Raffinements et splendeur sont perdus pour toi ! Plus jamais on ne les retrouvera !

L’amour de l’argent va s’amplifier, au point où nous convoiterons, achèterons et vendrons des corps et des âmes d’humains. Aujourd’hui, on achète une mère porteuse pour 10 000 euros. Un jour, des individus seront clonés et élevés pour fournir des organes que l’on vendra pour que les plus riches s’offrent les greffes qui les sauveront. Tiens, ça me rappelle un film… Ah oui ! The Island.

Avatar
Auteur : Fidji P-L

23 ans, Rébellutionnaire, mariée à Sam, étudiante en médecine à Lyon et co-auteure du livre Fidji et Sam, étudiants..

Voir tous ses articles →