Es-tu (vraiment) satisfait de l’Évangile ?

Crédits Photo : mccaffreyhomes.com

Post de Thomas B., 21 ans, étudiant en arts appliqués à Nevers.

Si tu visites le site de la Rébellution, c’est – dans la plupart des cas – que tu cherches à te nourrir spirituellement, à y trouver des réflexions sur ta foi et grandir avec Dieu. Je profite donc de cet article pour te féliciter et t’encourager à continuer dans cette voie. Que Dieu bénisse ta démarche.

J’aimerais réfléchir à la question suivante : sommes-nous réellement heureux de l’Évangile ? En sommes-nous satisfaits ?

Cette question semble inattendue (en tout cas pour moi), car on n’a pas l’habitude de se la poser. Elle m’a pourtant fait réaliser une des raisons de mon manque d’enthousiasme pour Dieu. Je trouve intéressant de faire ce bilan.

Leur changement

Lorsque je regarde le témoignage de Paul (Galates 1), je suis personnellement tenté de dire : « Ce gars, avec ce qu’il a vécu, c’est normal ! Normal qu’il soit tellement à fond ». Et pareil aujourd’hui pour les témoignages de ceux qui ont vécu des situations hors du commun avant de vivre l’Évangile. « Ce mec a vécu un tel changement en Jésus… Il ne peut pas l’ignorer. »

Peut-être que pour les chrétiens élevés par des chrétiens, n’ayant pas connu de grand écart de conduite, il est moins évident de voir le changement. Si c’est ton cas, est-ce que tu peux dire : « Wow ! En devenant chrétien, ma vie a totalement changé ! » ? Ce n’est pas toujours évident.

Ton changement

Je t’invite à faire un bilan de ta vie et des changements qui y ont été opérés. Ton caractère a-t-il changé ? Tes influences ? Tes relations avec les gens ? … Et que ce bilan ne s’arrête pas après cette lecture. Rappelle-toi de ce que l’Esprit à changé, et continue de changer (Éphésiens 4.21-24).

Quel que soit ton bilan personnel, il est bon de se rappeler qu’il y a déjà eu un changement, et qu’il est probablement le plus dingue de toute ta vie :

Tu étais mort. Aujourd’hui, tu es vivant avec Jésus (Éphésiens 2.1-7).

Tu vivais dans la culpabilité face à Dieu. Aujourd’hui, vous êtes en paix. (Romains 5.1 et 8.1)

ET ÇA, C’EST BON ! Tu penses que tu vas connaître un changement plus grand dans ta vie ?

Cette transformation spirituelle engendre, en effet, une transformation visible par tous qui sert de témoignage et qui glorifie Dieu (Matthieu 5.16 et Jacques 2.18).

Cependant, tu as déjà la big raison de remercier Dieu nuit et jour !

Thomas B.

Thomas, 21 ans, est étudiant en arts appliqués à Nevers.

Tu devrais aussi aimer...

2 Commentaires

    Avatar
  • Intéressant ta réflexion ! Moi-même c’est une question que je me suis déjà posée, mais dans le sens inverse. En fait, j’ai connu les deux : j’ai grandi dans un foyer chrétien et presque toute ma famille fréquente les églises évangéliques, et pourtant dès l’âge de 13 ans la maladie et la mort sont entrés dans ma famille proche, puis plus tard encore de sérieux problèmes à la fois professionnels et personnels m’ont conduit à affirmer ma foi en Jésus alors que j’aurais pu être tentée de rejeter la faute sur Dieu vu l’accumulation d’épreuves (souvent indépendant de mes propres choix). Et ça m’arrive régulièrement de me dire : et si je n’avais pas vécu tous ces électrochocs, aurais-je suivi le chemin tout tracé d’un enfant de chrétien? ou serai-je devenu rebelle à la Parole de Dieu juste parce que c’est la mode de notre monde actuel…
    Pour en revenir à ton titre : suis-je satisfait de l’Evangile? Je propose plutôt de se poser cette question : Dieu est-il satisfait de moi? autrement dit « trouve-t-il la foi en moi malgré mes circonstances (faciles ou difficiles) ? Suis-je contant et ferme dans mon engagement, ai-je bien pris conscience du trésor que je tiens dans mes mains (qu’il ait été déposé dès mon plus jeune âge par mes parents ou qu’il ait été découvert lors de circonstances douloureuses?).
    Réveillez-nous et savourons ce privilège de connaître Dieu personnellement. Partageons encore et encore cet immense trésor qui n’a pas fini de nous éblouir…….

      Avatar
    • Salut Isa, merci pour ton commentaire.

      Je suis tout à fait d’accord avec toi. En fait, c’est vrai que le titre de l’article retranscrit une vision un peu « nombriliste »… Le but était surtout de se rappeler qu’on a toutes les raisons de se réjouir et qu’en se le remémorant, on peut y gagner en enthousiasme !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *