Du caractère sacré de la vie: Manipulation génétique – Poser le problème

Crédits photos : f.hypotheses.org

Dans cette série, tu peux retrouver les grands principes de la bioéthique (ici), la première partie d’un article sur l’avortement (ici), la deuxième partie (ici), et un article sur les cas particuliers (ici).Tu peux également retrouver un article sur la contraception (ici).

Manipulation génétique. L’expression peut paraître barbare, mais en réalité la manipulation génétique (ou génie génétique) est le principe technologique, scientifique et médical sur lequel reposent beaucoup de choses dont tu as sûrement entendu parler. Mères porteuses. Fécondation in vitro. Cellules souches d’embryons. Clonage. Le génie génétique, c’est la manipulation in vitro de matériel génétique (ADN) afin d’obtenir de nouvelles combinaisons de gènes (ou fragments de gènes), dans le but de modifier le génome d’une cellule ou d’un organisme. Les potentialités semblent incroyables. En théorie, on pourrait traiter de nombreuses maladies génétiques. Ok… Bon, alors, les malades, on les soigne ou pas, avec la manipulation génétique ?

Le dysfonctionnement du corps et la douleur sont entrés dans le monde avec le péché de l’homme (Genèse 3.16-20) C’est la conséquence du péché. La Bible présente l’humanité comme déchue, sujette à la poussière de la mort et à la fragilité de la vie. Or il nous paraît évident que l’Homme peut alléger les conséquences de la chute de l’homme. On peut soulager les douleurs d’une femme qui enfante et on peut soigner les malades (enfin, j’espère parce que sinon je me suis franchement vautrée dans mon orientation !). Dieu a souvent répondu à la prière d’une personne qui demandait la guérison. Dans l’histoire, des chrétiens (Florence Nightingale, William Carey, Hudson Taylor) ont fondé de nombreux hôpitaux pour entourer les souffrants et pour alléger leur douleur. Paul dit à Timothée de prendre un peu de vin pour son mal d’estomac… C’est une manière de diminuer la douleur et la gêne occasionnées par la maladie. Des hommes dans la Bible ont – à juste titre – allégé leur charge de travail ou celle de leurs employés pour que la vie leur soit plus facile.

Mais jamais l’Homme n’a eu à sa disposition la technologie qui nous est offerte aujourd’hui. Et les progrès scientifiques soulèvent des questions inédites. Dans quelques décennies, voici les questions auxquelles il faudra répondre : Si vous étiez tétraplégique, accepteriez-vous des cellules issues d’un embryon humain pouvant vous guérir? Si votre enfant perdait son foie dans un accident de la route, accepteriez-vous de faire un clone pour prélever l’organe ? Je pense qu’il ne faut pas chercher à obtenir un allégement au mépris des grands principes moraux de la vie que nous découvrons dans l’Écriture. Limiter les effets de la chute est acceptable si je respecte les principes fondamentaux de la vie.

Un passage biblique nous montre ce qu’il se passe quand les hommes utilisent la technologie de manière insolente. C’est l’histoire de Babel (pas le film d’Alejandro González Iñárritu avec Brad Pitt et Cate Blanchett, hein !). Dans Genèse 11.1-9, nous voyons le premier développement technologique associé à une pensée séculière (anti-Dieu) :

Or, toute la terre parlait un même langage avec les mêmes mots. Partis de l’orient, ils trouvèrent une vallée au pays de Chinéar, et ils y habitèrent. Ils se dirent l’un à l’autre : Allons ! faisons des briques et cuisons-les au feu. La brique leur servit de pierre, et le bitume leur servit de mortier. Ils dirent (encore) : Allons! bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet (touche) au ciel, et faisons-nous un nom, afin que nous ne soyons pas disséminés à la surface de toute la terre. L’Éternel descendit pour voir la ville et la tour que bâtissaient les fils des hommes. L’Éternel dit : Voilà un seul peuple ! Ils parlent tous un même langage, et voilà ce qu’ils ont entrepris de faire! Maintenant il n’y aurait plus d’obstacle à ce qu’ils auraient décidé de faire. Allons ! descendons : et là confondons leur langage, afin qu’ils n’entendent plus le langage les uns des autres. L’Éternel les dissémina loin de là sur toute la surface de la terre; et ils cessèrent de bâtir la ville. C’est pourquoi on l’appela du nom de Babel, car c’est là que l’Éternel confondit le langage de toute la terre, et c’est de là que L’Éternel les dissémina sur toute la surface de la terre.

À Babel, nous voyons un aspect plus négatif de la technologie. Les constructeurs sont mus par une nouvelle motivation : « Notre nom deviendra célèbre et nous ne serons pas disséminés sur l’ensemble de la terre » (11.4). Babel serait le point de rencontre de trois types de rêves humains : technologique (construire une ville qui soit un objet d’envie pour les dieux et les nations), religieux (diviniser l’humanité en atteignant le ciel) et politique (construire une société totalitaire fondée sur la technologie). Babel symbolise l’emploi des instruments et de la technologie au service de l’autonomie humaine. Le verbe « allons » (11.4) fait écho aux paroles de Dieu lors de la création de l’être humain : « Faisons les hommes pour qu’ils soient à notre image ». Troublant !

Dans les articles qui suivent, nous allons voir ce qui est acceptable ou non parmi les nouvelles possibilités technologiques disponibles. Entre désir d’alléger la souffrance et désir de respecter les principes moraux fondamentaux de la Parole de Dieu…

NOTES

1 Dans ce cas le « câblage » nerveux entre le cerveau et les membres inférieurs est coupé. L’une des pistes thérapeutiques serait l’implantation de cellules souches prises sur des embryons humains, qui pourraient peut-être réparer les nerfs sectionnés.

Avatar

Fidji P-L

23 ans, Rébellutionnaire, mariée à Sam, étudiante en médecine à Lyon et co-auteure du livre Fidji et Sam, étudiants..

Voir tous ses articles →

Tu devrais aussi aimer...

3 Commentaires

    Avatar
  • Merci Fidji pour cette série ! Je pensais avoir trouvé des réponses à ce genre de questions mais là tu me pousses encore plus loin dans ma réflexion…

    J’ai hâte de voir la suite !

  • Avatar
  • Vu qu’on ne peut pas parler de tout à tout le monde et/ou en tout cas pas de la même façon, je pense bon et utile d’ajouter un autre point de vue intéressant remettant aussi la chose en question mais sous un autre angle, car il y a un aspect grave dont on nous parle trop peu pour cause de conflits d’intérêts, mais la génétique ayant ses positifs comme ses négatifs il est important d’informer le monde peu importe la façon (car comme je l’ai sous-entendu, le discours relatif à Dieu n’est malheureusement pas accepté par tous).

    Certains grands noms de la génétique (notamment au niveau de l’agroalimentaire) – et quand je dis grand, il s’agit de multinationale – tentent, et le font déjà actuellement mais ne comptent pas s’arrêter là, de privatiser la vie en la mêlant aux copyrights.

    Les conséquences, qui ont déjà commencé à poser de graves problèmes, pourraient être gravissime. En effet, vu que, selon eux, ils créent, par exemple, une plante génétiquement modifiée, toute semences de cette plante leur appartiennent donc. Et si, à cause de leur imprudence (volontaire ou non ?) ces graines se répandent un jour dans vos champs alors que vous n’en vouliez point (mais ils ont généralement des arguments alléchants et trompeurs) alors votre champ leur appartiendra et ils vous poursuivent en justice.

    Il y a bien d’autres conséquences graves que je vous laisse imaginer ou en faire la recherche.
    Pour ceux ne sachant pas à qui je faisais allusions en particulier, il s’agit du géant Monsanto (ceux qui avaient créé l’Agent Orange durant la guerre du Vietnam) et je vous invite à vous renseigner sur eux. Sur le net vous pourrez trouvez de nombreux documentaires traitant le sujet, pas toujours lié à Monsanto mais souvent.

    Cordialement. Paix et Amour.

  • […] des articles sur l’avortement (ici, ici et là), un article sur la contraception, une introduction à la manipulation génétique, un article sur la procréation médicalement assistée, un sur le don de gamètes, un sur […]

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *