Une vie qui donne envie

Crédits photos : Jean-Michel BAUD

Ricardo D., 21 ans, étudiant en master 1 marketing, responsable d’un groupe de jeunes à Grenoble

La vie n’est qu’un trait d’union. Dans les cimetières, sur les tombes, on voit souvent la date de naissance et la date de décès, liées par un trait d’union. Ce trait d’union montre à quel point notre vie est courte, passagère. Finalement, chaque jour qui passe nous rapproche de la fin du trait d’union, et donc de la date de décès. En tant que chrétiens, nous croyons que la mort n’est pas un « point final » : la mort, c’est juste une « virgule » dans notre vie.

Avant d’arriver à cette virgule, nous devons nous poser une question : « Quel type de vie le Seigneur nous appelle-t-il à vivre ? » Vous l’avez deviné, je vais donner comme réponse le titre de cet article, même si c’est une réponse incomplète : « Une vie qui donne envie ».

« Que votre lumière brille ainsi devant les hommes, afin qu’ils voient vos œuvres bonnes, et glorifient votre Père qui est dans les cieux » Matthieu 5 : 16 (Bible Second révisée).

Une vie qui donne envie est remplie d’œuvres bonnes qui sont un poteau indicateur vers Dieu. Le premier chrétien évangélique que j’ai rencontré, Hugo, avait une vie qui donnait envie. Hugo a eu beaucoup d’amour pour moi. Je me souviens des moments que nous avons passés ensemble à jouer de la guitare alors qu’il était beaucoup plus fort que moi, à parler dans le foyer des lycéens de choses que je ne comprenais absolument pas dans la Bible. Enfin, je me souviens de ce jour où je l’ai invité à me rejoindre en ville alors que j’étais avec d’autres amis, et où j’ai finalement oublié d’aller le chercher à l’arrêt de tram alors qu’il n’avait pas de portable pour m’appeler. Quand je l’ai revu, au lieu d’être en colère, de me reprocher ce que j’avais fait, ce qui aurait été normal, il ne m’a rien dit – ou peut-être un : « Ce n’est pas grave ! » Hugo m’a fait découvrir un nouveau normal : A-I-M-E-R ! Une vie où tu aimes ton prochain comme toi-même.

Son amour, son sourire, sa joie de vivre m’ont donné envie, envie de comprendre ce qui lui permettait de vivre cette vie qui me donnait envie !

Je crois que nous oublions que les non-croyants sont souvent attirés par la vie des chrétiens avant d’être attirés par Christ. « C’est ce que vous êtes plutôt que ce que vous dites qui amènera un incroyant à Christ. C’est l’apologétique[1] ultime : votre vie » William Lane Craig [2].

« La foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la parole de Christ » (Romains 10 : 17). Cependant, si nous ne vivons pas ce que nous disons et qu’on ne voit pas la foi dans nos vies, nous n’aurons sûrement pas d’occasions de témoigner, de dire la parole de Christ, et nous ne serons pas crédibles.

Rébellutionnaires, que nos vies soient « une lettre de Christ » (2 Corinthiens 3 : 3).

 


NOTES

[1] « L’apologétique tente de conférer à l’évangélisation intégrité intellectuelle et profondeur, voulant s’assurer que la foi est enracinée aussi bien dans la tête que dans le cœur » Jeter des ponts, l’art de défendre la foi chrétienne, Alister McGrath.

[2] Source : ICI & ICI

Auteur : Ricardo D.

Ricardo est un jeune évangéliste lyonnais.