L’amour pour le prochain est un dû et non une faveur !

Article d’Alain P., leader du groupe Fesec Basic

 Ne devez rien à personne, si ce n’est de vous aimer les uns les autres. (Romains 13.8)

D’après ce passage, la seule dette que nous devrions avoir est l’amour. Ainsi, l’amour est une dette et non une faveur que nous accordons à notre prochain. Lorsque tu aimes ton prochain, tu n’accomplis rien d’exceptionnel, tu lui rends ce qui lui est dû. Pourquoi ? Parce qu’en le faisant, tu le fais non pour les hommes, mais pour Christ qui t’a aimé le premier.

Peut-être as-tu généralement eu des pensées du genre : « Il ne mérite pas que je lui pardonne » ou encore « Il exagère ! Je ne peux plus supporter son attitude »  ou  enfin « Je salirai son image comme m’accuse faussement ; mais au moins, je ne mentirai pas comme lui, je dirai des choses qu’il a faites ou dites ». Si c’est ton cas, renonce à ces pensées et laisse-toi transformer en acceptant la pensée de Christ : « Ton prochain mérite que tu l’aimes, que tu lui pardonnes, que tu lui manifestes de la miséricorde, et que tu dises du bien de lui ; non à cause de ses performances, mais à cause des performances de Christ. »

Je réitère mes propos : Pardonner à ceux qui t’ont fait du tort, manifester de la miséricorde à ceux dont l’attitude te déplaît fortement, aimer ceux qui te haïssent, dire du bien de ceux qui disent du mal de toi, etc. ; ce n’est pas une faveur que tu leur fais, mais une dette que tu as envers eux !

J’insiste, tu dois l’amour à ton prochain grâce à l’œuvre de Christ, et en le manifestant tu le manifestes non à eux, mais à Christ qui t’a aimé le premier. En un mot, l’amour pour le prochain est un dû et non une faveur !

Confession

Indépendamment de l’attitude de mon prochain, je lui dois l’amour ; non sur la base de ses mérites, mais à cause des mérites de Christ. Je choisis donc de marcher dans l’amour en comptant sur la grâce de Dieu. Amen !

Auteur : Alain Patrice N.

Alain Patrice est un leader du groupe Basic Fesec.