Est-il possible que les hommes et les femmes soient « juste amis » ?

Traduction de Sarah L., Rébellutionnaire, article de A. Edmondson, The Resurgence.

En tant que femme célibataire, je me suis beaucoup débattue avec cette question au cours des dix dernières années.

Le film Quand Harry rencontre Sally a rendu la question populaire. Mais, depuis le siècle dernier au moins, on la lance un peu à tout hasard. La société évolue continuellement : l’époque où les hommes travaillaient dans les champs et les femmes dans la cuisine est depuis longtemps révolue et, aujourd’hui, hommes et femmes travaillent côte à côte dans presque tous les domaines. Les hommes et les femmes ne se rencontrent donc plus uniquement dans le but de se marier et d’avoir des enfants, mais ils sont devenus collègues et égaux dans le monde du travail. Ils ont dû apprendre à communiquer en dehors des relations sentimentales.

« On est juste amis, hein ? »

C’est dans ce monde que nous évoluons aujourd’hui. De l’école au travail en passant par la salle de gym, hommes et femmes se mélangent. Mais peuvent-ils réellement être amis, juste amis ?

D’après la Bible, oui. Mais il est sage d’avoir quelques limites et directives.

L’apôtre Paul nous donne un guide simple sur la façon dont les hommes et les femmes peuvent être amis : « Ne réprimande pas rudement le vieillard, mais exhorte-le comme un père, les jeunes hommes comme des frères, les femmes âgées comme des mères, les jeunes comme des sœurs, en toute pureté. » (1 Timothée 5.1-2) Par conséquent, traitons les jeunes hommes et femmes comme des frères et sœurs, et les plus âgés comme des parents, « en toute pureté ».

L’Église devrait continuer à fixer ces limites dans les amitiés aujourd’hui, surtout dans les amitiés entre un homme et une femme célibataires.

Quelques conseils précieux pour les femmes

Premièrement, mesdemoiselles :

  • Arrêtez de sortir avec des gars dans votre tête. Ne partez pas du principe qu’un garçon veut être plus que votre ami tant qu’il ne l’a pas clairement exprimé.
  • Ne manipulez pas. Ne vous mettez pas en quatre pour attirer l’attention d’un garçon.
  • Arrêtez de flirter. La façon dont vous communiquez avec les hommes devrait leur donner envie de ressembler davantage à Christ, et non de vous chercher plus qu’ils ne cherchent le Seigneur.
  • Ne laissez pas paraître vos sentiments. Vos frères autour de vous ne font pas partie de votre groupe de croissance. Si ce que vous partagez avec eux (souffrance ou réjouissance) ne rend pas gloire à Dieu, ne le partagez pas.
  • Habillez-vous de façon modeste. Ne distrayez pas vos frères ; ils ont déjà suffisamment de distractions dans le monde.

Quelques conseils précieux pour les hommes

Ensuite, messieurs :

  • Soyez clairs. Cela inclut toute forme de communication : SMS, Twitter, Facebook, face-à-face, etc. Les femmes ne devraient pas remettre vos intentions en question à chaque fois qu’elles sont en votre présence ou reçoivent un SMS de votre part. Si vous avez l’intention de rester ami avec une femme, dites-le-lui. Je vous promets qu’elle ne va pas s’effondrer.
  • Agissez en fonction de vos paroles. Ne vous rapprochez pas d’une femme en particulier si vous ne voulez pas lui faire la cour.
  • Ne soyez pas avides de soumission. Les femmes de votre entourage ne sont pas appelées à se soumettre à vous, à moins que vous ne soyez leur mari, leur père ou leur pasteur.
  • Soyez l’homme d’une seule femme. Pas seulement sur le plan sexuel, mais également sur le plan émotionnel. Si vous sortez avec une femme, honorez-la dans la façon dont vous communiquez et vous comportez avec les autres femmes.
  • Ne soyez pas un saligaud. Traitez les femmes comme vous traiteriez votre sœur ou votre mère. Ne vous rapprochez pas d’une femme pendant un temps pour ensuite disparaître.

Est-il possible que les hommes et les femmes soient juste amis ? Absolument, si l’on se traite comme des frères et sœurs en toute pureté, si l’on abandonne son profit personnel égoïste, et si l’on s’honore mutuellement comme on honore sa famille.

Et toi, Rébellutionnaire, comment vis-tu tes amitiés avec l’autre sexe ? As-tu d’autres conseils ? 

Tu devrais aussi aimer...

53 Commentaires

    Avatar
  • Amen!! Super article. Juste un détail au niveau herméneutique…le « en toute » pureté s’applique en fait pour les « sœurs » et non pour les autres. La plupart des commentaires vont dans ce sens, et c’est marrant parce que je lisais ce passage hier ou avant-hier et j’ai été frappé par cette mention. Matt Henry a dit à ce sujet : « Si Timothée, un homme si mort au monde, à la chair et aux convoitises avait besoin d’un avertissement tel que celui-ci, nous en avons d’autant plus besoin ».

    Merci pour cet article. Je rajouterai que trop souvent on crie au « conservatisme » mais s’il s’agit de conserver des attitudes pieuses alors je veux bien qu’on nous appelle conservateurs. :-) En Christ

      Avatar
    • Je trouve aussi super cet article :-)

  • Avatar
  • « Arrêtez de sortir avec des gars dans votre tête » .J’ai l’impression que ça m’est adressé. Difficile de maitriser son imagination quand on voudrait qu’il se passe quelque chose.

      Avatar
    • Ton commentaire me rassure… C’est très difficile, en effet ! Gérer ses pensées n’est pas chose facile, que ce soit pour ça ou pour d’autres choses.
      Un verset qui m’a beaucoup aidée pendant un temps (et que je ne ferais pas mal de re-placarder partout, d’ailleurs ^_^), c’est Philippiens 4:8
      « Au reste, frères, que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l’approbation, ce qui est vertueux et digne de louange, soit l’objet de vos pensées. »
      J’essaie de me remémorer ce verset quand mon imagination commence à s’emballer; ça m’aide à me recentrer sur l’essentiel. J’espère que ça pourra t’aider aussi ! :)

        Avatar
      • Oui, je crois que ça ne me ferait pas de mal de le placarder chez moi aussi.

          Avatar
        • MERCI sarah :)

            Avatar
          • De rien ! :)

              Avatar
            • Oui merci :)

                Avatar
              • De nada :)

  • Avatar
  • Très bien l’article ! Il conforte mon point de vue sur la question de l’amitié entre homme et femme. Mais j’aimerais savoir si les limites citées plus haut peuvent aussi bien s’appliquer dans les relations qu’entretiennent les personnes célibataires et les personnes mariées. Plus précisément est ce que en tant que personne mariée, l’on doit cesser de fréquenter les personnes célibataires. Merci d’avance

      Avatar
    • Salut Nèmè,

      Personnellement, je ne pense pas que les amitiés hommes/femmes doivent cesser quand on est marié. Les limites citées dans l’article sont bien évidemment toujours de rigueur, et j’y ajouterais peut-être un point ou deux :
      – premièrement, il me semble que ton amitié avec une personne célibataire (ou même mariée) de l’autre sexe doit être approuvée par ton conjoint (et vice-versa);
      – deuxièmement, je crois qu’il faut faire attention à ne pas rechercher dans cette amitié quelque chose que ton conjoint ne te donne pas (par exemple, cet ami est très attentionné avec moi, alors que mon mari ne m’écoute jamais !). Je ne crois pas que ce soit très sain…

      Voilà mon avis. J’espère que ça te donne quelques pistes de réflexion !

        Avatar
      • Tes deux points sont très pertinents Sarah, je me permettrai juste d’ajouter un autre point.
        Lorsqu’on est ami avec un gars ou une fille étant en couple ou marié, il est dangereux pour plusieurs raisons de garder cette amitié exclusivement avec cette personne. En effet, en tant qu’homme, j’ai plusieurs amies d’enfance qui aujourd’hui sont soit fiancées, soit mariées et j’ai beaucoup réfléchis pour adopter la juste attitude. Je pense que dans ce cas là, il faut apprendre à développer une amitié avec le couple, et non pas conserver une amitié exclusive avec la fille.
        Cela clarifie les relations, à tout point de vue. Je me place aussi en tant qu’homme, si j’avais une femme, est ce que j’aimerai qu’elle passe beaucoup de temps seul avec un autre homme ? bien sûr non. (Ne me faite pas dire ce que je n’ai pas dit, ça ne veut pas dire que je doit attendre que le mari soit tout le temps là pour discuter avec elle, par exemple à la fin de l’église.) Mais juste de prendre conscience à ce qu’une amitié exclusive avec une personne en couple peut entraîner, dans les pensées du conjoint (jalousie, incompréhension, doutes), dans les pensées de la personne en elle même (recherche en moi de ce qu’elle ne trouve pas chez son homme), mais aussi dans les pensées des autres personnes autour de nous.

        Donc voila, les points négatifs de garder une amitié exclusive avec une personne du sexe opposé dans le cadre d’un couple.
        Je ne développerai pas les points positifs quant au fait de développer une amitié avec le couple (et non pas une seule personne), mais on peut rapidement évoquer, le témoignage, le respect accordé au couple en tant qu’entité (s’ils sont mariés, l’homme et la femme ne font plus qu’une seule chair), le respect accordé au mari (que l’on ne connaît pas forcément très bien), le respect accordé au choix de notre ami(e) dans le choix du conjoint …

        Bien sûr, je parle des amitiés en tant que célibataire avec les couples, mais beaucoup de ces principes sont applicables dans les deux sens. =)

          Avatar
        • Merci pour le point que tu soulignes, Mowgly. Je suis entièrement d’accord avec toi, et tu fais bien de le dire ! :)

  • Avatar
  • Je ne comprends pas trop le point 4 pour les filles : pourriez vous développer « ne pas laisser paraître ses sentiments » : est-ce que ça veut dire qu’on ne peut exprimer ses sentiments qu’à des filles? Pourquoi le fait de partager une souffrance ou une joie avec un gars pourrait être nuisible?

    Sinon l’article est super intéressant, merci=)

      Avatar
    • Salut Anna,

      Je ne sais pas vraiment ce que l’auteur a voulu dire par là, mais je peux toujours t’expliquer la façon dont je comprends ce point.
      Je crois qu’il s’agit en fait de partager des choses trop personnelles avec un ami, surtout des souffrances. Je pense qu’il vaut mieux partager ce genre de choses avec une fille qu’avec un garçon, pour éviter que la relation amicale avec celui-ci ne devienne étrange.. Je dis cela parce que ça m’est déjà arrivé. Je me suis confiée à un ami à un moment où j’allais mal, tout simplement parce que c’était la seule personne à l’avoir remarqué. Et après, même si notre relation était purement amicale, je n’ai pas pu m’empêcher de me dire des choses du genre : « Tiens, il semble vraiment s’intéresser à moi, peut-être qu’il me considère autrement que comme une amie, etc. » (ce qui n’était pas du tout le cas, évidemment)
      Je ne dis pas que ce genre de choses arrive toujours, simplement que nous, les filles, on a tendance à être sensibles à un garçon qui s’inquiète pour nous.

      L’idée de groupe de croissance implique des personnes avec lesquelles on est vraiment honnêtes et ouverts, avec lesquelles on partage des choses parfois très personnelles. Et ces groupes ne sont généralement pas mixtes – du moins ils ne devraient pas l’être.

      Bref, il me semble que l’auteur voulait nous recommander de ne pas partager des choses trop personnelles avec un garçon.

      Je ne sais pas si j’ai été très claire.. Mes idées ont la fâcheuse tendance de sortir de manière chaotique ^_^
      J’espère tout de même avoir répondu à ta question..!

        Avatar
      • Merci Sarah, oui maintenant je crois que je comprends mieux!

          Avatar
        • Tant mieux ! :)

      • Avatar
      • Je me pose une question sur ta réponse : s’il ne faut pas confier ses souffrances à un ami, à qui faut-il les confier ? N’est-ce pas le rôle d’un ami d’être là quand les choses vont mal ? (cf Proverbes)

        Je pense que le problème est plutôt là où tu le met en évidence dans ton témoignage personnel : il faut qu’on arrête de se faire des films ! Je pense que ce que je vais dire s’applique pour les hommes comme pour les femmes et surtout quand nous sommes célibataires : si nous sommes focalisés sur notre célibat, à chaque fois que l’on rencontre une personne de l’autre sexe, on risque de se poser cette question (en tout cas en tant que gars, je sais qu’elle vient souvent) : « Est-ce qu’il/elle pourrait potentiellement m’intéresser ? Est-ce que c’est possible ? »

        Deux réponses possibles :
        1) si Oui, beaucoup de tes actions vont tendre vers la séduction de cette personne et tout ce qu’il/elle fera à ton égard (en bien ou mal) aura un interprétation influencée par ce que tu cherches personnellement.
        2) Si la réponse est Non, alors tu risques également d’avoir un comportement influencé par cette question (j’ai eu l’exemple d’une amie jeune présente à un évènement où tout le monde avait au moins 5ans de plus qu’elle. dès que les gars potentiellement intéressés apprenaient son âge ont tous disparu de son entourage).

        Du coup, il faut se poser la question suivante : est-ce que je suis en train de construire une relation sur le bon état d’esprit ? est-ce que je ne me fait pas des films ?

        Je rejoins l’idée de l’auteur dans les conclusions qui sont de dire : une relation amicale homme/femme n’est possible que si on respecte l’autre comme un frère ou une soeur et que l’on reste dans la pureté (et donc pour moi cela se traduit notamment par une pureté dans les intentions).

        là où je ne suis pas d’accord c’est sur ton point de vue Sarah vis à vis de la confiance que tu veux refuser à un ami du sexe opposé en ne lui confiant pas tes soucis, tes joies, tes peines, sous prétexte que tu pourrais te faire des films sur ce qu’il pense ou alors que ça pourrait réellement créer en lui un intérêt plus qu’amical pour toi.
        Du coup, si tu veux réserver la confiance et la sincérité à un groupe de croissance constitué de personne de même sexe alors à mes yeux cela implique que pour toi seuls des personnes du même sexe peuvent recevoir ta sincérité et ta confiance et donc seuls des personnes du même sexe peuvent être tes amis (pour moi un ami c’est quelqu’un en qui tu peux avoir une confiance et un sincérité plus poussée qu’avec d’autres connaissances et donc partager avec eux) et donc par conséquent cela va à l’encontre de la thèse avancée par l’article.

        En résumé : pour moi une amitié homme/femme est possible à partir du moment où on purifie les raisons pour lesquelles on commence à faire connaissance avec quelqu’un et où on remet de bonne base sous ce qui a été mal commencé en étant sincère avec les personnes concernées.

        Je ne sais pas si j’ai été clair. Qu’en penses-tu ?

          Avatar
        • Salut Ivan,

          Merci d’avoir partagé ton opinion. Je suis d’accord avec toi, il faut rester pur dans ses raisons.

          Maintenant, ce n’est pas parce que je ne confie pas certaines choses à un garçon que ce garçon n’est pas mon ami. Je pense qu’il y a différents degrés d’amitié, et les deux personnes qui sont vraiment le plus proches de moi, celles auxquelles je sais que je peux vraiment parler de TOUT, ce sont des filles. Parce que je reste persuadée qu’en tant que fille, il y a certaines choses que je ne peux pas confier à un garçon. Surtout pour ce qui me fait souffrir.
          Si je confie ce qui me fait mal à une personne, cette personne va vouloir m’aider d’une façon ou d’une autre (sinon, elle ne serait pas mon ami/e, pas vrai ?). Et je sais que si cette personne est un homme, je me retrouverais dans le schéma de la demoiselle en détresse et du chevalier servant. Et dans ce genre d’histoire, la demoiselle finit toujours par voir le chevalier autrement que comme un simple ami. C’est peut-être idiot, et peut-être que je suis la seule fille comme ça ; ou peut-être que c’est quelque chose de récurent chez les filles de manière générale. Je n’en sais rien, et encore une fois, peut-être que j’ai généralisé. C’est en tout cas le genre de réactions que je pourrais avoir (et je ne pense pas que ce soit un signe que mes motivations sont devenues impures), d’où mon point de vue exposé plus haut.

          Se confier à une fille à propos de n’importe quel sujet ne pose peut-être pas de problème à un garçon, mais personnellement, j’émets des réserves. À nouveau, c’est peut-être juste moi, et à nouveau, je ne considère pas que cela veut dire que je ne suis pas amie avec des gars.

          J’espère avoir répondu à ta question..? :)
          C’est chouette d’avoir ton avis de gars, en tout cas !

            Avatar
          • Oui ça répond à ma question ! merci d’être rentrée un peu plus dans les détails.

            Enfin, je ne suis pas sûr non plus, comme tu le penses, que l’on peut tout confier à l’autre sexe, en tant que gars je sais que je ne peux pas parler de tout à une fille.

            Par contre je sais aussi que c’est en me confiant à une fille que j’ai pu réaliser que j’étais complètement dans l’erreur dans un situation particulière de ma vie et je ne pense pas qu’un gars aurait pu m’aider dans ce cas là à le réaliser. Du coup peut être que la situation inverse est possible, ou peut être comme tu le dis que d’une fille vers un gars ça peut provoquer une situation différente due au fait que le gars peut vouloir jouer le chevalier servant (juste pour servir, pas forcément autre chose en tête) et que cela peut changer la vision de la relation.

              Avatar
            • Hehe, au final, on pense plus ou moins la même chose ;-)
              J’aime bien ton témoignage par rapport à la situation où une amie a pu t’ouvrir les yeux sur une situation. Je pense aussi que, parfois, c’est un ami de l’autre sexe qui peut nous aider à mieux comprendre certaines choses ou à les envisager différemment. Bref, dans les amitiés mixtes comme dans toute sorte de relations, il faut que Dieu nous aide à nous comporter de manière qui l’honore et qui honore l’autre :)
              [Et oui, j’ai bien conscience que le chevalier servant veut bien souvent simplement être un chevalier servant et pas un prince charmant, pour rester dans ce registre ;)]

        • Avatar
        • Salut,

          Tous ces commentaires sont très intéressants, et j’aime voir les différents points de vue.
          Je ne suis pas dans la tête de Sarah, mais je crois que par « se confier à un ami de sexe opposé » elle entendait partager des sujets très voire trop personnels. Du moins c’est ce que je comprends.
          Aussi, concernant le fait qu’une fois que les limites de la relation -frères & soeurs- sont claires il n’y a plus lieu de se faire des films, c’est vrai! ça n’empêche qu’il y a des choses que je ne partagerai jamais avec mon frère de sang, me sentant plus à l’aise d’en parler avec ma soeur. C’est naturel! Donc, je crois que pour parler d’une relation fraternelle il faut bien analyser son équivalent dans la famille… [Je le dis pour l’avoir vécu. Il m’est arrivé de confier à un ami-frère des choses que je ne pourrais jamais confier à mon frère de sang. La question est pourquoi je ne peux en parler à mon frère? C’est beaucoup trop personnel, c’est le faire entrer dans ma sphère la plus proche. En prenant conscience de cela, je réalise que j’ai forcé, d’une certaine manière, mon ami-frère à y rentrer, créant un lien effectivement qui ne devrait pas exister avec un frère] Maintenant il s’agit de sujets sensibles il me semble, on peut avoir un ami du sexe opposé sans forcément qu’il sache tout tout tout ;)

          J’ai été interpellée et ce sujet est si délicat. Je pense qu’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse… Je voulais juste essayer d’apporter des éléments plus précis, j’espère que mon commentaire aidera quelqu’un

            Avatar
          • Merci pour ton commentaire, Mpenzi. Et oui, c’est bien cela que je voulais dire. Merci aussi pour ton petit témoignage qui aidera peut-être quelqu’un ! :)

  • Avatar
  • Merci pour ce super article, il donne des pistes claires pour pouvoir avoir des amis du sexe opposé, surtout à nous les filles qui avons tendance à laisser davantage parler notre imagination plutôt que la réalité !
    Merci encore pour cet article qui est un véritable encouragement :)

  • Avatar
  • Merci pour cet article et merci pour les commentaires qui éclairent certains point d’ombre. C’est vraiment encourageant. On a envie de se sanctifier pour Dieu dans tout les domaines.

  • Avatar
  • Super article !!! Pas évident de définir les limites dans les relations gars-fille. Merci pour l’article.

  • Avatar
  • C’est impossible car il y a et il y a toujours eu un jeu de séduction entre les deux sexes,que l’on soit ami ou pas.Ca fait partie de la vie et ça peut nous jouer des tours.
    J’ai eu une très bonne amie,avec qui je partageais tout puis ça s’est compliquer.
    Faut faire très attention et ça n’est pas du tout misogyne d’être souvent avec des personnes du même sexe!

  • Avatar
  • Pourtant Dieu a dit à l’homme allez parcourez la terre et soyez féconds et non soyez des amies.

    41 ans aujourd’hui je peux dire par expérience que je n’ai jamais eut d’amie de fille. Je n’ai jamais été le genre de gars pour ca, pour moi il est clair que si j’aurais une amitié quelquonque avec une fille ca serait pour aller plus loin éventuellement.

  • Avatar
  • J’aime ce que dit Francis, mais dans mon cas c’est vraiment différent je suis ami avec des filles d’âges divers et pourtant nos relations sont claires.

    Mais surtout les gars doivent faire comprendre le pourquoi de leur démarche ça aide pour la transparence.

      Avatar
    • Je suis tout à fait d’accord avec toi pour la transparence ! D’ailleurs, on aura peut-être un article sur le sujet ;)

  • Avatar
  • moi j’ai 2 questions
    je suis d’accord avec cette article, car j’ai plus d’ami que d’amiE , donc j’ai l’habitude de clarifié les choses et de savoir un peut comment sa se passe les amitiés homme/femme.
    Ma première question est par rapport au fait de se confié, biensure il y a des limites mais est-ce que c’est si mal que ça de vouloir voir un ami en dehors de l’église (dans des lieux public je précise!!) juste pour lui parler? Sachant que la relation est claire et purement amical?
    Ma 2eme questions est quelque part je comprend pourquoi certaines personnes sont septique a ce genre d’amitié mais d’un coté comment aimé une personne si sa ne commence pas par de l’amitié?
    c’est le sujet de débat que j’ai en se moment si vous pouviez me répondre se serait sympa merci

      Avatar
    • Bonjour Ezra,
      Pour répondre à ta première question, je ne vois pas non plus ce qu’il y a de mal à rencontrer un ami en dehors de l’église. Si les choses sont claires entre vous dès le départ, en plus, je ne pense vraiment pas qu’il y ait de problème. Le point sur lequel l’auteur insiste, je crois, c’est dans le fait de confier des choses vraiment très intimes à cet ami, et de créer ainsi un lien émotionnel qui ne devrait pas exister dans ce genre de relation purement amicale. C’est en tout cas mon opinion. Mais tu reconnais toi-même qu’il y a des limites dans le fait de se confier, alors je suppose que tu es au clair avec ça ! ;)
      Et par rapport à ta deuxième question, je suis entièrement d’accord avec toi. Je pense aussi que l’amitié constitue une base solide pour une relation sentimentale. Maintenant, tout le monde n’est pas d’accord sur ce point, et je ne pense pas que les uns aient tort et les autres raisons.
      Voilà mon idée sur tes questions.. Tu peux peut-être aussi demander à tes amis ce qu’ils en pensent, c’est toujours mieux d’écouter les opinions de plusieurs personnes, je trouve ! :)
      Sarah

  • Avatar
  • merci pour ta réponse sara c’est encourageant
    justement j’attend plusieurs avis a ce sujet c’est pourquoi je l’ai exposé sur le blog ;)

      Avatar
    • De rien !

  • Avatar
  • super article!!

  • Avatar
  • Une question assez vague pour les filles (et les mecs aussi) : pour éviter malentendus et compréhensions, faut-il communiquer plus à l’écrit (sms, facebook) ou à l’oral (téléphone, face à face) avec une soeur en Christ? Il me semble plus logique que la communication se fasse à l’oral car à l’époque les personnes ne communiquaient pas en tapant sur des lettres de clavier pendant 1 h mais en parlant avec la bouche. Mais d’un autre côté je trouve que ce type de communication peut paraître trop « intime » ou « personnelle » à l’inverse d’une conversation écrite. J’espère que vous comprenez ma question et ce qu’elle implique réellement^^ Merci d’avance pour vos réponses!

      Avatar
    • Très honnêtement, je ne sais pas quoi te répondre, Laurent… Ce que tu dis est juste. Et je trouve qu’il y a toujours plus de problèmes de communication à l’écrit qu’en face à face. Ainsi, une fille pourra « lire entre les lignes » ce qu’elle a envie de lire. Mais en même temps, elle pourra faire exactement la même chose avec une conversation à l’oral et tout interpréter dans le sens qui lui plaît le plus ^^
      Bon OK, on n’est pas toutes comme ça ; mais je sais que dans mon cas, il a fallu une intervention de Dieu pour que j’arrête de tout interpréter à ma sauce (alors qu’il n’y avait absolument rien d’autre à interpréter que de l’amitié, bien sûr). Et je suis quasi certaine que je ne suis la pas seule…

        Avatar
      • Non Sarah tu n’es pas la seule… C’est un gros problème dont j’ai du mal à me débarrasser.

        Pour répondre à ta question Laurent, je dirai que ça dépend des personnes ou que le face à face est mieux. Personnellement je n’aime pas trop parler au téléphone donc avec des garçons je trouve cela très intime. Je suis plus à l’aise avec des messages écrits mais outre le fait que je peux cogiter en « lisant entre les lignes », je trouve aussi que parfois certains garçons ont un langage ambigu volontairement. Ils font des avances l’air de rien et s’ils jamais il y a une opposition, ils diront que leurs propositions sont faites en toute amitié. Le mieux c’est de vraiment être clair dans ces propos et même très clairs :)

  • Avatar
  • Si quand tu dis à l’époque tu fais référence aux temps biblique, on peut remarquer que ce sont des temps où les relations hommes/femmes et la place dans la société de chacun était différente.
    Que ce soit par ecrit ou à l’oral c’est d’être clair dans ses intentions avec soi même et avec la personne à qui tu parles.

      Avatar
    • Oui, comme tu dis, Ivan, il faut être clair dans ses intentions, quelles qu’elles soient.

  • Avatar
  • Merci Sarah, pour ce bel article…. mais !? …..je m’ aperçois sur ta photo de post, que tu t’ apprête à embrasser ….. un crapaud !! Attention, le connais-tu ? que sais-tu de ses intentions ?
    Certes il s’ agit peut-être d’ un beau prince charmant, mais alors attention !! Car si tu embrasses un homme que tu ne connais pas …… ben ton article tombe à l’ eau !!!
    Prends donc garde. :-)
    Biz

      Avatar
    • Haha, merci, Fée du Logis ! Je prends bonne note ! :-)
      Pour info, cet article n’est pas de moi, je n’ai fait que le traduire ;-) Ceci dit, ne t’inquiète pas, je n’ai aucune intention d’embrasser un homme que je ne connais pas, prince ou pas prince !

        Avatar
      • Sarah …. il me semble que tu as changé ton commentaire originel !!! hum, hum … si je ne m’ abuse, ta réponse ne finissait pas comme çà. Je crois bien qu ‘il y avait une histoire de couronne …et en tout cas ça finissait pas par « prince ou pas prince ». Alors ? qu’ est ce à dire ? on regrette la 1ère version ? pourquoi donc ?
        Attention la fée du logis sait tout …

          Avatar
        • Je ne regrette absolument pas ma première version, loin de là ! Je la préférais, en fait.
          Seulement, j’ai bien conscience que tout le monde n’a pas le même humour que moi et que j’aurais pu être mal interprétée ;-)

  • Avatar
  • Ok Sarah. Mais ne trouves tu pas triste d’ avoir à te censurer sur un commentaire sommes toutes, bien gentillet ? Pour dire franchement, y’ a quand même comme un malaise, si tu dois te rectifier systématiquement pour faire du …. religieusement correct !
    Si tu n’ as même pas le droit de faire de l ‘humour et que tu doives te brimer (tu préférais ta 1ère version) pour coller à la teneur des articles, ….ça doit pas être facile à vivre.
    Bon courage à toi
    Que Dieu te garde

      Avatar
    • Non, je pense en fait que c’est source de joie d’agir comme Sarah car c’est tenir compte des plus faibles et on se porte toujours mieux quand on ne blesse personne.

  • Avatar
  • Merci Sarah,

    j’ai enormement apprécié tes conseils précieux pour les homme.
    « Agissez en fonction de vos paroles. Ne vous rapprochez pas d’une femme en particulier si vous ne voulez pas lui faire la cour. »

  • Avatar
  • article plein de préjugés…

      Benjamin E
    • C’est à dire ?

  • Avatar
  • Merci sarah pour tes conseils se t’article à éclaircir ma lanterne

  • Avatar
  • qu’en est-il de la limite physique? Je m’explique… je suis très tactile avec mon frère de sang. Puis-je l’être aussi avec mon ami-frère sans qu’il y ait d’arrière pensées?

      Avatar
    • Sheila, si votre relation est claire, personnellement je crois qu’il n’y a pas de problème. Une main sur l’épaule, sur le bras, dans le dos, un « saint baiser » sur la joue pour se saluer, pour moi ces gestes sont profondément ancrés en moi je ne me verrais pas ne pas le faire. Mais il y a une manière de le faire ;) Je ne passerais pas toute la conversation avec mon ami-frère avec ma main dans son dos!

  • Avatar
  • Merci beaucoup pour cet article, j’en viens à me poser certaines questions que j’espère constructives. Je me retrouve totalement dans la fille qui a projetté un idéal sur un garçon. Ça fait déjà plusieurs années que j’ai remarqué un garçon et que j’éprouve des sentiments amoureux pour lui. C’est notamment sa foi en Christ qui m’a touchée. Depuis, je remet ce garçon dans la prière, mais également mes pensées envers lui. Mon mot d’ordre c’est « que ta volonté soit faite Seigneur, même si ma nature humaine s’y oppose ». J’ai décidé d’être patiente et de laisser Dieu contrôler sur ce plan là. Pourtant je n’ose pas même aller saluer cette personne, je suis totalement intimidée. Cette article me conforterait dans ce choix, du moins si je l’ai bien compris . . Mais je n’arrive pas trop à comprendre pourquoi est-ce qu’une fille ne pourrait pas exprimer ses sentiments envers un garçon avant qu’il ne fasse ce pas ? Certaines filles sont entreprenantes, à chacune sa personnalité, j’ai une amie chrétienne par exemple qui va directement vers le garçon qui lui plait pour découvrir si quelque chose peut se créer entre eux. Je ne pense pas flirter avec le garçon que j’aime bien, mais après avoir lu cet article j’ai tendence à comprendre qu’un sourire = flirt. En fait j’ai l’impression que pour la fille c’est « tu ne dois pas » et pour le garçon « tu dois ». Je trouve ça assez réducteur. J’ai relu récemment l’histoire de Ruth et j’y vois une femme qui a agis pour toucher le cœur de l’homme que Dieu lui destinait.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *