Halte au pharisaïsme ! (7/7)

16 Août 2012 10 commentaires

J’agis en pharisien lorsque je marginalise les gens de « mauvaise vie »

« Comme Jésus était à table dans la maison, voici, beaucoup de publicains et de gens de mauvaise vie vinrent se mettre à table avec lui et avec ses disciples.
Les pharisiens virent cela, et ils dirent à ses disciples : Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les gens de mauvaise vie ?  » Mat 9:11

 

Faut-il marginaliser ?

Les pharisiens considéraient qu’il était inconcevable de se mélanger avec des pécheurs (d’ailleurs pharisien vient du terme hébreu péroushim  qui signifie « séparé »). D’où leur colère lorsqu’ils virent Jésus se mettre à table avec des gens de mauvaise vie. Certes, la Bible nous exhorte « à sortir du monde », mais les pharisiens avaient raté la finalité de cette ordonnance. Ils se séparaient pour rejeter les autres, alors que Dieu désire nous mettre à part pour témoigner de son amour à tous les hommes ! Il ne veut pas que nous marginalisions les non-chrétiens ; au contraire, il s’attend à ce que nous soyons des canaux de restauration et de guérison pour eux.

« Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades », répliqua-t-il suite aux murmures des pharisiens. Sommes-nous donc ces canaux de guérison ? Avons-nous égard aux SDF, même ceux qui n’ont pas pris de douche depuis plusieurs jours ? Accepterions-nous côtoyer un transsexuel qui souhaiterait venir à l’église et changer de vie ? Sommes-nous prêts à partager notre plat avec un criminel, récemment sorti de prison et désireux de se tourner vers le Seigneur ? Nous devons, comme Pierre, apprendre à ne regarder aucun homme comme souillé ou impur. Alors que nous étions encore sales, plongés dans la boue de nos péchés, Christ nous a pris dans ses bras. Notre piteuse condition ne l’a pas éloigné ; au contraire, ému de compassion, il est venu jusqu’à nous pour nous laver et nous purifier. Waouh ! quel amour ! Que Dieu nous aide à l’imiter, afin que nous puissions aimer et accueillir notre prochain quelle que soit sa situation !

Faut-il donc se fondre dans la masse ?

Cependant, il y a ici une ambiguïté que j’aimerais relever. Accueillir ne signifie pas cautionner ou légitimer. Beaucoup de chrétiens aujourd’hui, sous prétexte d’aimer et de ne « pas juger » leurs amis non-chrétiens, ne sont plus capables de dénoncer clairement leurs mauvaises actions ! Pis encore, ils sont entraînés par ces derniers et vont jusqu’à se conformer à eux. Ils participent à leurs beuveries et à leur immoralité. Oui, Jésus marchait avec les pécheurs. Oui Jésus mangeait avec des voleurs. Mais jamais il n’a toléré ou adhéré à leurs mauvaises actions. Au contraire, il les côtoyait pour les aider à changer, pour les tirer vers le haut.

Tout est question d’influence

Il faut donc veiller à ne pas se mettre à l’écart des non-chrétiens, sans toutefois se fondre dans la masse. Comment alors définir une juste limite ? Que faut-il faire ou ne pas faire afin de ne pas basculer dans un extrême ? Pour ma part, je pense que tout n’est qu’une question d’influence. Par exemple, à la question : « Est-ce que je dois aller à une soirée organisée par des amis non-chrétiens ? », je répondrais ceci : « Si je n’ai pas la garantie d’avoir plus d’influence sur la soirée que la soirée n’en a sur moi, alors je ne bougerai pas ! » Si je ne suis pas capable de marquer positivement un environnement, et que cet environnement me pousse à l’ivrognerie ou à la convoitise, alors je dois réfléchir par deux fois avant de m’y rendre. Je suis appelé à être sel et lumière, à briller et glorifier Dieu partout où je suis. Je rêve du jour où comme Christ, ma seule présence pourra changer une atmosphère de dépravation en une atmosphère d’adoration. Ce jour-là, je pourrai aller à toutes les soirées sans me poser de questions !

Ce que j’ai retenu de cette série…

Nous voici au terme de cette série sur les pharisiens. J’espère qu’elle nous aura permis de les regarder désormais d’un œil différent, et de réaliser qu’il est facile d’agir comme eux. Si je devais retenir seulement 3 choses de cette série, ce serait ceci :
1- C’est toujours en voulant pratiquer la Parole que les pharisiens venaient à pécher : prions pour que Dieu nous aide à appliquer sa Parole sans tomber dans les excès !
2- Parce que Dieu regarde au cœur, les bonnes actions ne suffisent pas, il faut aussi et avant tout de bonnes motivations !
3- Quelle que soit notre expérience avec Dieu, nous devons prier afin qu’il nous garde dans l’humilité, loin des pièges de l’orgueil religieux et du désir de reconnaissance.

Avatar
Auteur : JB A

25 ans, Rébellutionnaire, ingénieur en systèmes d'information à Paris, et leader de groupe de jeunes à l'église Phila

Voir tous ses articles →