Témoignage d’Alain L.

Article d’Alain L., 23 ans, tout juste diplômé en tant qu’ingénieur en informatique

Dieu a tellement changé ma vie en 1 an !

Avant, j’étais timide et isolé par rapport à mes frères et sœurs dans l’église. Aujourd’hui, je me sens plus proche des uns et des autres.

Je m’appelle Alain, j’ai 22 ans, je suis étudiant en informatique et je suis de l’église AECM Saint-Maur. Je suis né dans une famille non-chrétienne,  j’étais calme et respectueux envers mes parents. Et peut-être trop calme.

Mes parents sont chinois, ils sont venus s’installer en France avant que je sois né. Ils avaient un arrière-plan bouddhiste, mais pas pratiquant. A l’école, mes instituteurs et professeurs me disaient que j’étais timide, mais que je travaillais bien. Dieu m’a donné la force de réussir mes études. A l’école, très jeune, j’avais une amie enfance dont la mère était chrétienne. Elle nous a invités à aller à un campus en 1997. C’est à partir de ce moment que j’ai pu être en contact avec des chrétiens, que j’ai vu des personnes prier. Une chose que je n’avais jamais vue avant.

Depuis je vais à l’église du 13e, à Paris, et j’ai appris comment prier et qui était le personnage de Jésus. Au début, j’y croyais, parce qu’à l’époque je croyais à tout ce qu’on me racontait. Deux mois plus tard, ma mère s’est fait baptiser.

Ensuite, avec le temps, je ne voulais plus aller à l’église, mais mes parents me forçaient à y aller. Je trouvais qu’aller à l’église était une perte de temps, j’y allais juste pour faire plaisir à mes parents.

Après avoir été dans plusieurs églises, je trouvais que c’était la même chose, je trouvais que je perdais une journée de repos par rapport aux non-chrétiens. J’étais plutôt timide, je n’arrivais pas à m’intégrer avec mes frères et sœurs.

Mais lorsque je commettais un péché, j’avais conscience que c’était quelque chose de mauvais. En effet, je connaissais le verset de Romains 6.23 : « Car le salaire du péché, c’est la mort ». Pour moi, le pardon était quelque chose de normal, chaque personne pouvait faire des erreurs dans sa vie. Je pardonnais facilement aux gens.

J’ai aussi eu quelques épreuves, j’ai raté plusieurs fois mon permis. Je me suis fait agressé dans la rue, mais heureusement une personne est venue me sauver, je suis entré dans sa voiture et elle m’a déposé chez moi. Je me suis longtemps posé la question : est-ce que c’était Dieu qui m’avait protégé ?

L’été, quelque fois, on va au campus en famille. Pendant les campus, je sens que je me rapproche de Dieu, mais une fois le campus terminé, je m’éloigne petit à petit. L’été dernier, j’ai fait un campus avec l’église de Nogent-sur-Marne, j’ai vu une très grande communion fraternelle, avec les jeunes et les moins jeunes. A la fin du campus, contrairement aux autres campus, je ne me suis pas éloigné, ma relation avec Dieu est devenue de plus en plus profonde.

Peu de temps après, mon père s’est fait baptiser, et c’est à partir de ce moment que j’ai commencé réfléchir à mon baptême. Ensuite, j’ai fait d’autres petit campus avec l’église de Saint-Maur, et au dernier campus, le pasteur a fait un appel, et j’ai répondu à cet appel.

Depuis, je participe plus activement aux activités de l’église, je fais la sono, je vais aux événements chrétiens comme Pulse et les concerts. Je participe aux différents groupes de jeunes avec d’autres églises.

Je suis aussi allé à une campagne d’évangélisation (semaine AudioVie à Montrueil en avril 2012) qui m’a beaucoup encouragé à lire ma Bible. J’ai changé ma manière de vivre, j’ai l’impression de découvrir un nouveau Alain. Un Alain version 2.0 !

Aujourd’hui j’ai l’assurance du salut, je crois en Jésus qui m’a sauvé de la mort et du péché. Après ma mort, je suis certain d’avoir la vie éternelle parce que j’ai accepté Jésus comme mon sauveur.

Plus tard, je souhaite continuer à servir Dieu à l’Eglise. Amen.

Tu devrais aussi aimer...

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *