Accro à l’adulescence – Partie 2

Post de Brett et Alex H., 22 ans, éditeurs du blog therebelution.com et auteurs du livre Génération Challenge.
Traduction de Emy B., 17 ans, rebellutionnaire.

Diagnostic biblique

Ce qui est triste, c’est que nous connaissons des gens qui sont comme cela. Ce qui est effrayant, c’est que nous-mêmes sommes souvent comme cela. Nous ne sommes peut-être pas des fous de jeux vidéo ou de voitures flambant neuves, mais est-ce qu’en ce moment, nous investissons notre temps et notre argent pour nous préparer à ce à quoi Dieu nous a appelés ?

Dans 1 Jean 2 v. 15 et 16, il nous est ordonné : « N’aimez pas le monde ni ce qui est dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est pas en lui. En effet, tout ce qui est dans le monde – la convoitise qui est dans l’homme, la convoitise des yeux et l’orgueil dû aux richesses – vient non du Père mais du monde. »

La convoitise qui est dans l’homme et la convoitise des yeux ? L’orgueil dû aux richesses ? Cela ressemble à l’enfadulte, n’est-ce pas ? L’Écriture ne serait-elle pas en train de nous dire que « l’adulescence » est tout bonnement un symptôme d’une génération qui aime le monde ?

Ça ressemble à la dernière pièce du puzzle. Avec une compréhension biblique, nous pouvons oublier toutes les théories sociologiques et psychologiques complexes à propos de ce qui crée les enfadultes. D’après la Bible, un « enfadulte » est seulement une jeune personne focalisée sur le monde.

Penses-y. Les enfadultes sont égocentriques. Tout est bon pour assouvir leurs propres désirs égoïstes, que ce soit l’université, les parents, le travail, une petite copine ou un petit copain, ou même l’église. Si quelque chose fait obstacle à cette recherche d’autosatisfaction, comme le mariage, la famille, ou d’autres responsabilités, ils se contentent de l’éviter. D’autre part, s’ils peuvent profiter de ce que le monde offre dans ces choses sans payer le prix de l’engagement, pourquoi s’engager ?

On trouve la réponse à cette question dans 1 Jean 2 v. 17 : « Or le monde passe, sa convoitise aussi… ». Jean nous dit que ce monde ne sera pas là pour toujours. Mais surtout, nous non plus. Si nous dépensons notre temps et notre argent dans l’assouvissement de nos désirs terrestres, nous gagnerons peut-être le monde, mais nous aurons perdu notre âme.

Jésus a dit : « Nul ne peut servir deux maîtres ». Si Jésus est Seigneur dans nos vies, alors le monde ne l’est pas. Et nous non plus.

Notre culture nous ment constamment en nous disant de nous la couler douce, de nous amuser, et de vivre pour le prochain « buzz ». Elle prétend nous donner quelque chose, mais en réalité, nous nous faisons avoir. Nous nous paralysons nous-mêmes en perdant les délices que procurent la connaissance de Dieu et de ses voies, la joie d’un mariage selon Dieu, la beauté d’une intimité sexuelle telle qu’Il l’entend, l’inégalable satisfaction d’être père ou mère, et les bénédictions d’une vie d’adulte authentique et responsable.

Traitement et discipline

Alors comment nous battre contre la mentalité de l’enfadulte et pour le plan de Dieu dans nos propres vies ? Pour commencer, nous devons avoir la volonté d’abandonner tous les domaines de nos vies à Christ (pas uniquement le dimanche matin, pas seulement 20 minutes par jour). Nous devons accepter les responsabilités et appels qui accompagnent la vie adulte que Dieu nous confie.

Paul a enseigné à Timothée : « Que personne ne méprise ta jeunesse ». Mais il ne s’est pas arrêté là. Il a continué avec ces mots : « mais sois un modèle pour les croyants par tes paroles, ta conduite, ton amour, ta foi, ta pureté ». Il n’est pas seulement question de ne pas se laisser prendre de haut. En fait, nous sommes censés montrer l’exemple à nos frères chrétiens par notre façon de vivre et d’interagir avec les autres. Il est intéressant de noter que le mot grec que Paul a utilisé pour « jeunesse » désigne l’âge du service militaire chez les Hébreux, qui couvre les âges de 20 à 40 ans. C’est comme si ce verset avait été écrit sur-mesure pour les enfadultes ! Cela ressemble à un énorme défi, mais c’est la seule façon d’optimiser sa vie de façon réelle.

Tu te demandes sûrement quoi faire, concrètement ? Et bien, essaie ça :

–       Trouve  au moins un(e) bon(ne) ami(e) qui veut bien se joindre à toi pour que vous puissiez vous soutenir mutuellement.

–       Dis à tes amis que tu refuses de n’être qu’un consommateur. Et ensuite, respecte cela.

  • Ne perds pas ton temps à surfer sur le Net, à regarder la télé, des films, ou à lire des magazines. Lis plutôt de bons livres et parles-en avec tes amis. Si tu veux, commence un blog pour écrire des choses intéressantes à propos de tes lectures.
  • Ne mange pas trop dehors. À la place, apprends à cuisiner (pas des repas au micro-ondes). C’est plus sain, plus malin, et c’est une occasion de servir les autres.
  • N’achète pas des vêtements dont tu n’as pas besoin. Donnesen plutôt à ceux qui en ont vraiment besoin.

–       Si tu vis à la maison, porte-toi volontaire pour aider dans différentes tâches ménagères (le mot « volontaire » est important). Tu peux même commencer quelques-uns des grands projets d’entretien que tes parents ont remis à plus tard.

–       Engage-toi dans une église locale et cherche un moyen de la servir. Rappelle-toi que ce sont la participation et le soutien qui font un membre, pas seulement la présence.

–       Passe plus de temps à lire la parole de Dieu. Si tu n’as jamais mémorisé des versets, commence à le faire. Si tu l’as déjà fait avec des versets, commence à mémoriser des parties. Si tu l’as déjà fait avec des parties, mémorise des chapitres. Rien ne pourra mieux t’équiper que « la Parole de Dieu qui habite en toi dans toute sa richesse » (Colossiens 3 v. 16).

–       Écris deux listes : une qui comporte les choses que tu aimerais retrouver chez ton époux(se) et une autre avec les étapes que tu dois encore franchir pour être prêt(e) pour elle/lui. Ne perds pas ton temps dans des relations sans engagement.

Sois créatif(ve). Tu pourras envisager une multitude d’actions à partir du moment où tu auras mis ton « moi » de côté et que tu commenceras à aimer Dieu et les gens autour de toi, comme Il te le demande. C’est une bataille difficile, mais si tu as déjà cherché à être anti-culture pour les bonnes raisons, c’est l’occasion. Notre monde ne survivra pas à une autre génération de chrétiens qui suivent le troupeau.

L’adulescence représente l’attachement de notre culture au monde et à elle-même. Il est temps de chasser cette habitude.

Et toi rébellutionnaire, que penses-tu faire pour chasser cet attachement au monde ? Propose des challenges ; )

Auteur : Alex et Brett Harris

Alex et Brett Harris, sont les fondateurs de la Rébellution et les auteurs du livre Génération Challenge.