Connaître la volonté de Dieu – 3 – Pourquoi la cherchons-nous ?

Si vous suivez bien cette série, il semble que la plupart d’entre nous cherche à connaître la volonté spécifique de Dieu, c’est-à-dire que Dieu lui révèle ce qui doit arriver à chacun ou au moins ce qu’il veut.

Voyons maintenant les 5 raisons qui nous poussent à nous poser cette question spécifique : Quelle est la volonté de Dieu pour ma vie ?

1. Nous voulons plaire à Dieu

Souvent, nous cherchons à connaître la volonté de Dieu, parce que nous voulons plaire au Seigneur. Nous désirons faire ce qu’il veut, ce qui est louable. Néanmoins, ce n’est pas une raison pour spiritualiser chacun de nos décisions…

2. Nous n’aimons pas prendre des risques

Certains chrétiens n’ont peur de rien dans leur vie, mais bien d’autres n’aiment pas prendre de risques. Ils refusent de prendre une décision sans avoir tous les éléments et l’assurance quasi-complète que tout se passera bien. La solution ? Dans le verset suivant :

Recherchez d’abord le royaume et la justice de Dieu, et tout cela vous sera donné en plus. Ne vous inquiétez donc pas du lendemain, car le lendemain prendra soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine. (Matthieu 6.33-34)

De plus, ces frères et sœurs ont besoin d’exhortations, de patience et d’aide de notre part.

3. Notre recherche de Sa volonté est axée sur notre épanouissement personnel

Certains d’entre nous cherchent à connaître la volonté spécifique de Dieu afin de réaliser leurs désirs. En effet, ils vivent une vie si confortable, qu’ils ont commencé à chercher le ciel sur la terre. Pourtant, la Bible nous présente comme des résidents temporaires, des hôtes de passages sur cette terre. Cette terre est souvent dépeinte comme un désert ou une prison. En effet, combien de fois entendons-nous parler de désert spirituel dans le cœur de nos contemporains ?

La foi en Jésus ne nous garantit pas que tout ira comme nous le voulons.

Dans Hébreux 11, chapitre des héros de la foi, nous avons :

  • Abel, qui avait la foi, et il est mort ;
  • Hénoch, qui avait la foi, et n’est pas mort ;
  • Noé, qui avait la foi, et tous les autres de lui sont morts.

Ainsi, le seul fait d’avoir la foi ne garantit en rien que notre vie sera rose du début à la fin ! Contrairement à ce que veut nous faire croire le monde présent, l’existence n’est pas faite uniquement d’amusements et de plaisirs, et nous ne devrions pas nous attendre à ce qu’il en soit ainsi.

Fréquemment, nous voulons tout avoir, et nous n’attendons qu’une chose : que Dieu nous montre comment y parvenir. L’auteur relate une discussion avec son grand-père, dans laquelle ce dernier lui confiait : pour moi, faire la volonté de Dieu consiste simplement à obéir à ses commandements. Il avait TOUT compris ! Mais alors, me direz-vous, avoir des rêves, des projets serait-il mauvais ?

Il faut raisonner autrement. Basons nous sur ce qui est céleste et non sur ce qui est terrestre (Colossiens 3.1-2). Comprenons que bien souvent, nous attendrons trop de la vie. Nous tombons de haut lorsque la réalité s’avère être si contraire à ce que nous nous étions imaginés : le ciel sur la terre. Ce piège nous pousse à prendre des décisions ayant une importance démesurée : choix d’une maison, du revêtement de sol de notre salon, etc.

Ainsi, la plupart d’entre nous serait bien plus épanouie si nous étions moins obnubilés par… notre épanouissement !

4. Nous avons trop de choix

Il y a 100 ans, la majorité des gens vivaient à l’endroit où ils étaient nés. A cette époque, nous aurions épousé l’un des douze partis possibles de notre ville. Les jeunes avaient le sens du devoir et du respect envers la famille. Mais aujourd’hui, rares sont les personnes prêtes à renoncer à l’indépendance et à se priver de certains choix pour une chose aussi dépassée que le devoir.

En effet, notre génération est face à un nombre infini de possibilités. Il suffit de regarder combien il y a de biscuits, de shampoings différentes dans les rayons de supermarché. Il y en a tellement, que nous ne prenons pas le temps ni l’énergie de tous les essayer, nous restons attachés à certaines marques et certains produits, parce que nous savons déjà ce qu’ils valent. Il devrait en être de même pour nous. Nous trouverons toujours quelque chose qui semble plus beau, plus attractif, mais si nous nous laissons consumer à chaque nouveauté (matérielle ou une personne), nous serons à jamais insatisfaits.

En Occident, nous avons trop de choix, ce qui implique que notre obsession à vouloir connaître la volonté de Dieu pour notre vie est essentiellement due au fait que nous ne savons plus où donner de la tête face à cette montagne de choix possibles. Nous croyons que cette liberté de choix nous rend heureux, mais après-coup, nous constatons que nous nous sentirions mieux sans autant de possibilités.

Aujourd’hui,  les gens choisissent d’abord leur lieu d’études/de travail, puis seulement cherchent ensuite une Eglise proche, si bien que certains partent s’enterrer spirituellement dans des villes où des Eglises prêchant la Parole avec justesse sont inexistantes. Je vous mets au défi de raisonner à l’inverse. Renseignez-vous sur des Eglises qui vous intéressent, où la Parole est correctement prêchée, en vous demandant comment vous pourriez être utiles pour cette assemblée. Puis après seulement, cherchez une école/un travail proche de celle-ci.

Cessons maintenant de spiritualiser à outrance notre incapacité à prendre des décisions sous prétexte que nous cherchons à découvrir la volonté de Dieu !

5. Nous sommes lâches

Souvent, lorsque nous demandons au Seigneur de nous faire connaître sa volonté, nous cherchons en réalité à nous rassurer. Notre prière serait quelque chose comme « Seigneur, veille sur moi et dis-moi quoi faire afin qu’il ne m’arrive rien et que je sois toujours en sécurité ». Non ? Si vos sujets de prière ressemblent à « Priez pour que je réussisse mes examens, priez pour qu’il ne m’arrive rien pendant mon trajet, priez pour que personne ne me parle mal à l’école lorsqu’ils apprendront que je suis chrétien », c’est la même chose !

Pourtant ce n’est pas ainsi que Dieu a parlé à Esther. Regardons ensemble le livre d’Esther, chapitre 4, versets 13-14. Si Esther allait voir le Roi des Perses pour lui demander grâce concernant le peuple juif, et ce sans avoir été convoquée, elle risquait d’être condamnée à mort. Qu’a-t-elle fait ? Elle n’a pas demandé à Dieu de lui montrer un signe, ni de lui révéler sa volonté. Qu’aurions-nous fait à sa place ? Elle savait que c’était JUSTE de sauver son peuple, mais aucune promesse ne lui avait été faite concernant son avenir. Elle a donc pris un risque au nom de Dieu, en déclarant « Si je dois mourir, je mourrai ». Quelle femme courageuse et quel exemple !

Et nous dans tout ça ? Nous avons tendance à demander que rien de désagréable n’arrive à nous et à nos proches. Tel est souvent l’objet de nos prières. Mais nous demandons rarement à Dieu de nous aider à grandir dans la sainteté et dans la justice, ou de nous rendre davantage conscients du péché dans notre vie…

Conclusion

Dieu ne désire pas que nous nous tourmentions au sujet de l’avenir. Il n’a pas l’intention de nous dévoiler ce qui arrivera plus tard (Ecclésiaste 7.14). Ce n’est pas sa manière d’agir. Ce qu’il désire, c’est nous parler par sa Parole et nous transformer par le renouvellement de l’intelligence. Regardons donc à lui et prenons avec confiance des risques en son nom ! Il a un plan pour chacun d’entre nous, mais nous ne sommes pas censés le connaître avant, mais nous le découvrons après coup, dans les bonnes et les mauvaises choses (Romains 8.28) !

Si nous avons confiance en sa volonté décrétive, nous pouvons nous abandonner pleinement à sa volonté préceptive, sans nous tracasser de savoir s’il ne nous indique pas une sorte de volonté spécifique qui serait caché à nos yeux.

En résumé, Dieu ne prend pas de risques, donc c’est à nous d’en prendre !

Cessons d’implorer notre Seigneur pour qu’il nous révèle l’avenir, et commençons à lui obéir, confiants qu’il tient notre vie entière entre ses mains.

La suite, c’est par ici : Pourquoi est-ce mauvais de chercher à connaître la volonté de Dieu ?

Auteur : Clément Dv

25 ans, Rébellutionnaire, ingénieur dans l'environnement, meneur de louange à l'Eglise de Saint-Maur (AECM)

Voir tous ses articles →