Nous ne croyons pas au Père Noël…

Post de Christoph C., étudiant à Lyon.

Grandissez un peu !…

Durant les fêtes du dernier hiver, je suis sûr que vous avez retrouvé la famille et les amis. Et parmi eux, bien sûr, quelques irréductibles athées, vous rappelant désespérément que, dieu, c’est le père Noël pour les grands, que vous avez grandi, que vous ne croyez plus au père Noël, qu’il est peut-être temps de grandir à propos de ce dieu qui lui non plus n’existe pas…

À force, ces amis m’ont fait réfléchir et, étonnamment, ont fortifié ma foi ; laissez-moi vous expliquer.

Nous ne parlons pas du même dieu

Le dieu père Noël

Depuis le début de cet article, j’écris « dieu » sans majuscule, parce que je pense sincèrement que le dieu dont il s’agit n’a rien à voir avec le Dieu éternel. Je pense que la phrase qui résume le mieux leur vision est celle de Dawkins dans « Pour en finir avec Dieu » (p.82 aux éditions tempus, « The God delusion » pour les anglophones) :

À quoi sert un Dieu qui ne fait pas de miracles et qui ne répond pas aux prières ?

On a ici une très bonne image de ce que j’appelle le « dieu père Noël ». Le dieu que nous propose Dawkins, le dieu auquel il ne croit pas, est un dieu qui cède à nos caprices et ne cesse de se donner en spectacle par des prodiges.

Notre Dieu

Le Dieu de la Bible n’est pas ce dieu, un peu papa-gâteau, ni vraiment gentil, ni vraiment méchant. Le Dieu de la Bible est le Seigneur de l’univers et même plus. Nous avons effectivement un droit de communication avec Lui (aussi appelé prière) qui est une grâce. Mais c’est notre volonté qui doit se plier à la Sienne, pas l’inverse.

Retour sur la comparaison

Mais les cadeaux sont là !

Le plus grand problème dans cette vision athée du monde, c’est que pour eux, si le père Noël n’existe pas, les cadeaux arrivent tous seuls au pied du sapin. Mais pourtant nous le savons bien : il y a bien quelqu’un qui nous donne les cadeaux. Il s’agit de nos parents.

Ainsi si pour les athées, Dieu est représenté par le père Noël, pour nous chrétiens, ce serait plutôt par nos parents. Ils représentent bien mieux la relation d’amour personnel et la relation d’autorité que nous avons avec notre Dieu.

Épilogue

Il reste que les athées ont raison : il faut grandir dans notre foi et arrêter de croire au dieu père Noël, un dieu à la fois lointain et indifférent qui ne s’intéresse à nous qu’une fois par an. Le Dieu auquel nous croyons est un Dieu présent chaque jour de notre vie, qui ne se cache pas lorsqu’il nous fait des cadeaux, et qui s’est soucié de nous au point de donner sa propre vie ! Nous ne le commandons pas, il est Seigneur de l’univers et pourtant il s’abaisse à nous écouter !

Et toi rébellutionnaire, crois-tu encore au père Noël ?

Auteur : Christophe C.

Christophe est étudiant à Lyon.