La justification dans « Romains », selon Martin Luther

Article de Terry C., 26 ans, étudiant en théologie à l’institut biblique Moody à Chicago.

L’épître aux Romains

L’épître aux Romains écrite par l’apôtre Paul reste un livre à part dans les Saintes Écritures. Au delà du fait qu’il s’agit de la plus longue lettre écrite par l’apôtre, son contenu est particulièrement lourd de sens, surtout au niveau théologique. Même si l’institut biblique de Moody, où j’étudie, n’appartient à aucune dénomination, nous sommes Protestants évangéliques. De ce fait, Romains est tellement particulier de par son contenu et son impact que l’institut requiert de chaque étudiant qu’il s’inscrive dans un cours sur l’épître.
En effet, Romains a influencé nombre de chrétiens, les plus connus étant St. Augustin, John Wesley, et un certain Martin Luther. En bon Protestant, chacun connaît plus ou moins l’histoire de Martin Luther, le réformateur de l’église Protestante. Il faut avoir à l’esprit que la Réforme est une réaction à l’église Catholique, notamment à sa doctrine de justification par les œuvres et sa pratique de la vente d’indulgences. C’est donc en étudiant Romains que Luther a changé l’histoire de l’Église. Et pour être plus précis, c’est Romains 1:17 qui a fait prendre conscience à Luther que le Vatican prônait une doctrine erronée sur la justification, d’où sola fide, la justification par la foi.

La justice de Dieu devient celle du croyant

Romains 1:17 dit : “En effet, cet Évangile nous révèle en quoi consiste la justice que Dieu accorde : elle est reçue par la foi et rien que par la foi, comme il est dit dans l’Écriture : Le juste vivra par la foi.” Cette simple vérité biblique a fait prendre conscience à Martin Luther que la justice de Dieu  peut devenir celle du croyant, et ce par le biais de la foi. Luther a toujours perçu la justice de Dieu comme une caractéristique que seul le Seigneur possède, et non comme un attribut que le croyant peut posséder lui-même. Les chrétiens justifiés par la foi seule et leur position devant Dieu ne sont d’aucune manière reliés à de quelconques œuvres méritantes (Rom. 3:28). Dieu reçoit comme justes ceux qui professent leur foi en Jésus seul, grâce à l’œuvre que Christ a accomplie à la Croix (Rom. 5:19), sa justification étant établie par Christ au nom des croyants (Rom. 4:4-5). Cette justification est donc comprise d’une manière légale parce que Dieu impute cette justification à ceux qui mettent leur foi en Christ (Rom. 4:22-25). Cependant, cela ne change en aucun cas la nature corrompue de l’homme. Seul son statut change aux yeux de Dieu puisqu’il est déclaré juste par celui-ci. Le chrétien est donc élevé à un rang où il peut en conséquence jouir des privilèges tels que la rédemption, l’adoption divine, la sanctification, la glorification, ou encore l’union avec Christ. C’est d’ailleurs cette dernière doctrine que Jean Calvin prendra comme thème central dans sa Sotériologie. En s’accordant avec la doctrine de la justification que Luther formule, l’Église Calviniste va “booster” avec son homologue Luthérienne la Réforme.

Qu’est ce que ça change ?

En conclusion, qu’est-ce qui est si important concernant la justification par la foi ? Il s’agit de la doctrine sur laquelle l’Église se construit ou tombe. Sans elle, il n’y a ni salut, ni sanctification, ni glorification, donc pas de relation personnelle avec Jésus. C’est la raison pour laquelle Luther a lutté et a donné sa vie pour que chaque croyant puisse recevoir le salut éternel en Christ.

Auteur : Terry Chan

Terry, 26 ans est étudiant en théologie à l’institut biblique Moody à Chicago.