Mais qui sont ces « évangéliques » ?

3 Fév 2012 6 commentaires

La relation entre les évangéliques et les médias français a toujours été mitigée. À  force d’entendre des journalistes confondre « évangéliste » et « évangélique », rédiger des dossiers sur nos Églises les plus bizarres en affirmant qu’elles sont représentatives de l’ensemble, et qualifier notre mouvement de sectaire, beaucoup d’évangéliques ont commencé à être blasés et fatigués par les médias…

Nous aurions certes pu nous attendre à plus de professionnalisme et d’objectivité de leur part, mais nous devons également admettre que nous n’y étions pas pour rien ! Si déjà bon nombre de chrétiens sont perdus face à la complexité de la nébuleuse évangélique, nous pouvons comprendre la confusion que les observateurs extérieurs ressentent. « Qui sont ces évangéliques ? Qui les représentent ? Et sont-ils dangereux ? », ce sont tant de questions auxquelles les médias et magistrats français ne recevaient pas de réponse claire et unifiée.

Mais les choses ont changé depuis. Ces dernières années, une transformation s’est effectuée au sein de notre mouvement qui ne peut être que l’oeuvre de Dieu. En voici deux exemples.

Premièrement, les principaux organismes représentatifs des évangéliques en France se sont réunis pour constituer le Conseil National des Évangéliques de France (le CNEF). Alors qu’autrefois, ces réseaux se faisaient la guerre, leurs responsables se sont récemment humiliés les uns devant les autres ainsi que devant Dieu. Ils ont admis leurs erreurs et leur animosité, et ont confessé qu’ils désiraient enfin travailler ensemble pour l’avancement du royaume de Dieu dans notre pays. Aujourd’hui, le CNEF peut se vanter de représenter la majorité des évangéliques français, autant devant les autorités que devant les médias. Et les fruits se font déjà sentir ! Il suffit de lire ces deux articles parus la semaine dernière dans le Figaro et dans le Monde. Qui aurait cru qu’un jour les évangéliques auraient si bonne presse ?

Deuxièmement, alors qu’à l’époque, bon nombre d’implanteurs d’Églises débarquaient dans une nouvelle ville sans en informer les autorités civiles et religieuses, aujourd’hui, la tendance s’est renversée. Auparavant, la méfiance des habitants et des autorités de la ville était justifiée ! Ceux-ci devaient faire face à des individus catapultés du ciel qui distribuaient des prospectus bizarres sur la place du marché ! Aujourd’hui, nous avons de plus en plus d’exemples d’implantations d’Églises qui se font avec la bénédiction et le soutien de toute la ville. Le plus frappant est celui de Loches, conduit par Raphaël Anzenberger, sur lequel s’est à nouveau penché le Monde !

Si je partage cette réflexion, ce n’est pas simplement à titre d’information. Nous devons apprendre des échecs et des succès de nos aînés. Voici les leçons que je vous invite à tirer.

En premier lieu, nous avons un vrai rôle à jouer sur l’image que nous donnons à notre entourage. Autant notre mauvaise image était en grande partie due à un manque de sagesse de nos responsables, autant nous devons notre bonne image actuelle à l’humilité de nos conducteurs. En conséquence, j’aimerais vous encourager à être des acteurs positifs qui continueront à construire sur les fondations que nos aînés ont construites. Vous le faites déjà si bien (au travers de groupes comme le GBU, Agapé, JPC etc.), mais je vous encourage à le faire davantage !

En second lieu, l’amour et l’unité entre chrétiens est l’un des témoignages les plus forts que Jésus est vivant parmi nous (cf. Jean 13.35). Ce n’est pas une unité fondée sur un vague sentiment d’appartenance. Au contraire ! Il s’agit ici d’une unité fondée sur une histoire commune. Nous avons connu le même passé (le pardon de nos péchés), nous connaissons le même présent (une nouvelle vie pour aujourd’hui), et nous connaîtrons le même avenir (une espérance glorieuse et éternelle). Sachons donc distinguer les vérités essentielles des secondaires. Et aspirons à l’unité sur les points essentiels, à la diversité sur les points secondaires, et à l’amour sur tous les points !

En tant que jeune chrétien, j’aimerais remercier la génération qui nous précède. Que le même Dieu qui vous a conduits à l’unité nous aide à construire sur ce que vous nous léguez. Que nous puissions accomplir votre rêve : celui de voir chaque français confronté au message glorieux de l’Évangile…

Amen ?

Auteur : Sam P-L

24 ans, Rébellutionnaire, marié à Fidji, étudiant en école d'ingénieur informatique à Lyon, et co-auteur du livre Fidji et Sam, étudiants.

Voir tous ses articles →