V comme Vérité !

vérité

Post de Raphaël Anzenberger, pasteur et évangéliste, secrétaire général de France Evangélisation, orateur de Mad in France 2011

Chose promise, chose due, voici le résumé du 1° message de Mad in France 2011 : la lettre V comme Vérité !

EnFrance, le mot « Dieu » fait peur. C’est comme ça. Quand on dit DIEU, haut et fort, ça fout la trouille, ça dérange.  « DIEU, ça va pas ou quoi ??? » Comme si le simple fait de prononcer son nom était déjà de trop.

Et Dieu, comment déjà savoir s’il existe ? A-t-on des preuves ?

Et puis Dieu, quel Dieu ? Pourquoi ton Dieu, pourquoi pas le sien ? Qui peut prétendre connaître Dieu ? Les Français ont un problème avec Dieu… Ou plutôt, les Français pensent que Dieu a un problème. Que s’il était vraiment bon et tout puissant, alors il n’y aurait pas tant de souffrance dans le monde. Que c’est sa faute toute cette misère. Alors, exit Dieu ?

Pas si l’on en croit un dernier sondage qui montre que plus d’un Français sur trois souhaite parler de Dieu avec quelqu’un, quelqu’un de confiance. Etrange ! Dieu fait peur, mais on veut quand même en parler. Mais avec qui, et comment ?

 

1. Seul Dieu peut aller au ciel

Voici l’histoire du dialogue entre Nicolas, un commercial et moi, Raphaël, l’auteur de cet article. Nicolas affirme qu’il croit en Dieu, que de toute façon, on va tous devoir rendre des comptes un jour, et que Dieu va nous juger. Il rajoute que le but de sa vie, c’est de faire le maximum de bonnes actions possibles pour aller au ciel.

Dans un épisode de la vie de Jésus (Marc 10.17-27), il est fait allusion à un homme riche, qui vient voir Jésus et lui demande « Bon maître, que faut-il que je fasse pour aller au ciel ? ». Sur ce, Jésus lui dit : « Bon, pourquoi m’appelles-tu bon ? Seul Dieu est bon ».

Ainsi, pour aller au ciel, il faut être bon. Or, seul Dieu est bon. Il y a donc un problème. Nico pense alors qu’en compensant les mauvaises œuvres par davantage de bonnes, il est tout de même possible d’aller au ciel.

 

2. Pas de compensation possible

Encore une fois, cela ne tient pas la route. Je lui propose la situation suivante :

Tu passes ton permis, et là, génial, tu roules pendant 10 ans sans enfreindre une seule réglementation du code de la route et toutes les assurances te veulent. Au bout de 10 ans, parce que t’es en retard pour un rendez-vous, tu décides de griller un feu rouge, et là, pas de pot, tu te fais attraper par un flic. Imagine : « papier s’il vous plait » et toi de dire  « attendez, je vous explique, pendant 10 ans, j’ai pas enfreint une seule réglementation du code de la route, et là, pour un feu, vous m’arrêter… c’est pas sérieux ! 10 ans de conduite parfaite valent plus qu’un feu rouge… non ? » Et là le flic te dit « Monsieur Nicolas, que vous ayez respecté le code de la route depuis que vous avez votre permis, il n’y a rien d’extraordinaire, c’est ce qu’on attendait de vous. Ni plus ni moins ! Mais une infraction c’est une infraction. Amende et 4 points en moins. »

Dans l’évangile de Jean qui nous raconte la vie de Jésus, l’auteur nous relate une conversation entre Jésus, condamné à mort pour avoir affirmé qu’il était Dieu, et Pilate, gouverneur de Judée. Etrange procès que d’être condamné à mort à cause de ce que vous êtes et non à cause de ce que vous avez fait…

Tu es donc roi ? demande Pilate. Jésus répond : « Tu le dis, je suis roi. Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix. » Pilate lui dit: « Qu’est-ce que la vérité ? » tourne les talons, et sort parler au peuple.

 

3. La Vérité autobus

« Quiconque est de la vérité écoute ma voix », nous dit Jésus. De quelle vérité nous parle-t-il ? Dans le monde, il y 2 sortes de vérité : la vérité épinard, et la vérité autobus.

  • La vérité épinard : il y en a qui croient que les épinards c’est bon, d’autres qui pensent que c’est beurk. Ou bien tu aimes les épinards, ou bien tu ne les aimes pas. C’est pas très grave, ce ne sont que des épinards, au pire, tu manges du brocoli. T’as le choix, ou épinard ou brocoli. Tu choisis, c’est pas une question de vie ou de mort.
  • La vérité autobus : c’est dire que si tu traverses la route, et qu’un autobus arrive, là, c’est pas ou moi ou l’autobus. J’ai pas le choix. Si je traverse, ça donne PAF le bonhomme. C’est plus une histoire d’épinard ou de brocoli. Là, c’est une histoire de vie ou de mort. C’est de cette vérité là que Jésus nous parle.

« Quiconque est de la vérité écoute ma voix. » Tu veux connaître la vérité ? Alors écoute ce que Jésus dit. Jésus nous dit que c’est impossible aux hommes de se sauver eux-mêmes. Parce que si toutes nos œuvres devaient être mises dans la balance, personne, ni Mère Thérésa, ni Martin Luther King seraient sauvés. Nous avons tous enfreint les commandements de Dieu. Le premier par exemple : « Tu aimeras ton Dieu de ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. » Est-ce que tu aimes Dieu ? Si tu ne l’aimes pas, alors tu violes le plus grand des commandements, et cela fais de toi le plus grand des pécheurs. Ca devient compliqué n’est-ce pas ?

Jésus nous dit que la foi qui sauve, c’est de croire que lui peut nous sauver. Pas nous, lui. Après son procès truqué, Jésus est condamné à mort. Il est cloué sur une croix, au milieu de 2 voyous. Les Juifs qui assistent à cette mise à mort du Fils de Dieu se disent qu’il l’a bien cherché. Dans l’Ancien Testament, il y a cette prophétie forte qui dit : « Maudit soit celui qui est pendu au bois ! La colère de Dieu est tombée sur lui. »

Oui, Jésus est maudit à la croix pour chacun d’entre nous. A la croix, Jésus prend sur lui toutes mes fautes, toutes tes fautes. La colère de Dieu qui condamne le péché tombe sur lui, et il meurt en disant ces paroles : « Tout est accompli. » Tu comprends mon ami ? A la croix, la colère de Dieu et l’amour de Dieu se manifestent pleinement.

  • D’un côté Jésus prend sur lui la colère de Dieu à notre place. La justice de Dieu s’accomplit.
  • De l’autre, nous trouvons refuge sous la croix et nous recevons le pardon de Dieu. L’amour de Dieu s’accomplit.

Comme si le flic qui avait arrêté Nicolas pour son feu rouge lui disait : « Quelqu’un a payé ton amende, et t’a donné ses points. » Magnifique, c’est le troc de la croix, c’est la miséricorde divine, la corde que Dieu nous lance pour nous sortir de notre misère.

 

4. Ma réponse à cette Vérité ?

Un jour, il faudra bien se poser la question : en quoi je crois, en qui je crois.

Jésus dit : « Quiconque est de la vérité écoute ma voix. » Est-ce que tu écoutes sa voix aujourd’hui ? Quelle voix écoutes-tu ? Nico, il s’est fait sa propre voix, il a préféré s’en sortir tout seul.  On n’aime pas l’idée que quelqu’un nous sauve. Résister à l’appel de la croix de la miséricorde, c’est se condamner à se retrouver sur la balance, et se trouver trop léger. Tourner le dos à Jésus, c’est se retrouver tout seul devant l’autobus et se le prendre en pleine tronche. Ce n’est pas une simple posture philosophique, c’est une question de vie ou de mort. Alors mon conseil ? Laisse Jésus prendre tes fautes, et reçois non seulement un plein pardon pour ton passé, mais aussi une nouvelle vie pour aujourd’hui, et une espérance pour demain.

Pourquoi refuser une telle invitation ? Cette décision, je l’ai prise lorsque j’avais 22 ans. J’étais comme Nico, je m’étais fait ma propre vérité. Mais un jour j’ai compris que si je traversais la route, et que l’autobus arrivait sur moi, je ne savais pas vraiment où j’irai. Alors j’ai décidé d’écouter Jésus. D’apprendre à le connaître, d’écouter ce qu’il disait de la vie, de lui, de moi. Puis quelques mois plus tard, j’ai accepté Sa vérité, la vérité qu’il était mort pour moi, lui qui est Dieu infini, afin de pardonner une infinité de pécheurs comme toi et moi. Dieu condamne le péché, mais sauve le pécheur. Quelle grâce mes amis, quelle grâce.

Ce jour-là, j’ai décidé d’écouter Jésus, j’ai choisi la Vérité.

Et toi, rébellutionnaire ? As-tu choisi la Vérité ?

Auteur : Mad in France