Interview de Sébastien Demrey

11 Mai 2011 1 commentaire

Sébastien Demrey, très apprécié lors du WE Faithbook de Pâques 2010, a gentiment accepté d’accorder un interview exclusif à la Rébellution (propos recueillis par Sam Path). J’espère que vous serez encouragés par cet échange, qui nous parle de sa vie, de son ministère et de son nouvel album intitulé : Héritage : Cantiques et Hymnes (à acheter chez SéphoraTop Boutique ou sur iTunes).

Pour commencer au commencement, peux-tu nous nous raconter en quelques lignes comment tu as rencontré Jésus?

J’ai grandi dans une famille chrétienne, et mes parents nous ont toujours emmenés à l’église, chaque dimanche matin. Cependant, c’est à l’âge de 14 ans que j’ai pris la ferme décision de marcher dans les voies de Dieu, et quelques semaines plus tard, j’étais baptisé par l’eau. Donc cela fera bientôt 20 ans! Ca va vite!

Partant de là, quel a été ton parcours pour devenir l’artiste chrétien tant apprécié aujourd’hui?

Ayant grandi dans une famille de musiciens et chanteurs, la musique était constamment présente dans ma vie. Mon père était directeur musical à l’église, et l’un des premiers réalisateurs de musique chrétienne au Québec.  Après avoir terminé mes études en musique, mon église locale a décidé de m’engager comme arrangeur pour l’orchestre et la chorale, ce qui n’était pas chose commune pour une église au Québec.

J’ai donc sauté sur l’occasion et j’ai appris énormément de choses durant ces cinq années-là, autant au niveau de l’écriture, que de la direction de la louange dans la grande assemblée. C’est une tout autre école que d’être sur le terrain avec des gens, et l’on grandit beaucoup. On se rend rapidement compte que le ministère et la vie dans l’église ont un grand impact lorsqu’on travaille en équipe, dans un esprit d’unité.

Au même moment, j’ai été approché par un nouveau label chrétien, CIME Musique, pour réaliser le premier album de Maggie Blanchard. Cela m’ouvrit d’autres portes par la suite pour travailler aux côtés de Tabitha, Expressions de Louanges, Dan Luiten, Stéphane Quéry, pour n’en nommer que quelques uns… J’ai eu le privilège de voyager en tournée avec plusieurs de ces artistes, ce qui m’a permis de rencontrer des gens partout en francophonie, et partager mon ministère du même coup. C’est en 2005 que je décidai de me lancer dans un parcours solo, et de faire mon premier album SEARCHING (anglophone), ensuite le MAXI (francophone), BE THE CHANGE(francophone/anglophone) et le tout dernier, HÉRITAGE (francophone).

J’imagine que tu vois ta carrière musicale comme un ministère. Quelles en sont les plus grandes joies et les plus grands défis?

Ce que j’apprécie beaucoup dans ce que je fais, c’est premièrement de rencontrer des gens et de leur présenter une portion de qui je suis, et de leur faire du bien à travers ma musique. C’est vraiment une bénédiction de pouvoir faire ce qu’on aime dans la vie, et en plus de le faire pour une noble cause, soit celle de répandre le message de l’évangile! Ensuite, c’est toujours une joie pour moi d’entendre mes chansons chantées par d’autres croyants ailleurs dans le monde. Cela me touche profondément et me valorise dans ce que j’accomplis pour le royaume de Dieu. J’ai le sentiment de me sentir utilisé par Lui, et je crois que c’est très important pour un jeune chrétien de ressentir cela.

En revanche,  un des grands défis pour moi est de bien répartir mon temps entre la musique, le ministère et la famille. J’espère de tout mon cœur être un bon père de famille et un bon époux, présent pour ceux que j’aime. Mes enfants sont jeunes, et malgré le fait que je sois souvent sur la route, je veux qu’ils sentent que je suis un père présent dans leur vie. Il devient donc important de réserver du temps de qualité pour la famille.

Peux-tu nous parler un peu de ton « quotidien » au Canada, es-tu actif au niveau des activités de ton église ou es-tu impliqué dans une œuvre missionnaire ou humanitaire quelconque?

En général, je passe une bonne partie de la semaine en studio pour réaliser des projets d’albums pour d’autres artistes, et bien entendu, les miens aussi.

Je suis également directeur musical et leader de la louange dans mon église. Cela me garde fort occupé les dimanches, car nous avons deux cultes le matin. Notre église est en croissance, ce qui motive beaucoup l’équipe de musique.

Depuis six ans, je suis ambassadeur pour l’organisme humanitaire Vision Mondiale qui vient en aide aux enfants pauvres et défavorisés du tiers-monde. Dans certains de mes concerts, je prends quelques minutes pour présenter l’organisme, et ensuite j’offre la possibilité aux gens de s’impliquer avec eux.

Bien entendu, je garde du temps pour mes concerts le weekend. Je voyage principalement au Canada, en Europe, aux Antilles, et de temps à autre aux États-Unis. J’apprécie de chanter autant en anglais qu’en français, ça m’ouvre beaucoup de portes un peu partout.

Pour parler un peu de ton nouvel album « Héritage », pourquoi penses-tu qu’il est important pour les plus jeunes générations de redécouvrir « les richesses lyriques et musicales qui ont tant marqué la foi des générations avant nous »?

Lorsqu’on veut se trouver un chemin dans la vie, il est important de savoir non seulement où l’on veut aller, mais d’où on vient. L’album HÉRITAGE est en quelque sorte un retour aux sources, une recherche dans notre passé musical et spirituel pour mieux comprendre les fondations de la musique chrétienne actuelle dans nos églises. Pour ma part, c’est mon héritage personnel qui m’a été transmis par mes parents et mes grands-parents. Jeune garçon, je connaissais beaucoup de cantiques et je pouvais même les chanter les yeux fermés. Je trouve important aujourd’hui que les jeunes générations connaissent l’histoire de la musique chrétienne dans l’église, c’est comme un point de repère. Je pense que de la même façon que le commandement nous dit « honore ton père et ta mère », nous devons honorer ceux qui dans les siècles passés nous ont précédés dans la foi, et ont contribué à ce que la musique et les chants fassent partie de nos églises aujourd’hui.

Pour conclure, quel est le message principal que tu aimerais transmettre aux jeunes rebellutionnaires de la nouvelle génération?

J’aimerais encourager tous les jeunes à faire cette prière : Dieu, augmente ma foi! Le monde a besoin de voir une nouvelle génération animée d’une foi inébranlable, qui est accompagnée de bonnes œuvres. La Bible dit que « sans la foi il est impossible de lui être agréable… ». Vous ferez face à de nouveaux défis et de nouvelles réalités sociales que les autres avant vous n’auront jamais connus. Si vous faites confiance à Dieu, il vous donnera la force, et vous équipera des outils nécessaires pour marcher à contre-courant et répandre le message de l’évangile tant qu’il vous sera permis de le faire!

Je vous aime fort, je prie pour vous, et je vous dis BON COURAGE DANS LA FOI!

De Sébastien sur la Rébellution « Rien ne peut sauver mon âme » / « Mon Dieu est si bon »

Avatar
Auteur : Sam P-L

29 ans, marié à Fidji, père de 3 enfants, ingénieur informatique à Lyon et co-auteur du livre Être étudiant et chrétien: opportunités et défis.

Voir tous ses articles →