Les aventures de Fidji 2/4 : le Tchad

Laisse-moi te parler un peu du Tchad. Le Tchad est le 5ème pays le plus pauvre du monde. C’est un pays à majorité musulmane, flanqué entre la Lybie, le Soudan, la RCA, le Niger & Nigeria . Le pays reçoit des milliers de réfugiés du Darfour chaque semaine. 25% des femmes sont atteintes du VIH. Mais tout cela relève des statistiques… Je voudrais te parler de quelque chose de concret, que j’ai pu expérimenter, toucher du doigt.

La différence culturelle énorme, entre le Tchad et la France, c’est la façon dont sont traitées les femmes. Dans la ville où nous étions, il y a une grande tradition animiste et le passage à l’âge adulte exige un «rite d’initiation». Or il faut savoir que ce «rite» consiste en un viol collectif des jeunes filles, et en l’humiliation, voire la mutilation des jeunes hommes. Cela fait partie de «la culture». Je me rappelle également avoir demandé à une femme chrétienne «Tu es heureuse avec ton mari ?» Elle m’a répondu : «J’ai de la chance, il ne me bat pas…» Comme si c’était une réponse suffisante. Ce qui est beau, c’est que les chrétiens luttent contre ces coutumes, l’église locale se démène. Malgré tout, les chrétiens tchadiens doivent se battre réellement contre certaines mauvaises habitudes ; il n’est pas rare qu’un homme chrétien se repente d’avoir voulu «initier» sa fille, par peur de décevoir son village, sa belle famille, etc… Alors évidemment, moi, jeune Occidentale, en voyant ça, je bouillonnais.

Et c’est là que je me suis tournée vers Dieu et j’ai commencé à me remettre en question. C’est facile pour moi de critiquer les luttes qu’ont les étrangers, car je n’ai jamais été confrontée à CE péché (marqué par une culture) mais qu’en est-il de notre culture (pornographie, société de consommation, place des personnes âgées, etc…)? Suis-je complètement libérée de l’influence malsaine de MA culture ? L’Evangile transcende les cultures. Amen. Mais il est toujours bon de se demander : que devrais-je «jeter» ou «garder» de ma culture pour plaire à Dieu?

Je te laisse imaginer la scène. Il est 11H du matin dans un village de 300 âmes. Eglise de brousse. Sous un manguier, il y a 50 personnes prêtes à louer Dieu. Cette église a à peine 6 mois. Gloire à Dieu ! Pourtant tout d’un coup, quelque chose me frappe. Il y a 50 hommes entre 20 et 60 ans, quelques enfants… mais pas une seule femme. Elles observent de loin. A la fin du culte, un ami le fait remarquer à l’évangéliste qui a débuté cette église. Il nous répond : «Oui, je sais, nous y travaillons, c’est juste que personne ne leur a encore parlé de l’Evangile ; nous n’avons pas de femmes dans l’équipe. » J’ai immédiatement pensé à Romains 10:14 : «Et comment croiront-ils en celui dont ils n’ont pas entendu parler ?».

C’était réellement impressionnant de voir comment ce verset s’appliquait ici : d’un côté 50 convertis car on leur a apporté la Bonne Nouvelle ; et de l’autre… Encore une fois, je me remets en question. Et chez moi, en France, qui sont les exclus, les faibles, les rejetés? Eux aussi vont-ils rester en dehors de cette fête incroyable parce qu’il n’y a personne pour leur parler de Jésus ?

Changement de décor. Il n’y a pas d’électricité dans la plupart des endroits au Tchad. C’est embêtant pour pas mal de choses, mais ça a son avantage : si tu montes sur un toit, la nuit , il fait complètement noir et on voit seulement le ciel africain, les étoiles ; à perte de vue une étendue immense, et les éclairs (je te jure, même les orages sont différents). Voilà, pour moi c’était le moment marquant pendant lequel je suis juste restée bouche bée devant la création de Dieu. Je me disais : «Je suis à des milliers de kilomètres de la moindre chose familière mais Dieu est ici avec moi, maintenant, et Il m’offre cette chose incroyable à contempler.» Merci Seigneur!

بارك الله فيك = « Dieu te bénisse » en arabe

Déjà publié dans la série
Intro

Digiqole ad
Avatar

Fidji P-L

23 ans, Rébellutionnaire, mariée à Sam, étudiante en médecine à Lyon et co-auteure du livre Fidji et Sam, étudiants..

Voir tous ses articles →

Tu devrais aussi aimer...

1 Commentaire

    Avatar
  • Ça fait bien réfléchir tout ça… Merci pour ce que tu nous partage. Oui, on ne partage pas les mêmes luttes mais on peut tous s’aider pour avancer ensemble: prier, lire la parole, s’encourager…
    Que Dieu continue a te bénir.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *