L’amour de Dieu et le rebellutionnaire

15 Déc 2010 5 commentaires Derek S.

 

Tu connais Six Flags en Californie ? Tu sais, ce parc d’attractions de malade, où ça monte et ça descend, et tu kiffes à cause de l’accélération… Eh bien quand la joie d’appartenir au Seigneur suit le même mouvement, ça fait tout de suite moins plaisir.
Je m’explique.

Imagine une semaine superbe avec le sentiment d’être proche de Dieu, de sentir sa présence. Tu passes du temps avec lui, tu le loues, tu parles de lui et de son œuvre à la croix, et tu vois du résultat. Là, tu te sens vraiment aimé. C’est comme si d’un coup, tu étais maintenant un chrétien spécial et privilégié. Bravo ! C’est super, tu es transporté et gloire à Dieu !

Mais maintenant, imagine une semaine pourrie, pleine d’échecs, à errer entre passé et péchés récurrents, des mauvaises notes et un futur incertain… Et là, ta joie dans le Seigneur est totalement inexistante. Dieu m’aime-t-il ? Tu ne vois pas le bout du tunnel, et tu as l’impression que  les moments de cet été étaient tellement plus forts, pendant les camps, avec d’autres chrétiens. Là, tu n’y arrives pas, tu n’y arrives plus, c’est juste trop difficile…

Je sais que tu sais qu’il y a mieux dans la vie chrétienne. Oui, il y a une meilleure façon de vivre. Et si on loupait le coche trop souvent ? Et si on tombait dans le système de pensée du monde ? Posons-nous la question : Pourquoi est-ce que j’aime Dieu ? Pour la popularité et les résultats ou bien simplement pour son amour éternel ? Est-ce que son amour est suffisant pour moi ? Est-ce que son amour me comble ?

Je vais vous le dire tout de suite : arrêtons de chercher du résultat ou de l’activité pour satisfaire notre joie en Christ. Si l’on fonde notre joie et notre réconfort sur nos performances, on va passer le reste de notre vie à faire les montagnes russes. Mais si le fondement de notre joie est l’œuvre du Christ à la croix, son sacrifice pour nous, la seule œuvre qui pouvait satisfaire la colère de Dieu, alors notre joie sera solide comme un roc, et quelles que soient les circonstances, les performances, les aléas de la vie, les blessures au sport, les échecs scolaires etc., nous serons en paix. Dieu ne change pas. Ne sois pas troublé, Dieu t’aime. Oui, il t’aime vraiment, d’un amour éternel et constant.

Je ne te demande qu’une chose : c’est que tu bases ta joie non sur tes exploits, mais sur la personne du Christ, car Dieu n’est pas intéressé par tes exploits, il n’a pas besoin de tes mains ni de tes œuvres pour être glorifié, tu n’ajoutes rien à sa gloire ! Il te rend simplement participant à son œuvre parfaite.

Dieu t’aime tel que tu es et il t’aime trop pour te laisser dans cet état là. Son amour n’est pas un passe-droit. Son amour te transforme. Rappelons-nous que c’est un amour saint, un amour qui lui inspire la plus grande compassion envers les pécheurs et en même temps la plus grand répulsion à l’égard de leur péché.

Peuple de Dieu, lève-toi ; jeunesse, brandis l’étendard de l’Evangile. Respire l’amour et la grâce du Seigneur et rien d’autre

Auteur : Derek S.

Derek, 21 ans est étudiant en fac d’anglais, évangéliste et il fait partie de l'équipe de Gospel Tribe France.