Comment ne pas devenir des chrétiens médiocres (4)

Chapitre 4 : Je ne suis pas le centre du monde !

Article invité Jérémie C.

Quoi de plus barbant que d’être interrompu dans une partie de jeux vidéo pour devoir mettre la table ? Ou quoi de plus casse-pieds que de se retrouver à ranger les chaises dans la salle de l’église après le culte ? L’être humain de base n’est guère motivé à rendre service aux autres. Ou du moins pas bénévolement ! En France et en Suisse, l’égoïsme et l’individualisme sont presque devenus des valeurs centrales. Chacun pour soi, telle est notre devise.

En tant que chrétiens, nous savons pourtant à quoi Dieu nous appelle : « Renoncez à vous-mêmes » (Luc 9.23), « Considérez les autres comme supérieurs à vous-mêmes » (Philippiens 2.3), « Mettez-vous au service les uns des autres » (Galates 5.13). Tout un programme. Parfois, avec un peu de bonne volonté, nous arrivons à faire notre lit sans râler, à laisser passer un piéton de bon cœur ou à refuser le dernier morceau de gâteau pour qu’un autre puisse en profiter. Déjà presque un exploit…

Mais Dieu nous demande encore plus. Cette lutte contre l’égoïsme, nous devrions tous essayer de la mener avec joie, pour la gloire de Dieu. Voilà encore une chose apparemment toute facile, mais en réalité très difficile : un vrai programme rébellutionnaire !

Par notre propre volonté, nous serons incapables de changer dans ce domaine. Le combat pour le bien et contre le péché ne peut pas être gagné avec des bonnes résolutions. Il faut avant tout que le cœur soit transformé, il faut que nous ayons toujours plus envie de rendre service. Pour cela, nous avons besoin d’un stimulant, de quelque chose qui nous booste, d’un exemple.

L’exemple suprême ? Jésus-Christ ! « Car le Fils de l’homme est venu non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour beaucoup » (Marc 10.45). La vie du Fils de Dieu est un exemple de service, un modèle de renoncement à soi, qui l’a conduit jusqu’à la croix, par amour pour des humains qui ne l’aimaient pas. Que se serait-il passé si Jésus avait été aussi égoïste que nous, s’il avait refusé de rendre service à l’humanité ? Eh bien, nous serions encore condamnés par nos péchés, sous la colère de Dieu.

En retour, en remerciement pour cet immense sacrifice, n’avons-nous pas envie de rendre service à Dieu ? Or, la Bible enseigne que tout ce que nous faisons pour les autres, c’est comme si nous le faisions pour Dieu (Matthieu 25.34-40). Voilà une belle motivation pour renouveler notre esprit de service, d’entraide et d’amour pour notre prochain. Dans de toutes petites choses, nous pouvons déjà faire d’énormes progrès.

Auteur : Jérémie Cavin