Semeur Remix, Type de Rébellutionnaire n° 2 : Le Sol Pierreux

Peut-être que peu d’entre nous se sont reconnus dans le 1° type de rebellutionnaire qu’on a vu ensemble la semaine dernière, symbolisé par le bord du chemin. Par contre, je suis sûr que beaucoup plus de jeunes se sentiront concernés par le 2° type qu’on va voir aujourd’hui, symbolisé par le sol pierreux. Comment savoir si tu fais partie de ce type ? Lis la petite présentation suivante de deux jeunes fictifs (ou pas ?) et compare ton expérience avec la leur. Prêt ?

D’autres reçoivent le challenge dans des sols pierreux :
aussitôt qu’ils l’entendent, ils l’acceptent avec joie.
Mais ils ne le laissent pas s’enraciner en eux, ils ne s’y attachent qu’un instant.
Et alors, quand survient la détresse ou la persécution à cause du challenge,
ils renoncent bien vite à la rébellution.
(Marc 4.16-18 Remix)

Antoine et Marie sont dans le même groupe de jeunes. Il y a quelques mois, leur responsable a proposé aux jeunes de l’église d’aller tous ensemble à Genève pour le week-end Faithbook. Cette idée leur a vraiment plu et à partir de ce moment là, ils étaient trop impatients que le jour J arrive ! En fait, ils ont toujours adoré les grands rassemblements de jeunes : bonne musique, beaucoup d’ambiance, un programme vraiment riche et des amitiés renouées. Que demander de plus ?
Le jour J enfin arrivé, au moment où Pierre lançait le fameux appel « Yes we… », Antoine et Marie ont été les premiers à crier « CAN » pour symboliser leur appartenance à cette nouvelle génération qui se lève pour relever le challenge de viser plus haut pour la gloire de Dieu ! Et quel enthousiasme ! Ils étaient toujours les premiers à se lever, les premiers à taper des mains, les premier à crier « Oh oh oh oh » et les premiers à chanter « J’aime le Seigneur de tout mon cœur, de toute mon âme, de toute ma force… »
Bilan du WE : 1000 euros récoltés à eux deux durant la course missionnaire, extinction de voix à force de crier, et beaucoup de motivation pour devenir de vrais rebellutionnaires lors de leur retour à la vie normale.

Nous sommes maintenant un mois plus tard. Le « buzz » de la conférence est passé : retour à la routine du quotidien, retour à la vie normale… Antoine et Marie sont découragés, ils ne veulent plus entendre parler de la rébellution. Qu’est-ce qui a bien pu se passer durant ce mois ?

Avant Faithbook, Antoine n’osait pas s’afficher comme chrétien. Durant le week-end, il a pris la résolution d’être courageux, résolution qui a vite été mise à l’épreuve une semaine plus tard quand les gars de sa classe discutaient de leurs expériences sexuelles. Venu le tour d’Antoine, il a dit qu’il voulait se préserver pour sa femme parce qu’il voulait honorer Jésus. Aïe ! Pendant plusieurs semaines, ces gars se sont moqué de lui et lui en ont fait voir de toutes les couleurs. Il s’est dit alors : « Ha, c’est ça la rébellution ? Ça avait l’air tellement cool quand Alex & Brett en parlaient, tu parles… »

Quant à Marie, sa vie était un vrai désordre avant le WE : sa chambre pire que la caverne d’Ali Baba, elle oubliait sans cesse de tenir ses engagements et lisait sa Bible toutes les trois semaines. Après le WE, un changement radical s’est produit. Elle a rangé sa chambre, acheté un nouvel agenda et mis en place une discipline quotidienne de lecture de la Bible. Au début, tout le monde la félicitait. Mais au fil des semaines, plus personne ne faisait attention à ses efforts. Marie a commencé progressivement à retourner à ses anciennes habitudes, à remettre au lendemain ce qu’elle devait faire, et finalement, il n’y avait plus aucune trace de la rébellution. Ce n’était plus qu’un simple souvenir…

As-tu eu une expérience similaire ? Beaucoup d’enthousiasme, beaucoup de motivation et beaucoup de joie, mais une fois retourné à la routine du quotidien avec ses difficultés et peut-être même la persécution, tu as baissé les bras ? Est-ce parce que tu t’imaginais qu’après le week-end, tout allait changer d’un claquement de doigt ? Ou bien parce que tu t’imaginais que la rébellution allait être facile ? Ou encore parce que tu n’étais pas motivé pour les bonnes raisons ? Rappelle-toi, par définition, un challenge est difficile…

Par contre, si tu ne te reconnais pas dans ces exemples, quels conseils donnerais-tu à ceux qui sont dans ces cas là ? Qu’as-tu mis en place dans ta propre vie pour que la flamme de la rébellution dure ?

Crédit Photo : ChrisK4u

Digiqole ad
Avatar

Sam P-L

29 ans, marié à Fidji, père de 3 enfants, ingénieur informatique à Lyon et co-auteur du livre Être étudiant et chrétien: opportunités et défis.

Voir tous ses articles →

Tu devrais aussi aimer...

3 Commentaires

    Avatar
  • Il ne faut pas baisser les bras, on doit toujours demander à Dieu les forces pour vraiment faire sa volonté.

  • Avatar
  • Personellement, j’ai écri tout ce que je voulais pratiquer pour honorer Dieu. Je l’ai écri sur une feuille en gros, et je ne peux pas le zapper… Grace à cela, je me souviens de mes engagements et j’arrive mieux à les tenir ! Même si c’est pas facile tout les jours !
    Prions Dieu pour qu’il nous donne sa VRAIE motivation !

  • Avatar
  • Pareil pour moi !! j’ai écrit mes challenges sur un tabelau que je vois tous les jours !!! et c importt de relire ces engagements tous les jours pour avoir chaque jour la motivation de s’y tenir !!! je ne dis pas que des fois j’oublie de les relires, que certains jours je ne fais pas ce que je devrais faire mais kan je m’en rend compte je pris fort Dieu pour kil m’aide a revenir dans le droit chemin !!

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *