La Rébellution selon Brett Harris

Tu te demandes sur quelles autres bases j’affirme ces choses ? …

La Rébellution selon Brett Harris

Dois-je faire comme si les bénédictions que j’ai reçues : mes dons, mes talents, mon statut, ma famille, mon pays, ma liberté, m’avaient été données de façon aléatoire et sans but précis ? Dois-je, en dépit des forces qu’elles représentent, m’en débarrasser pour mon petit confort personnel ? Vais-je emprunter la route de la facilité comme le font la plupart ou bien remonter le courant ? Vais-je choisir le destin du commun des mortels ou celui du mortel hors du commun ?

Tu n’es pas sans savoir que la vie dans le péché et la défaite est accessible à chacun, tandis que la vie dans la pureté et dans la droiture n’est réservée qu’à une rarissime minorité. Les dons qu’on peut mettre à profit pour transformer le monde sont aussi rares que ceux qui les exercent, alors que la capacité à se conformer à la pensée du monde est partagée par le plus grand nombre.
Le sentier de l’homme juste est couvert de ronces et peu fréquenté. C’est un chemin solitaire, abrupt, traversant souvent des vallées profondes. Le chemin le plus fréquenté, quant à lui, offre beaucoup d’avantages, c’est un chemin facile à suivre, emprunté par de nombreux voyageurs.

La vie dans la justice nécessite un effort qui requiert à la fois la fuite devant la tentation, la course vers Christ, l’engagement dans le bon combat, la persévérance dans la course et la lutte avec soi-même. L’auto-satisfaction, elle, n’engage à rien. Je m’investis dans les choses que je dois fuir et contre lesquelles je dois combattre. C’est tellement plus facile, tellement plus simple et c’est exactement ce que le monde veut – et pourtant, ce n’est pas ce que je veux.

Pour changer le monde, Dieu a changé mon cœur. Pour que je puisse m’engager dans la course, Christ m’a libéré. Je possède tout par Jésus-Christ mon Seigneur, et pourtant, cette réalité nous échappe facilement. Elle est bien souvent ignorée ou oubliée. Le chemin le plus difficile s’ouvre devant ceux qui choisissent la vie, une vie de piété. Ce chemin mène vers la plus belle des destinations : un paradis glorieux et un banquet exceptionnel.

Voici la voie que j’ai choisie : suivre Dieu et faire sa volonté- changer le monde, être un leader- briller comme une lumière dans les ténèbres où j’ai été placé, non par hasard, mais par une volonté souveraine.

Une bougie allumée dans une pièce sombre doit-elle prendre pour acquis que les ténèbres sont une fatalité ? Pourrait-on envisager que la bougie contracte une alliance avec les ténèbres ? Pas quand elle détient le potentiel d’une lumière glorieuse !
Ainsi, je dois vraiment être vigilant pour rester dans la sainteté, la justice et la pureté.

Le péché ne peut être toléré. La guerre est déclarée, la bataille est à Dieu –je serai donc victorieux. Aucun compromis ne sera accepté, aucun accord signé. La victoire m’attend, et ceci, par Jésus-Christ.

Je ne dois pas oublier qu’un seul faux pas peut me fermer de grandes opportunités de service. Je vais donc veiller à me protéger en m’entourant notamment de personnes à qui je pourrai rendre des comptes. Car si le péché règne, je suis anéanti, et s’il gagne, j’ai perdu la bataille. Mais voici ce dont je veux me rappeler et ce qui me donne de l’espoir : à cause du grand amour de Dieu je ne suis pas réduit à néant, parce que ses compassions ne sont pas épuisées, elles se renouvellent chaque matin, sa fidélité est grande. Je dis : « Le Seigneur est mon trésor, c’est pourquoi je veux espérer en Lui ».

Tu te demandes sur quelles bases je m’appuie pour avancer de tels propos ? Pas sur ma propre force, car elle m’a déçu. Pas sur mes accomplissements passés, car ils sont maigres. Pas sur ma volonté, car elle est faible et corrompue. Pas sur ma conscience car elle est endormie. Pas sur mon esprit, ni sur mes bras, ni sur mes jambes, ni sur mes mains ni sur mes pieds ou quoi que ce soit en moi qui pourrait produire une force physique, mentale, ou spirituelle, car ils ont tous été mis en échec. Ils n’ont pas été à la hauteur de mes attentes. Ils ne m’ont jamais apporté un succès réel et durable. Ils ne le feront jamais. Je ne peux pas compter sur moi ni sur mes propres forces.

Tu te demandes donc sur quelles autres bases j’affirme ces choses ? Je m’appuie sur la force de Dieu, sur sa grâce, sa miséricorde, sur la puissance de Jésus-Christ. Sur l’assurance du salut que j’ai en Lui. Sur la justification que j’ai reçue de Lui, sur le sang qui a été versé pour moi, sur l’amour que je ressens lorsque je suis dans ses bras, sur tout ce qui n’est pas de moi, mais qui est de Lui – c’est en cela que je mets mon espérance et ma confiance.

Tu te demandes peut-être : « Va-t-il tenir ferme dans ses résolutions ? » Dans dix ans, se dira-t-il : «  Non, ce n’est qu’une mauvaise blague, un brouillon de rêves et d’aspirations brisées »  ? Va-t-il oublier en l’espace d’une heure ce qui était si clair et vrai au moment où il a écrit ces lignes ? »

La réponse à ces questions dépend de l’objet de ma confiance : si ma confiance repose sur moi-même, alors tu peux te moquer de moi, je n’aurais fait que des pseudo-engagements. Quel insensé aurais-je été ! Cependant, si ma confiance, comme mes mots l’affirment, est en Dieu, alors sache qu’il n’y a aucun endroit où je ne puisse aller, aucune montagne que je ne puisse gravir, aucune victoire que je ne puisse remporter, tant que tout cela sera fait pour la gloire de Dieu et avec sa force. Si c’est en Lui que je place ma confiance, alors rends-Lui honneur pour ma réussite !

Cet article a été écrit par Brett Harris, co-fondateur du mouvement La Rébellution, alors qu’il avait 15 ans.

Auteur : Alex et Brett Harris

Alex et Brett Harris, sont les fondateurs de la Rébellution et les auteurs du livre Génération Challenge.