En tant que blog jeunesse d’Évangile 21, nous adoptons leur confession de foi. Nous estimons qu’elle est ferme sur les choses essentielles, et gracieuses sur les choses secondaires.

1. Le Dieu trinitaire

Nous croyons en un seul Dieu, existant éternellement en trois personnes divines et égales : le Père, le Fils et le Saint-Esprit, qui se connaissent, s’aiment et se glorifient mutuellement. Ce seul Dieu vivant et vrai est infiniment parfait dans son amour et dans sa sainteté. Il est le Créateur de toutes choses, les visibles et les invisibles ; il est donc digne de recevoir toute gloire et toute adoration. Immortel et éternel, il connaît parfaitement et entièrement la fin dès le commencement, il soutient toutes choses et domine souverainement sur elles ; il réalise providentiellement ses desseins bons et éternels de racheter un peuple pour lui-même et de restaurer sa création déchue, à la louange et à la gloire de sa grâce.

2. La Révélation

Dans sa grâce, Dieu a révélé son existence et son pouvoir dans l’ordre de la création, et il s’est révélé de façon suprême aux êtres humains déchus dans la personne de son Fils, la Parole incarnée. De plus, ce Dieu est un Dieu qui parle ; par son Esprit, et par pure grâce, il s’est révélé au moyen de paroles humaines. Nous croyons que Dieu a inspiré les mots inscrits et préservés dans les écritures, formées des soixante-six livres de l’Ancien et du Nouveau Testaments qui sont à la fois le récit et le moyen de son œuvre de salut dans le monde. Seuls ces écrits constituent la Parole de Dieu verbalement inspirée, revêtue d’une pleine autorité et exempte d’erreur dans les textes originaux, complète dans la révélation de sa volonté en matière de salut, suffisante pour tout ce que Dieu nous demande de croire et de faire, et ultime dans son autorité sur tous les domaines de la connaissance sur lesquels elle se prononce. Nous confessons que notre finitude et notre nature de pécheurs excluent toute possibilité de connaître la vérité de Dieu dans toute son étendue, mais nous affirmons qu’éclairés par l’Esprit de Dieu, nous pouvons véritablement connaître la vérité divine révélée. Il convient de croire la Bible dans tout ce qu’elle enseigne, en tant qu’instruction de Dieu ; d’obéir à tout ce qu’elle exige, en tant que commandement de Dieu ; de lui faire confiance dans tout ce qu’elle promet, en tant que gage de Dieu. En écoutant, croyant et mettant en pratique la Parole, le peuple de Dieu s’équipe pour devenir des disciples du Christ et des témoins de l’Évangile.

3. La Création de l’Humanité

Nous croyons que Dieu a créé les êtres humains, homme et femme, à son image. Adam et Ève appartenaient à l’ordre créé que Dieu lui-même qualifia de très bon ; ils servaient en tant qu’agents de Dieu pour prendre soin de la création, la gérer et la gouverner, vivant en communion sainte et totale avec leur Créateur. Les hommes et les femmes, tous créés à l’image de Dieu, bénéficient d’un même accès à Dieu par la foi en Christ Jésus ; ils sont tous appelés à dépasser le stade de la complaisance passive pour s’engager, en privé comme en public, dans la famille, l’église et la vie civique. Adam et Ève furent créés pour se compléter dans l’union d’une seule chair qui définit le seul modèle normatif des relations sexuelles entre hommes et femmes, de telle sorte que le mariage sert de modèle suprême de la relation existant entre le Christ et son église. Selon les sages desseins de Dieu, les hommes et les femmes ne sont pas simplement substituables, mais se complètent de façon mutuellement enrichissante. Dieu ordonne qu’ils assument des rôles distincts qui reflètent la relation d’amour entre le Christ et l’église, le mari exerçant l’autorité d’une manière qui reflète l’amour attentionné et sacrificiel du Christ, et l’épouse se soumettant à son mari d’une manière qui illustre l’amour de l’église pour son Seigneur. Dans le ministère de l’église, les hommes et les femmes sont encouragés à servir le Christ et à atteindre leur plein potentiel dans les divers ministères au sein du peuple de Dieu. Le rôle spécifique de leader confié dans l’église à des hommes qualifiés est fondé bibliquement sur la création, la chute et la rédemption ; il ne doit pas être mis de côté en invoquant des développements culturels.

4. La Chute

Nous croyons qu’Adam, créé à l’image de Dieu, a déformé cette image en tombant dans le péché à la suite de la tentation provoquée par Satan, et qu’il a en conséquence été privé de la félicité originelle et l’a fait perdre à toute sa descendance. Il en découle que tous les êtres humains sont séparés de Dieu, corrompus dans tous les aspects de leur être (dans les domaines physique, intellectuel, volitif, émotionnel et spirituel) et finalement et irrévocablement condamnés à la mort, à moins d’une intervention de la grâce de Dieu. Le besoin suprême de tous les êtres humains est la réconciliation avec Dieu, car ils sont tous sous sa sainte et juste colère ; leur seul espoir réside dans l’amour immérité de ce même Dieu ; lui seul peut nous sauver et nous ramener à lui.

5. Le Plan de Dieu

Nous croyons que de toute éternité Dieu a décidé dans sa grâce de sauver une grande multitude de pécheurs coupables, issus de toute tribu, de toute langue, de tout peuple et de toute nation. Dans ce but, il les a connus d’avance et les a choisis. Nous croyons que Dieu justifie et sanctifie ceux qui, par la grâce, ont foi en Jésus-Christ, et qu’un jour il les glorifiera, à la louange de sa grâce glorieuse. Par amour, Dieu ordonne à tous les êtres humains et les supplie de se repentir et de croire, ayant répandu son amour sur ceux qu’il a choisis, ayant désigné le Christ pour être leur Rédempteur.

6. L’Évangile

Nous croyons que l’évangile est la bonne nouvelle de Jésus-Christ, la sagesse même de Dieu. Extrême folie pour le monde, bien que puissance de Dieu pour ceux qui sont sauvés, cette bonne nouvelle est christologique, centrée sur la croix et la résurrection. L’Évangile n’est pas proclamé si le Christ ne l’est pas, et le Christ authentique n’est pas annoncé si sa mort et sa résurrection ne sont pas au centre de la proclamation (selon ce message que « Christ est mort pour nos péchés… il est ressuscité »). Cette bonne nouvelle est biblique (sa mort et sa résurrection sont « selon les écritures »), théologique et salvifique (Christ est mort pour nos péchés afin de nous réconcilier avec Dieu), historique (si les événements relatifs au salut ne se sont pas produits, notre foi est vaine, nous sommes encore dans nos péchés et nous sommes les plus malheureux des êtres humains), apostolique (le message a été confié aux apôtres et transmis par eux, témoins de ces événements), et intensément personnelle (ceux qui la reçoivent à titre personnel, y croient et s’y attachent fermement sont sauvés).

7. La Rédemption accomplie par le Christ

Nous croyons que, mû par l’amour et pleinement obéissant à la volonté de son Père, le Fils éternel s’est fait homme : la Parole a été faite chair, pleinement Dieu et pleinement homme, une seule et même Personne en deux natures. L’homme Jésus, le Messie promis d’Israël, fut conçu par l’intervention miraculeuse du Saint-Esprit et naquit de la vierge Marie. Il obéit parfaitement à son Père céleste, mena une vie exempte de péché, accomplit des signes miraculeux, fut crucifié sous Ponce Pilate, ressuscita corporellement d’entre les morts le troisième jour et remonta au ciel. En tant que Roi, le Christ s’est assis à la droite de Dieu le Père, exerçant dans le ciel et sur la terre toute la souveraineté de Dieu, et en tant que Médiateur, il est notre Souverain Sacrificateur et notre juste Avocat. Nous croyons que par son incarnation, sa vie, sa mort, sa résurrection et son ascension, Jésus-Christ a agi comme notre représentant et notre substitut. Il l’a fait pour qu’en lui nous devenions justice de Dieu : sur la croix, il a annulé le péché, rendu Dieu propice et, en subissant le plein châtiment de nos péchés, il a réconcilié avec Dieu tous ceux qui croient. Par sa résurrection, le Christ Jésus a été justifié par son Père, il a brisé le pouvoir de la mort et vaincu Satan qui détenait ce pouvoir, et il a communiqué la vie éternelle à tous les siens ; par son ascension, il a été éternellement exalté comme Seigneur et nous a préparé une place pour que nous soyons avec lui. Nous croyons que le salut ne se trouve en aucun autre, car il n’a été donné sous le ciel aucun autre nom par lequel nous devions être sauvés. Parce que Dieu a choisi les choses humbles de ce monde, les choses méprisées, celles qui ne sont pas, afin de réduire à néant celles qui sont, aucun être humain ne pourra jamais se glorifier devant lui ; le Christ Jésus est devenu pour nous sagesse de Dieu, c’est-à-dire notre justice, notre sainteté et notre rédemption.

8. La Justification des Pécheurs

Nous croyons que par son obéissance et sa mort, le Christ a totalement effacé la dette de tous ceux qui sont justifiés. Par son sacrifice, il a subi le châtiment que méritaient nos péchés ; il a ainsi efficacement, réellement et pleinement satisfait la justice de Dieu à notre égard. Par son obéissance parfaite, il a satisfait les justes exigences de Dieu nous concernant, puisque cette obéissance parfaite est créditée par la foi seule à tous ceux qui croient en Christ seul pour être acceptés par Dieu. Attendu que le Père a donné le Christ pour nous et qu’il a accepté son obéissance et son châtiment à notre place, gratuitement et sans aucun mérite de notre part, cette justification résulte uniquement du don gratuit de la grâce, afin que la justice stricte de Dieu aussi bien que la richesse de sa grâce soient glorifiées dans la justification des pécheurs. Nous croyons que cette justification, accordée gratuitement, produit une obéissance personnelle, publique et zélée.

9. Le Pouvoir du Saint-Esprit

Nous croyons que le Saint-Esprit applique à tous les rachetés ce salut que Jésus-Christ a obtenu et qui est attesté dans toutes les écritures. Envoyé par le Père et par le Fils, le Saint-Esprit glorifie le Seigneur Jésus-Christ, et en tant qu’« autre » Consolateur, il est avec les croyants et il les habite. Il convainc le monde de péché, de justice et de jugement, et par son œuvre puissante et mystérieuse, il régénère des pécheurs spirituellement morts, les pousse à la repentance et à la foi, les baptise dans l’union avec le Seigneur Jésus, de telle façon qu’ils sont justifiés devant Dieu par la grâce seule, par le seul moyen de la foi en Jésus-Christ seul. Par l’action de l’Esprit, les croyants sont renouvelés, sanctifiés et adoptés dans la famille de Dieu ; ils participent à la nature divine et reçoivent les dons que l’Esprit distribue de façon souveraine. Le Saint-Esprit est lui-même le gage de l’héritage qui nous est promis ; dans le siècle présent, il fait sa demeure dans le croyant, il le guide, l’instruit, l’équipe, le ranime et le revêt de puissance pour le rendre capable de mener une vie et un service dignes du Christ.

10. Le Royaume de Dieu

Nous croyons que tous ceux que Dieu a sauvés par sa grâce, par l’union avec le Christ au moyen de la foi et par la régénération opérée par le Saint-Esprit, entrent dans le royaume de Dieu et jouissent des bienfaits de la nouvelle alliance : le pardon des péchés, la transformation intérieure qui fait naître le désir de glorifier Dieu, de lui faire confiance et de lui obéir, et la perspective de la gloire qui doit encore être révélée. Les œuvres bonnes constituent la preuve indispensable de la grâce salvatrice. étant comme le sel dans un monde en décomposition et la lumière dans un monde d’obscurité, les croyants ne doivent pas s’isoler du monde ni se confondre avec lui ; nous devons au contraire « rechercher le bien de la cité », car tout l’honneur et toute la gloire des nations reviennent au Dieu vivant. Parce que nous reconnaissons à qui appartient l’ordre créé et parce que nous sommes citoyens du royaume des cieux, nous devons aimer notre prochain comme nous-mêmes, faire du bien à tous, et notamment à ceux qui appartiennent à la famille de Dieu. Le royaume de Dieu, déjà présent mais pas encore entièrement instauré, traduit l’exercice de la souveraineté de Dieu dans le monde en vue de la rédemption finale de toute la création. Le royaume de Dieu est une puissance expansive qui pille le royaume enténébré de Satan, régénère et renouvelle, par la repentance et la foi, la vie des individus arrachés au royaume des ténèbres. Il fonde donc inévitablement une nouvelle communauté humaine sous l’autorité de Dieu.

11. Le Nouveau Peuple de Dieu

Nous croyons que le peuple de Dieu issu de la nouvelle alliance est déjà entré dans la Jérusalem céleste ; il est déjà assis avec le Christ dans les lieux célestes. La réalité de l’église universelle se découvre au sein des Églises locales dont le Christ est le seul chef ; c’est pourquoi, chaque « Église locale » est, de fait, l’église, la maison de Dieu, l’assemblée du Dieu vivant, la colonne et l’appui de la vérité. L’Église est le corps du Christ, la prunelle de ses yeux, elle est gravée sur ses mains, et il s’est engagé éternellement à son égard. L’Église se distingue par son message évangélique, ses ordonnances sacrées, sa discipline, sa grande mission et, par-dessus tout, par son amour pour Dieu ainsi que par l’amour que ses membres ont les uns pour les autres et pour le monde. Cet Évangile que nous chérissons comporte des dimensions à la fois personnelles et communautaires, dont aucune ne doit être négligée. Le Christ Jésus est notre paix ; il n’a pas seulement établi la paix avec Dieu, mais également la paix entre des peuples qui étaient séparés les uns des autres. Son but était de créer en sa personne une seule nouvelle humanité en faisant la paix, et de réconcilier avec Dieu le Juif et le non-Juif tous deux en un seul corps par la croix, en faisant mourir par elle leur inimitié. Lorsque ses membres se mettent au service les uns des autres et au service de leur prochain, au lieu de se centrer sur eux-mêmes, l’église sert de signe en vue du monde nouveau dont Dieu a promis l’établissement. L’Église est la demeure de l’Esprit de Dieu et le témoin permanent de Dieu dans le monde.

12. Le Baptême et la Sainte Cène

Nous croyons que le baptême et la sainte Cène sont des institutions du Seigneur Jésus lui-même. Le baptême est lié à l’entrée d’un individu dans la nouvelle communauté de l’alliance, la sainte Cène au renouvellement permanent de l’alliance. Ils constituent ensemble à la fois le gage que Dieu nous a laissé, les moyens de grâce établis par Dieu, ils expriment notre engagement public de soumission au Christ jadis crucifié mais désormais ressuscité, et l’attente de son retour et du rétablissement de toutes choses.

13. Le rétablissement de toutes choses

Nous croyons au retour personnel, glorieux et corporel de notre Seigneur Jésus-Christ avec ses saints anges, quand il viendra exercer son rôle de Juge final et instaurer son royaume. Nous croyons à la résurrection corporelle des justes et des injustes : les injustes pour le jugement et le châtiment éternel conscient en enfer, ainsi que notre Seigneur l’a enseigné, les justes pour le bonheur éternel dans la présence de celui qui est assis sur le trône et de l’Agneau, dans les nouveaux cieux et la nouvelle terre où la justice habitera. Ce jour-là, l’église sera sans défaut et sans tache devant Dieu grâce à l’obéissance, aux souffrances et au triomphe du Christ. Tout péché aura disparu et ses effets maudits seront à jamais supprimés. Dieu sera tout en tous, et son peuple sera en extase en présence de son ineffable sainteté ; tout sera alors à la louange de sa grâce glorieuse.

© Version française : Évangile 21