Annie Skau Bersten, rébellutionnaire du 20e siècle

Benjamin a déjà pu te parler d’Hudson Taylor et de Mathilda Werde, des rébellutionnaires du 19e siècle. À mon tour, j’aimerais te présenter Annie Skau Bersten, une missionnaire norvégienne passionnée de Jésus !

Annie Skau Bersten : une enfant en quête de vérité

Annie Skau naît en 1911 dans une famille de tradition chrétienne à Oslo, en Norvège. Dans son enfance, la vie de sa grand-mère va profondément la marquer. Avant de mourir, elle guidera Annie dans ses premiers pas sur le chemin de la foi. Mais sa conversion ne se fera que quelques années plus tard.

À l’âge de 12 ans, elle commence à s’intéresser à l’histoire et à la philosophie grecque. À 16 ans, elle devient la plus jeune responsable d’un groupe de jeunesse, « le Club Karl Marx ». Elle espère ainsi trouver le sens de la vie dans son engagement politique. Mais au bout d’un certain temps, elle constate que son cœur demeure insatisfait.

Annie Skau Bersten : face à un électroc choc divin

Malgré la volonté de ses parents, Annie ne souhaite pas devenir institutrice. Sa vocation est d’être infirmière, elle en est convaincue.

Pour intégrer l’école d’infirmières, il faut avoir entre 23 et 25 ans. Après un premier refus dû à son jeune âge, Annie persévère. Sa grande taille et sa robustesse lui permettent d’être finalement acceptée à l’âge de 20 ans !

Dès le début de sa formation, elle est de garde auprès d’un jeune homme atteint de tuberculose. Effrayé à l’idée de mourir il n’arrête pas de crier. Annie est désarmée et s’enfuit pour demander de l’aide. La première infirmière qu’elle croise dans le couloir est chrétienne ! Celle-ci l’accompagne et prêche l’Évangile au malade, qui meurt en paix. À cet instant, Annie réalise qu’elle n’a pas l’assurance d’être sauvée. Cet électro-choc divin va la bouleverser. Elle se convertit à l’âge de 20 ans.

Annie Skau Bersten : sur les traces d’Hudson Taylor

Elle commence alors un véritable travaille d’évangélisation auprès des malades norvégiens. De nombreux cœurs viennent à Jésus à l’entente de la Bonne nouvelle !

Mais ce n’est pas tout. Dieu lui donne la conviction qu’il l’appelle à servir en tant que missionnaire en Chine. Un pays totalement inconnu pour notre jeune infirmière.

La biographie d’Hudson Taylor, le grand missionnaire pionnier en Chine, est une source d’encouragement perpétuelle pour Annie. Elle affirme :

« Ma peur n’est pas de mourir, mais d’être en dehors de ta volonté. » – Annie

C’est donc à l’âge de 27 ans, après ses études, qu’elle part en Chine. Imagine un peu le tableau : une jeune femme dans un pays étranger dans lequel elle ne sait pas parler la langue et où il y a la guerre civile ! Ces détails ne lui font pas peur. Au contraire, son désir de servir ne cesse de croître. Elle fait confiance à Dieu.

Dès lors, les premiers mots qu’elle apprend lui servent à annoncer l’Évangile. Toute sa vie sera une obéissance à cet appel missionnaire.

Un travail médical et missionnaire

Annie Skau Bersten accomplit un grand travail médical et missionnaire pendant une quarantaine d’années en Chine. Voilà ce qu’elle dit :

« Je réalise que le cœur du Seigneur est soulagé lorsque les affamés sont nourris, les malades soignés et les perdus sauvés. Pour des raisons qui me dépassent pour le moment, le Seigneur n’a pas encore mis fin à la souffrance de l’humanité. Mais je comprends ce qu’il attend de moi pour que son œuvre et sa volonté s’accomplissent. Et c’est là l’essentiel. » – Annie Skau Bersten

À Hong Kong, elle fonde en 1953 le Port de l’Espérance qui secourt les réfugiés de la Chine communiste. Beaucoup d’entre eux deviennent chrétiens.

Côté vie sentimentale et familiale… Elle adopte une petite Chinoise et se marie en 1966 à l’âge de 55 ans ! J’aime ce détail. Il prouve que son long célibat ne l’a pas empêché de vivre une vie pour la gloire de Jésus, son premier amour.

De retour en Norvège en 1978, elle sensibilise les églises aux besoins de la Chine et participe à la fondation d’une église chinoise à Oslo. Elle meurt en 1992. De nombreux missionnaires norvégiens et du monde lui ont succédé.

La vie d’Hudson Taylor l’a encouragée à mettre sa confiance en Dieu et à relever des défis pour sa gloire. C’était un peu un rébellutionnaire à ses yeux, n’est-ce pas ?

Et toi, te laisseras-tu encourager par ces rébellutionnaires d’autrefois ? Ta vie peux encourager les générations présentes et futures ! Rappelle-toi : « Que personne ne méprise ta jeunesse, mais sois un modèle pour les croyants… »(1 Timothée 4.12).


D’après le livre Un cœur grand comme la Chine de Svenn Otto Brechan

Auteur : Noémie G

21 ans, étudiante en droit et disciple de Jésus !

Voir tous ses articles →