Jésus, meilleur que : Adam

Je commence à partir d’aujourd’hui une nouvelle série d’articles qui sera très longue : « Jésus, meilleur que… ». Le but est de découvrir comment notre Christ, notre Seigneur et notre Sauveur, dépasse de loin les personnages de la Bible, ceux qu’on appelle souvent « les héros de la foi ». Commençons avec Adam.

Adam : son début

Adam est le premier homme. Il a été créé par Dieu le 6e jour de la semaine de la création, selon l’image de Dieu. Il était moralement bon, intelligent, rempli d’imagination. Avec sa femme Ève, il était le chef d’œuvre de la création : la cerise sur le gâteau. Dieu ne l’a pas placé dans le vide de l’espace, ni dans une planète invivable mais dans un jardin luxueux (Eden) où il pouvait manger de tous les fruits du jardin, à part celui de l’arbre de la connaissance du bien et du mal.

Adam : un représentant

Comme une équipe de footballeurs représente son pays, devant Dieu, Adam représentait toute l’humanité. Le futur des hommes dépendait de ses choix. Il était engagé dans une alliance avec Dieu qui fixait les conditions de sa relation avec Dieu. Adam devait obéir à Dieu en remplissant la terre par sa descendance pour étendre le royaume de Dieu (Eden) à toute la terre, en protégeant le lieu saint (qu’était Eden) de toute intrusion et en ne mangeant pas du fruit interdit. S’il réussissait, il entrerait (avec l’humanité qu’il représente) dans une état encore meilleur en recevant un corps immortel, glorieux, plein de force et habité par l’Esprit de Dieu. Il ne pourrait plus pécher. Si au contraire il désobéissait à Dieu, il mourrait (avec l’humanité) : il serait éloigné de Dieu, la seule source de vie et de bonheur, et son corps retournerait à la poussière.

Adam : un échec

Malheureusement, Adam n’a pas accompli sa mission et a commis une faute : il a laissé le serpent profaner le sanctuaire qu’il devait garder et l’a adoré à la place de Dieu. Immédiatement Dieu l’a puni en le chassant d’Eden et en le condamnant à mort (Genèse 3). Mais Dieu, dans sa grâce, a permis à Adam de continuer à vivre physiquement même s’il était déjà mort spirituellement. À cause d’Adam, toute l’humanité s’est retrouvé dans le même état que lui (ainsi que toute la Création) : loin d’Eden et de la gloire promise. L’image de Dieu en l’homme s’est dégradée bien qu’il en reste toujours des fragments. Les hommes avaient besoin de la venue d’un meilleur Adam.

Jésus : une réparation

Christ n’est pas arrivé dans le monde parfait d’avant la Chute, mais dans un monde où régnait la mort, le péché et Satan. Adam a été tenté dans un jardin luxurieux, Jésus l’a été dans le désert (Matthieu 4).

C’est dans ce contexte que Jésus a fait une première chose : il a réparé les dégâts causé par la désobéissance d’Adam. Par ses miracles, il a guéri des hommes de leurs maladies dues à leurs corps destructibles : il a même ressuscité Lazare. Par ses exorcismes, il a chassé des démons et donc libéré les hommes, captifs de ces forces maléfiques.

Mais c’est à la croix qu’il a accompli définitivement sa mission. Par sa mort et sa résurrection, il a complètement vaincu Satan et ses sbires, et la mort qu’Adam a fait entrer dans le monde par son péché. Adam a donné la mort aux hommes ; eh bien, Jésus leur a donné la vie éternelle en étant condamné à leur place et en partageant avec eux son innocence. Mais seuls ceux qui croient en lui et en l’efficacité de son œuvre peuvent être identifié à lui et donc faire partie de la nouvelle et vraie humanité. Ils ont le privilège de retrouver cette image selon Dieu (Colossiens 3.9-10 ; 2 Corinthiens 3.18), une image encore meilleure que celle qu’avait Adam avant de pécher (1 Corinthiens 15.49).

Laissons la Bible parler de cette réparation :

« Ainsi donc, comme par une seule offense la condamnation a atteint tous les hommes, de même par un seul acte de justice la justification qui donne la vie s’étend à tous les hommes. Car, comme par la désobéissance d’un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs, de même par l’obéissance d’un seul beaucoup seront rendus justes. » – Romains 5.17-18

Encore mieux qu’avant

Mais Jésus n’a pas seulement réparé la casse. Il a aussi fait ce qu’Adam aurait dû faire. Il a parfaitement obéi à Dieu dans le cadre de son alliance avec Dieu le Père, et a obtenu pour lui et son peuple un corps immortel, glorieux, plein de force et habité par l’Esprit de Dieu. Adam a reçut la vie de l’Esprit, Jésus, lui, l’a en lui-même et est capable de la donner à d’autres (1 Corinthiens 15.42). Jésus les fait entrer dans un état glorieux (leur état final au paradis mais pas sur terre) dans lequel ils ne peuvent plus jamais pécher. Ils retrouvent un accès à Dieu, et cela pour l’éternité sans jamais craindre de le perdre.

Aujourd’hui, c’est par l’Église, son épouse qu’il étend la nouvelle création et la présence de Dieu sur toute la terre.

Conclusion

Adam a rompu l’alliance, Jésus l’a gardée. Adam a péché et chuté dans la tentation, Jésus y a résisté. Adam a adoré le serpent à la place de Dieu, Jésus l’a expulsé du lieu saint et a écrasé sa tête. Adam a entraîné la condamnation (la mort) de l’humanité, Jésus la justification (et donc la vie éternelle) de la nouvelle humanité (l’Église). Adam est un produit de la création, Jésus est le Créateur. Adam a un corps terrestre, Jésus a un corps glorieux et habité de l’Esprit (spirituel) et le donne aux croyants.

Bref, Jésus est le second/dernier Adam (1 Corinthiens 15.45-47). Et oui, Jésus est meilleur… que Adam.

Pour aller plus loin  je te recommande de lire : Romains 5, 1 Corinthiens 15.20-58, Genèse 1 à 3, Luc 3.21 à 4.13.

Et toi, as-tu vu d’autres points communs entre Adam et Christ ?

Laurent Dv
Auteur : Laurent Dv

18 ans, rébellutionaire et étudiant en prépa intégrée à Clermont-Ferrand

Voir tous ses articles →