J’ai couché avec ma petite amie – et maintenant ?

Cet article est la transcription écrite d’une interview audio avec John Piper, traduite de l’anglais avec autorisation. L’original se trouve ici.

Un abonné du podcast, qui souhaite rester anonyme, a écrit ceci : « Bonjour Pasteur John, je suis un auditeur du Moyen-Orient. Il y a deux jours, j’ai couché avec ma petite amie, et maintenant il nous en reste une blessure et le sentiment d’être sales, sans valeur et honteux – nous ne pouvons même pas nous regarder l’un l’autre. Nous sommes tous les deux des chrétiens nés de nouveau, mais nous avons été séduits par la tentation. Y-a-t-il un quelconque espoir que nous puissions redevenir purs et être guéris de notre péché ? Je sais que le sang de Jésus couvre tous les péchés. Mais comment pouvons-nous retrouver la pureté de notre relation ? A-t-elle disparu pour toujours ? Que pouvons-nous faire maintenant ? »

Je pense que ce jeune homme du Moyen-Orient commence par un bon point. Il est, il me semble, complètement brisé, ce qui signifie que quelque chose a été irrévocablement perdu. Lui et sa petite amie ne pourront jamais retourner à avant cette expérience sexuelle et l’effacer. Ils ont perdu quelque chose de très précieux.

Je commence ainsi, bien que cela puisse être dur, parce que j’ai un souci tendre et jaloux pour ceux qui sont en train de nous écouter et qui n’ont pas perdu leur virginité. C’est une chose très précieuse pour les hommes et les femmes. Le monde la considère comme une faiblesse, une chose stupide en fait. Dieu l’envisage comme une très grande force et une beauté sans pareille. Et je suis tout autant désireux d’aider les auditeurs à conserver leur pureté sexuelle et leur virginité avant qu’ils ne les perdent que je ne le suis pour aider ceux qui les ont perdues à retrouver la pureté rendue possible par Christ. C’est donc pour cela que je commence de cette façon.

Donc, je pense que ce jeune homme commence par un bon point. Il est brisé. Il sait qu’une belle chose a été perdue. Et il sait que le sang de Jésus couvre tout les péchés. C’est une bonne situation de départ. Ceux qui prennent leurs péchés à la légère et traitent le sang de Jésus comme une solution facile n’ont jamais vu le vrai coût de ce qu’a fait Jésus pour acheter leur pureté. Laissez-moi donc simplement faire quelques observations qui pourraient se révéler rédemptrices et source d’espoir pour notre ami du Moyen-Orient et sa petite amie.

#1 – Fuyez l’immoralité sexuelle

J’attirerai simplement votre attention sur ce qu’il sait déjà – seulement dit en mots bibliques. 1 Corinthiens 6.18 : « Fuyez l’immoralité sexuelle. » La volonté de Dieu pour les gens non-mariés est qu’ils s’abstiennent de relations sexuelles. Et Dieu rend cela possible par le pouvoir du Saint-Esprit grâce à la foi dans ses promesses, et il donne des récompenses douces et spéciales aux célibataires qui l’honorent ainsi.

Le mariage a ses récompenses propres pour la fidélité, et le célibat – chaste et saint – a ses récompenses propres pour la fidélité. Les gens mariés ont des moyens pour glorifier Dieu que n’ont pas les célibataires, et les célibataires ont des moyens pour glorifier Dieu que n’ont pas les gens mariés. Il n’est pas question d’infériorité ou de supériorité. Le célibat et la chasteté sont de très hautes vocations dans l’esprit de Dieu. Voici la première chose.

#2 – Tous les péchés seront pardonnés aux hommes

Je dirai que notre ami – et il sait déjà ceci, mais une fois encore, je veux le dire dans les mots des Écritures de sorte qu’il puisse l’entendre de Christ et non juste de moi – devrait écouter ceci :

« Je vous le dis en vérité, tous les péchés seront pardonnés aux hommes, ainsi que les blasphèmes qu’ils auront proférés, mais celui qui blasphémera contre le Saint-Esprit n’obtiendra jamais de pardon : il mérite une condamnation éternelle. » – Marc 3.28-29

Laissons de côté pour un instant ce que signifie blasphémer contre le Saint-Esprit. Ce sujet est pour une autre fois.

Mais tous, avec des larmes de reconnaissance, en tremblant de joie, délectons-nous simplement de ces mots : tous les péchés seront pardonnés aux hommes. C’est à couper le souffle. Pouvez-vous imaginer quelque chose de plus doux pour une personne comme le voleur sur la croix, qui n’a fait que pécher, rien que pécher pendant plusieurs dizaines d’années ? En d’autres termes, il n’y a pas un seul péché en particulier ou une sorte de péché qui soit si répugnant, si énorme, si injurieux pour Dieu qu’il ne puisse être pardonné par le sang de Jésus. Comme Jean l’écrit, « si nous reconnaissons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner et pour nous purifier de » – et voici les mots – « tout mal » (1 Jean 1.9). Voici donc la deuxième chose.

#3 – Pardonner et accepter de s’humilier devant l’autre

Ce sera un immense défi pour ce couple désormais dans cette situation de se pardonner l’un l’autre, pas seulement pour recevoir le pardon de Dieu, mais pour recevoir le pardon de l’autre. Éphésiens 4.32 dit : « Soyez bons et pleins de compassion les uns envers les autres ; pardonnez-vous réciproquement comme Dieu nous a pardonné en Christ. » Mais ce n’est pas chose facile. Et je veux juste les aider à réaliser à quel point ça va être difficile afin qu’ils n’abandonnent pas trop rapidement. Ce qui rend si difficile le fait de se pardonner l’un l’autre dans cette situation en particulier est le fait que non seulement nous sommes tous des gens orgueilleux et égoïstes et nous n’aimons pas nous humilier devant les autres, mais aussi parce que dans cette situation il y a la tentation subtile de rejeter sur l’autre personne la responsabilité qui vous appartient au moins en partie.

Donc, bien que ce jeune homme puisse ressentir de la honte et la certitude qu’il n’a pas assumé sa responsabilité pour la chasteté comme leader masculin et instigateur, il se peut qu’il se dise insensiblement qu’elle était plutôt aguicheuse, qu’elle aurait pu l’aider à arrêter et qu’elle ne l’a pas fait ; et, ainsi, il commence à rejeter la responsabilité sur elle – et il se peut qu’elle fasse exactement la même chose. Elle peut ressentir de la honte et la certitude qu’elle a été trop docile ou peut-être même aguicheuse et qu’elle n’a pas résisté quand elle aurait dû, mais elle pourrait commencer à mettre plus de responsabilité sur lui et lui reprocher de ne pas l’avoir protégée dans ce moment de tentation.

En d’autres termes, le pardon réciproque n’est pas une chose simple parce que pour que le pardon soit total, entier et vrai, il faut une confession et une repentance qui soit authentique et durable. Tous deux doivent reconnaître leur propre responsabilité dans cette situation et tous deux, en effet, sont coupables dans cette situation. Oui, ils le sont. Et chacun d’eux doit être prêt à confesser son rôle dans cette affaire, même au risque que l’autre profite de lui et mette plus de responsabilité sur lui qu’il ne le devrait.

Ainsi vous pouvez voir que ce que dont on a besoin ici n’est pas seulement la grâce du pardon, mais la grâce de risquer qu’on profite de nous ; la grâce de risquer de supporter plus d’accusations que ce que vous pensez approprier ; la grâce de mieux traiter l’autre personne que vous ne l’êtes vous-mêmes, que vous ne pensez l’être ; la grâce de rester faible devant la croix quand apparaît la tentation de se lever et se sentir supérieur, supérieur car votre repentance est meilleure. Donc le pardon réciproque est très complexe et la grâce est nécessaire à chaque instant.

#4 – Pardonner et supporter : l’indulgence

Étant donné toutes les imperfections de la vie humaines et toutes les ambiguïtés entourant le pardon réciproque, on aura besoin d’une immense expérience de la réalité derrière le mot démodé « indulgence ». L’indulgence est ce que vous faites quand le pardon n’a pas résolu toutes les tensions entre vous. Vous pensez que l’autre personne aurait dû faire plus. Vous pensez qu’elle aurait dû plus changer. Vous pensez qu’elle aurait dû plus se repentir. Elle n’a pas fait ce qu’instinctivement vous pensiez qu’elle ferait. Dans ce cas vous pouvez ou vous désintéresser de cette relation – ce qui a détruit un million de mariages – ou vous  pouvez vous abstenir ; c’est-à-dire supporter, endurer. La Bible parle de cette façon. Paul dit dans 1 Corinthiens 13.7 : « L’amour pardonne tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout »  – sérieusement, il le dit deux fois – « il pardonne tout…il supporte tout ».

Et le passage-clé sur ce sujet de l’indulgence est Colossiens 3.12-13. Voici comment c’est écrit : « Ainsi donc, en tant qu’êtres choisis par Dieu, saints et bien-aimés, revêtez-vous de sentiments de compassion, de bonté, d’humilité, de douceur, de patience »  – et voici notre passage – « supportez-vous les uns les autres ». Ou vous pourriez le traduire : tolérez-vous ou supportez-vous patiemment. « Si l’un de vous a une raison de se plaindre d’un autre, pardonnez-vous réciproquement » et ainsi de suite. Donc pardonnez et supportez. Pardonnez et supportez.

#5 – La confiance se mérite. Le pardon non.

Et la cinquième chose que je dirai à notre ami qui est en train de lutter au Moyen-Orient dans ce pétrin où ils se sont mis : la restauration de la confiance prend du temps. Il est possible de pardonner quelqu’un, et pourtant de ne pas lui faire complètement confiance. La confiance se mérite. Le pardon non. Nous faisons confiance à quelqu’un parce qu’il a prouvé qu’il en était digne, et non pas parce qu’il a dit être quelqu’un à qui on peut faire confiance. Cela signifie que quand une confiance a été brisée, ce qu’ils ont fait tous les deux, établir une confiance en notre caractère prendra du temps. Donc soyez patients l’un envers l’autre et soyez honnêtes à ce sujet. Il est très douloureux de regarder une personne dans les yeux et de lui dire : je ne sais pas si je peux te faire pleinement confiance. C’est suffisant pour détruire une relation. Mais être malhonnête pour essayer de préserver la relation – ça, ça causera des ravages sur le long terme.

#6 – Un texte plein d’espoir

Et la dernière chose que je dirai est juste une grande parole évangélique d’espoir. Oui, la pureté est de nouveau possible. Oui, le pardon est possible. Oui, l’indulgence est possible. Oui, la confiance est possible. En voici la clé, un beau, beau texte.

« Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront point du royaume de Dieu ? Ne vous y trompez pas : ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les infâmes, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n’hériteront du royaume de Dieu. Et c’est là ce que vous étiez, quelques-uns de vous. Mais vous avez été lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été justifiés au nom du Seigneur Jésus Christ, et par l’Esprit de notre Dieu. » – 1 Corinthiens 6.9-11

Auteur : John Piper

John Piper est un pasteur et prédicateur américain, fondateur du site desiringGod.org et auteur d'une cinquantaine de livres, dont "Et si je ne gâchais pas ma vie ?".