Existe-il un moyen de ne jamais se sentir seul(e) ?

22 Fév 2017 8 commentaires Eva

Souvent, je me sens seule. Je m’assois dans ma cuisine et je trouve que tout est trop calme. Aucun bruit, aucun murmure, il n’y a que moi. L’assiette posée sur la table me rappelle que je n’ai pas d’autres invités. Ce soir, comme souvent, je serai mon unique compagnie.

Je m’entends presque respirer. Mon souffle est long, tiède et calme. Rien ne vient le perturber. La nuit commence à tomber et encore une fois, je n’ai personne à qui le raconter. Ce silence pèse sur mes battements de cils et alourdit ma vie.

J’aimerais tellement…

J’aimerais tellement avoir quelqu’un qui m’écoute avec attention, qui rigole avec moi sous la pluie et m’encourage dans mes projets. Lorsque j’aurais froid, il m’apporterait une couverture. Si jamais j’ai peur, il cacherait mes yeux. Quand j’aurais faim, il me cuisinerait des crêpes. Je serais là pour lui et lui pour moi. J’aimerais aussi avoir un petit animal à câliner, une petite boule de poil qui serait toujours prête à me saluer gaiement quand je rentre le soir. Lorsque je serais triste, elle viendrait se blottir à mes pieds et je me sentirais comprise.

Pourtant, j’ai déjà essayé de me trouver un vrai ami, d’habiter en colocation avec des copines, de m’occuper d’un petit chien, de téléphoner tous les soirs à ma famille. À chaque fois, c’est le même refrain. Au début, je suis aux anges, prête à tout faire, les courses, le sport, le repas et même le ménage. Pleine de bonne volonté je veux de tout mon cœur que les choses soient parfaites. J’apprends à rigoler, à garder mes plaintes et à partager des beaux moments d’existence.

Au fond de moi, c’est le vide.

Malheureusement, le temps avance, l’horloge file et ces instants si précieux me ramènent à une triste réalité : au fond de moi, je suis seule. J’ai beau m’entourer des toutes les parures possibles, quand je me retrouve derrière la porte de ma chambre, il n’y a que moi.

Il y a dans mes entrailles ce petit trou qui rythme mes tristesses et m’empêche d’être légère. Je crois que je l’ai toujours eu. C’est vrai qu’à certaines périodes de ma vie, je l’ai rempli avec du coton et j’ai fait en sorte de l’arroser pour que toute la place soit prise. C’était une belle illusion. J’ai même réussi à croire plusieurs fois que mon bonheur pouvait dépendre juste d’une amie, juste d’une personne. Aussi fusionnel que nous étions, j’ai maintenant compris : je ne peux demander à personne de combler tous mes besoins, tout comme je ne pourrai jamais combler parfaitement les besoins de quelqu’un.

Alors, face à ce constat, j’ai décidé de rester seule, pour de vrai, de ne plus faire semblant. Je ne veux plus voiler mon vide.  Je suis seule, nous sommes tous seuls, livrés à nous-mêmes. Alors autant prendre son dîner sans personne.

Ma chère Eva,

Tu n’es pas seule, j’ai fait alliance avec toi, je suis ton Dieu. Je ne t’abandonnerai jamais, je ferai tout ce que je t’ai promis. Et crois-moi, je tiens toujours mes promesses, il n’y a aucun changement en moi. Connais-tu seulement mes promesses ? Prends-tu le temps de découvrir ce que je veux pour toi ? Tu n’es pas seule, je suis là, constamment avec toi. Je ne suis pas comme les humains, je ne cache rien, je ne te faiblirai pas. Plus tu apprendras à me connaitre et plus tu seras heureuse de m’inclure dans ta vie. Jamais tu ne seras blessée par moi, jamais tu ne marcheras sans moi. Laisse-moi combler ce manque. Ton vide a la forme de Dieu.

Quand tu marcheras dans les eaux sombres, je serai avec toi. Tu n’auras rien à craindre, même dans les endroits les plus arides. J’irai au devant de toi, j’irai avec toi. Ma lumière sera ton guide dans l’obscurité, je serai ta force, ton défenseur, ton refuge. Et par dessus tout, je panserai ton âme et ton cœur. Existe-il un moyen de ne jamais se sentir seule ? Oui, je le suis.

Alors, c’est vrai tu n’as pas besoin de me mettre une assiette, mais crois moi, je vais partager ton dîner.

 

Auteur : Eva