Comment partager l’Évangile à mes camarades de classe ?

6 Fév 2017 Commentaires fermés sur Comment partager l’Évangile à mes camarades de classe ? John Piper

Un des auditeurs du podcast « Pastor John » [EN], appelé Lawson, lui a posé cette question :

« Cet automne, je commencerai tout juste l’université. J’aimerais savoir, comment être un bon témoin à l’image de Christ dans ma classe et avec mes camarades ? Je sens que Dieu m’appelle à quelque chose dans ce cadre, mais je ne sais pas par où commencer. Pour ces 4 prochaines années, quels sont les étapes pratiques à suivre pour utiliser ces années pour l’Évangile ? »

Voilà la réponse de John Piper :

Lawson, lorsque je regarde mes années étudiantes, c’était il y a longtemps. J’ai 70 ans. Et lorsque je regarde ce que la Bible dit et ce que je pense concernant l’appel de Dieu sur toi, tel que tu l’exprimes, pour lequel je suis reconnaissant, 7 choses me viennent à l’esprit. Je te les partage pour que tu puisses prier à ce propos et y réfléchir.

1) Trouve des amis qui ont la même ambition que toi

Premièrement, trouve quelques amis qui ont le même désir, peut-être dans ton église, ton voisinage, où tu as des amis chrétiens. J’espère que c’est ton église. Et met à part du temps régulier avec eux, peut-être 30 minutes par semaine. C’est ce que je fais avec mes amis. Ou 10 ou 15 minutes avant le début des cours où vous lisez un court passage des l’Écriture. Comme, par exemple, prendre 1 minute pour lire un passage et ensuite prier pendant 10, 15 ou 30 minutes – peu importe ce que vous avez prévu – que le Seigneur vous aide, vous remplisse du Saint-Esprit, vous remplisse de courage, vous donne la direction. De là, vous pourrez commencer votre journée comme un groupe de frères. Et peut-être vous appellerez ce groupe le groupe quatre-vingt-neuf. Je dis ça à cause de Actes 4.29-31 :

« Et maintenant, Seigneur, vois leurs menaces, et donne à tes serviteurs d’annoncer ta parole avec une pleine assurance, en étendant ta main, pour qu’il se fasse des guérisons, des miracles et des prodiges, par le nom de ton saint serviteur Jésus. Quand ils eurent prié, le lieu où ils étaient assemblés trembla ; ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et ils annonçaient la parole de Dieu avec assurance. »

Oh, j’aurais tant voulu avoir fait ça quand j’étais adolescent : avoir un petit groupe, un groupe de frères implorant la puissance de Dieu afin d’être plus audacieux.

2) Avec ton groupe, soyez riches en bonnes oeuvres

Ensemble avec ton groupe d’amis, réflechissez à des actions visibles, efficaces et bonnes que vous pouvez faire pour les autres à l’école ou dans votre voisinage. Je dis cela en lien avec 1 Pierre 2.12 :

« Ayez au milieu des païens [païens signifie incroyants] une bonne conduite, afin que, là même où ils vous calomnient comme si vous étiez des malfaiteurs, ils remarquent vos bonnes œuvres, et glorifient Dieu, au jour où il les visitera. »

Les bonnes œuvres, bien sûr, ne pourront jamais remplacer des mots qui expliquent l’Évangile et pourquoi tu aimes Christ. En fait, trois versets avant, il est dit dans 1 Pierre 2.9 : « …afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière. ». Mais des bonnes œuvres pratiques ont un rôle important à jouer, elles peuvent faire taire les discours selon lesquels le christianisme se réduit à faire telles ou telles choses.

[…]

3) Sois attentif aux personnes humbles, seules et blessées

Sois attentif aux personnes humbles, seules, blessées, et tourne-toi vers elles avec attention et soins et du temps que d’autres personnes ne se soucient pas de donner.

 « Ayez les mêmes sentiments les uns envers les autres. N’aspirez pas à ce qui est élevé, mais laissez-vous attirer par ce qui est humble. Ne soyez point sages à vos propres yeux. » – Romains 12.16

Combien tu seras un adolescent hors du commun si tu fais ça !

4) Prends du temps seul avec le Seigneur chaque matin

Prends du temps seul avec le Seigneur chaque matin, et garde en tête une parole de l’Écriture tout au long de la journée comme quelque chose de précieux et d’encourageant. Autrement dit, ne te contente pas de juste faire ton culte personnel et de venir avec des pensées vides, mais cherche des phrases, promesses, déclarations ou commandements qui peuvent t’aider et garde les en mémoire. Tu peux les noter sur une petite feuille de papier et glisser ça dans ta poche. C’est ce que je faisais.

Cela t’aidera durant la journée à t’encourager mais te sera aussi utile si au cours d’une conversation quelqu’un te parle et te demande : qu’est-ce que cela signifie pour toi être chrétien ? Tu pourras sourire et dire : « Tu sais, ce matin même je parlais avec Dieu et il me parlait. Il ne m’a pas parlé avec une voix. Il parle dans la Bible. Il me parlait et voici ce qu’il m’a dit. Et là tu peux citer ton verset ou sortir ta petite feuille de papier. Tu peux le lire et dire : ça m’encourage toute la journée. C’est ce que ça signifie pour moi de marcher avec Dieu. Jésus a dit : « L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. » (Matthieu 4.4).

Donc, retiens une parole, une phrase, et garde ça toute au long de la journée pour t’encourager et être prêt.

5) Avec tes amis, organise des activités auxquelles tes amis non chrétiens pourront participer

Prévois des activités avec tes amis où tu peux inviter des non croyants. Autrement dit, n’attends pas d’arriver au point de crise où ils t’invitent à aller à quelque chose où tu n’es pas sûr si tu peux y aller. Et alors tu auras à dire non, où tu pourrais juste paraître comme quelqu’un qui n’aime pas les gens ou qui n’a pas d’amis. Sois plus rapide qu’eux. Montre leur que tu aimes passer du temps avec eux en prenant les devants et planifiant des choses. Comme ça, tu leur demande de te rejoindre plutôt que l’inverse.

6) Essaye de faire de ta maison un lieu de partage avec tes amis, croyants ou non croyants

Si tu as des parents – je ne connais pas ta situation familiale – mais si tu as des parents qui aiment ce que tu fais, essaie de faire de ta maison un réseau de relations avec tes amis : croyants et non-croyants. Tellement de jeunes que tu croisent n’ont pas de maisons comme ça. Ils ne t’inviteraient même jamais chez eux. Leurs parents sont divorcés ou absent ou toujours en colère l’un contre l’autre ou jamais n’est personne à la maison ou ils regardent la télévision ou ils ne font jamais attention ou  ils n’exercent jamais l’hospitalité. Ils n’ont jamais vu une belle famille. Et si tu en as une, montre le en faisant de ta maison un réseau d’activités. Montre aux jeunes que ce n’est pas nul de passer du temps en présence d’adultes.

7) 1 Pierre 3.15 !

La dernière chose que je pourrais dire c’est, comme il est dit en 1 Pierre 3.15 : « Sanctifiez dans vos cœurs Christ le Seigneur, étant toujours prêts à vous défendre, avec douceur et respect, devant quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous. ».

Cela ne veut pas dire que tu dois avoir un niveau avancé en apologétique pour défendre ta foi et que tu dois avoir réponse à toutes les questions difficiles que l’on te posera. Ce n’est pas ce que ça veut dire. Pierre ne dit pas ça.

Ce qu’il dit c’est que tu devrais simplement te tenir prêt à dire pourquoi est-ce que tu as de l’espérance en Jésus. Et les réponses se trouvent dans 1 Pierre 1. Il est mort pour toi. Dieu est miséricordieux envers toi. Il a ressuscité Jésus d’entre les morts. Il a promis le pardon des péchés. En d’autres termes, tu partages l’Évangile comme étant le fondement de ton espérance. Pierre ne nous dit pas de prouver quoi que ce soit. Il nous encourage à expliquer pourquoi est-ce que nous avons de l’espérance, pourquoi nous croyons.

Lawson, prie Dieu pour ce qu’il a mis dans ton coeur pour cette année, et je prie que ce sera la meilleure année jusque là pour toi, et que Dieu te remplira de sagesse et de grâce comme il l’a fait avec Etienne dans Actes 7. Ses paroles étaient tellement puissantes, tellement gracieuses, tellement remplies du Saint-Esprit que ses adversaires ne pouvaient lui résister (Actes 6.10, 7.55).

L’original de cet interview, traduit de l’anglais avec autorisation, est ici.

Auteur : John Piper

John Piper est un pasteur et prédicateur américain, fondateur du site desiringGod.org et auteur d'une cinquantaine de livres, dont "Et si je ne gâchais pas ma vie ?".