Prête à rencontrer l’homme de ta vie ?

16 Mai 2016 20 commentaires Stella

Article de Stella.

J’avais 24 ans, diplômée d’un triple cursus et un job de rêve. Seule ma vie amoureuse entachait ce tableau parfait. Si on pouvait encore appeler ça une vie… Pour être honnête, elle s’apparentait à celle d’un caillou, autant dire au néant absolue : pas une seule relation. Les garçons ont toujours été pour moi des camarades ou des collègues immatures et immariables. Et je frôlais dangereusement la Sainte-Catherine. Ça craignait vraiment.

Au fond, je me demandais comment cela allait se passer ce moment où tu rencontres LE garçon qui deviendra ton mari. L’homme de ta vie. Je lisais et relisais Genèse 24 jusqu’à en avoir les larmes aux yeux, espérant recevoir une prophétie précise qui m’était destinée. J’imaginais, je priais, je provoquais Dieu — « Seigneur, si je dois me marier avec tel garçon, confirme le moi par rêve stp. Amen. PS. Merci d’avance. ». Les mois passaient, toujours rien. Peut-être que Dieu me voulait célibataire. Je reste forte, finalement personne ne m’intéresse.

Puis, le moment vint. Forcément, quand je ne m’y attendais plus… C’était il y a deux ans. Et aujourd’hui, me voilà mariée. Alors que je suis passée par cette étape mystère, je réalise que dans les milieux chrétiens, nous ne savons pas trop comment se passe l’avant fréquentation. Il y a pas mal de conseils pour les gars, (« sois responsable », « sois un homme, « fais le premier pas »…) et c’est à croire que nous les filles, devons juste prier et attendre la bouche en cœur. Ce n’est pas le cas ! Je vais peut-être vous décevoir, je n’ai pas eu de révélation sur le mode d’emploi. C’est une période critique qui dépend de la culture, du milieu et de la famille.

De ma petite expérience, je vous partage donc quelques conseils pour cette période délicate, mais ô combien importante, qui précède la rencontre avec l’homme de ta vie.

  1. Sois une femme

Ayez non cette parure extérieur […] mais la parure intérieur et caché dans le cœur, la pureté incorruptible d’un esprit doux et paisible, qui est d’un grand prix devant Dieu.

1 Pierre 3.3-4

Je l’avoue, je faisais partie de ces filles fortes et indépendantes, carriéristes presque qui regardaient de haut les pauvres femmes mariées et bonnes cuisinières par dessus le marché ! Le Seigneur m’a montré a travers sa Parole que le rôle de la femme faisait parti de son essence même et pas de son statut de femme mariée. Dans sa sagesse Dieu a créé l’Homme, il [le] créa mâle et femelle (Genèse 1.27), revêtant des rôles différentes mais de même valeurs. J’entends déjà les cris hystériques de Simone de Beauvoir. Notre société et le mouvement féministe nous martèlent que « nous ne naissons pas femme, nous le devenons ». Et pourtant, il faut faire preuve d’un cruel manque d’observations pour affirmer sincèrement que les hommes et les femmes sont psycho-physio-emotico-pathologico-identiques. Ou être de mauvaise foi. Ne combattons pas le feu par le feu : en tant que chrétiennes, nous devons réaffirmer et témoigner avec douceur les vérités bibliques. Jeune fille, ne cherche pas à prendre la tête (à l’homme). Sois plus ambitieuse et recherche la douceur, la vertu et le respect auxquels Dieu t’appelle. Et tu verras, notre position de femme est bien plus avantageuse qu’on ne le pense.

  1. Sois une sœur

Ainsi, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps en Christ, et nous sommes tous membres les uns des autres.

Romains 12.5

Si l’arithmétique t’ennuie, accroche-toi bien ! En tant que sœur en Christ, tu as un pouvoir sur la relation de 4 personnes. Je m’explique. On part de l’éventualité que Dieu t’a préparé un mari. On l’appellera René (c’est pour l’exemple, ne t’inquiète pas). Tu ne le connais pas encore, mais tu es amie (sœur en Christ dans notre jargon) avec Alphonse, qui lui, se mariera avec Sophie. Si tu te rapproches dangereusement dans ton amitié avec Alphonse, que tu le séduis même « inconsciemment », et que tous les deux, à la découverte de votre pouvoir de séduction, vous vous retrouvez dans des situations ambiguës (je te touche la main, et moi la taille, on se plaît, et on est des best forever…)

  1. Tu ne te seras pas préservée pour ton René, et ça t’affectera un jour ou l’autre.
  2. Ton René sera certainement affecté par ces relations ambiguës que tu as eu avec Alphonse, qui plus est, un frère en Christ.
  3. Tu seras autant responsable qu’Alphonse dans sa pureté pour sa Sophie.
  4. Sa Sophie sera certainement affectée par cette relation ambiguë que son époux a eu avec une sœur en Christ, soit toi.

Tu me suis toujours ? Là où je veux en venir, c’est que en tant que sœurs en Christ nous avons la responsabilité de préserver nos frères pour leurs futures épouses. Nous sommes un seul corps, gardons-nous dans la sainteté. Et encourageons-nous les uns les autres dans cette lutte. Une bonne épouse est avant tout une bonne sœur pour ses frères, qui les aide entre autres, à rester entièrement pur pour leur future femme. Et si ce sera toi, et bien tu en profiteras aussi !

  1. Sois pure

Je veux aussi que les femmes, vêtues d’une manière décente, […] se parent de bonnes œuvres, comme il convient à des femmes qui font profession de servir Dieu.

1 Timothée 2.9-10

Ah, voilà le conseil que tu as entendu maintes et maintes fois, et qui te fait grincer des dents… Je ne parlerai pas de la longueur de ta jupe ni du modèle de ton maillot de bain, parce que la pureté n’est pas une affaire de règles à respecter. C’est une transformation, une lutte quotidienne pour rechercher la volonté de Dieu. Si tu es encore célibataire, c’est le moment idéal pour réfléchir et te faire une conviction à l’aide de la Bible sur les limites physique et émotionnel à avoir avec tes amis/futur petit copain/futur fiancé. Si tu es en couple, prenez du temps et parlez-en entre vous. Lisez ensemble la Bible (sans s’isoler, hein ?) et priez ensemble (la lumière allumée, hein ?). Mais mettez-vous CLAIREMENT d’accord sur les limites à ne pas franchir, pour éviter tout glissement de terrain. Un exemple ? une des règles que nous nous sommes fixés à l’époque : jamais seuls dans une pièce fermée. Eh ben je t’assure que ça t’évite beaucoup de débordement…

  1. Sois active

Celle qui n’est pas marié s’inquiète des choses du Seigneur, afin d’être sainte de corps et d’esprit ; et celle qui est mariée s’inquiète des choses du monde, des moyens de plaire à son mari.

1 Corinthiens 7.34

Le célibat n’est pas un sous statut. Et le salut de la femme ne réside pas dans son mariage, répétons-le ! C’est facile d’affirmer ceci en tant que femme mariée mais honnêtement, réalise tes rêves les plus fous pour Christ, maintenant. Parce qu’après, ce sera plus compliqué ! Un garçon à plutôt tendance à monter des projets seul et être actif. Il souffre moins du regard des autres sur son célibat. C’est une autre affaire pour nous. Nous nous comportons souvent comme des princesses, croyant naïvement que Dieu nous enverra un prince braver tous les dangers pour trouver son identité en nous et construire ensuite son objectif de vie. À moins de se marier avec soi-même (!), la vie de couple est un éternel compromis. Un heureux compromis bien sûr, mais un compromis quand même. Ton mari ne voudra peut-être pas ouvrir un orphelinat à Madagascar comme tu le souhaitais. Toi, tu ne voudras peut-être pas devenir missionnaire chez les chasseurs de têtes dans la jungle comme il le rêve. Bref, il faudra accorder vos violons. Et il sera plus facile pour vous d’anticiper ces différents, si toi, tu as déjà précisément des projets de vie. Profite de ces instants où tu es seule à t’engager pour réaliser tes projets les plus ambitieux…

  1. Sois prête !

Le temps est court ; que désormais ceux qui ont une femme soient comme n’en ayant pas, ceux qui pleurent comme ne pleurant pas, ceux qui se réjouissent comme ne se réjouissant pas, ceux qui achètent comme ne possédant pas, et ceux qui usent de ce monde comme n’en usant pas, car la figure de ce monde passe.

1 Corinthiens 7.29-31

Je te garantis que Dieu te préparera la plus belle des noces… celle de Christ et l’Église ! Que tu sois célibataire ou en couple, c’est ce à quoi nous devons toutes aspirer. Vivre les noces de l’Agneau, l’expression de l’amour, de l’union de Dieu avec son peuple dans toute sa majesté. Peu importe la beauté d’un mariage terrestre, ce ne sera qu’un moyen comme un autre pour te sanctifier et te préparer à être une épouse sans tâches ni rides. D’une certaine manière, Jésus est l’Homme de ta vie par excellence ! Et garde bien ceci à l’esprit : le Seigneur te gardera dans la situation où tu seras le plus proche de lui, mariée ou célibataire. Voilà une incroyable promesse !

Christ a aimé l’Église, et s’est livré lui-même pour elle, afin de la sanctifier en la purifiant et en la lavant par l’eau de la parole, pour faire paraître devant lui cette Église glorieuse, sans tâche, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irréprochable.

Éphésiens 5.25-27

Retrouve dès maintenant le deuxième article de Stella : Princesse, réveille-toi !