Divers posted by

Pour commencer un Groupe Biblique Lycéen (GBL), il faut…

Post de Célia Evenson, initialement publié dans le magazine du GBU.

Des lycéens :

On peut commencer petit, à 2 ou 3, l’important, c’est de se lancer. Mais où les trouver ? Dans son église. Mais aussi en présentant le projet à la pastorale de votre ville et en demandant des noms de lycéens aux autres pasteurs. Pas besoin de se limiter aux lycéens de son propre lycée : le GBL est généralement inter-lycée.

Un lieu de rencontre :

On peut tenter d’obtenir une salle à l’intérieur du lycée, mais les proviseurs sont souvent réticents. Dans ce cas, il y a plusieurs solutions de secours. Chez soi : le groupe de Montpellier se réunit chez les parents de la responsable. Dans un local d’œuvre chrétienne : le groupe d’Haguenau est accueilli par la Maison de la Bible. Enfin, on peut préférer un lieu neutre : le groupe d’Orléans s’est réuni par le passé dans un café.

Etudier la Bible :

Quand on n’a jamais préparé ni animé d’études bibliques, cela peut faire peur, ou sembler rébarbatif. Mais le tout nouveau site web GBL propose des conseils, des méthodes, et des aides pour se lancer dans l’animation. Le pari des GBL, c’est que les lycéens peuvent étudier la Bible en passant de bons moments ensemble. Il suffit d’essayer, et si c’est très imparfait, ce n’est pas grave. Cela fait partie de la formation !

Des amis :

Commencer un GBL, c’est une aventure, que de nombreux lycéens sont prêts à tenter. Pour que l’aventure continue, ils ont besoin d’amis. Des référents, si possible sur place, qui les encouragent, répondent à leurs questions, font le lien avec l’AGBUF (Association des Groupes Bibliques Universitaires de France), ou représentent le groupe dans les pastorales. Des partenaires dans l’évangélisation, qui soutiennent ces initiatives dans la prière et par leurs dons (il est possible de donner en ligne pour les GBL sur le site des GBU).

Si vous voulez en faire partie, n’hésitez-pas à contacter la commission GBL.  Si vous êtes lycéen et que vous cherchez un référent, c’est pareil : faites signe à la commission GBL (gbl@gbu.fr) ou, si vous êtes en Alsace, à Olivier Lott (gbl.alsace@gmail.com), qui se feront un plaisir de vous aider.

3 Comments

  • Merci Célia pour tes conseils, on va tout défoncer ;-)

    Gaël <

  • Franchement, c’est trop bien. Quand j’étais au lycée, il s’avère qu’il y avait deux autres filles qui étaient chrétiennes évangéliques, mais aucun d’entre nous n’a eu le reflexe ou sans doute le courage de se dire qu’on pouvait se réunir pour prier, parler, étudier la Bible et atteindre notre lycée. Aujourd’hui, je le regrette. Je n’étais pas assez en feu, je crois.

    Et dernièrement, je me suis reconnecté grâce à Facebook avec des anciens amis du collège, et il s’avère que j’avais beaucoup d’amis catholiques hyper engagés et avec une foi vivante, mais on n’avait pas osé se le dire à l’époque, alors qu’aujourd’hui je le dis à tout le monde! Franchement, c’était vraiment des occasions de ratées. Ne ratez pas vos occasions. C’est potentiellement le début d’un réveil dans vos collèges et lycées si des gens prennent le courage et le temps de réunir les chrétiens pour des temps où vous priez pour votre école et où vous invitez vos amis à venir voir leur vie être transformée par Jésus.

  • Chez nous le GBL a ouvert la semaine dernière après 1 an d’attente, on a enfin trouvé une salle ! :D Pour l’instant nous sommes 8. C’est vraiment génial de voir comme Dieu répond aux prières.!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Recherche

La Reb sur Facebook

A propos de l'éditeur

Samuel Path-Laplagne

24 ans, Rébellutionnaire, marié à Fidji, étudiant en école d'ingénieur informatique à Lyon, et co-auteur du livre Fidji et Sam, étudiants